Frustrant, le Covid? Une « rage room » casse la baraque auprès des Finlandaises

Par Epoch Times avec AFP
15 septembre 2021
Mis à jour: 15 septembre 2021

« Je me sens super bien, on se laisse emporter »: prête à en découdre avec tout ce qui l’entoure, Sanna Sulin, batte à la main, laisse échapper colère et frustrations dans un atelier défouloir qui rencontre un succès chez les femmes en Finlande, notamment en raison de la pandémie de Covid-19.

Vieilles imprimantes, vaisselle ou aspirateurs, Sanna s’est défoulée durant 25 minutes sur chacun de ces objets au son de sa musique préférée.

« Nous, les femmes, sommes habituées à devoir nous comporter correctement, à devoir nous contrôler », explique la quinquagénaire à l’AFP dans une « rage room » – une « salle de colère » – à Helsinki.

Accueille en majorité des femmes

Sa présence aujourd’hui n’était pourtant pas une évidence, raconte-t-elle au milieu de fragments de plastique et de verre. « Une amie m’a amenée ici pour essayer et au début j’ai refusé, je préfère réparer les choses ».

La Finlandaise Janne Raninen, 41 ans, fondatrice de la salle de rage « Raivomoo » pose le 14 septembre 2021 à Helsinki. Photo Olivier MORIN / AFP via Getty Images.

La Finlandaise sautera finalement le pas pour son 50e anniversaire, jugeant que sa carrière dans le service client, « où les gens vous traitent parfois assez mal », lui donnerait de quoi s’épancher.

Inaugurée début juillet, cette salle de colère accueille en majorité des femmes. « 80 % des clients sont des femmes âgées de 25 à 45 ans », selon le propriétaire Janne Raninen, dont l’établissement affiche complet depuis l’ouverture.

En Finlande, pourtant bastion de l’égalité des sexes, Janne Raninen reconnaît que « l’agressivité des femmes est taboue, elles n’ont pas le droit de se défouler ».

Si les frustrations causées par la pandémie de Covid-19 sont de loin les principales causes de la colère des clients, la salle de crise sur le thème du divorce, peinte en rose avec costume et robe de mariée accrochés au mur, s’avère également populaire.

Une pièce avec des appareils et des objets attendent d’être défoncée dans la salle de rage « Raivomoo » le 14 septembre 2021 à Helsinki. Photo Olivier MORIN / AFP via Getty Images.

Bien que des salles de colère existent ailleurs, notamment aux États-Unis, l’idée d’en fonder une à Helsinki a une résonance particulière pour Janne Raninen, 44 ans, qui a passé presque toute sa vie d’adulte en prison pour deux meurtres liés à des gangs.

Tenter d’éloigner les jeunes des gangs

A sa sortie de prison il y a six mois, il entend créer un exutoire pour que les gens puissent canaliser leur agressivité en toute sécurité.

« Je me suis dit que lorsque je sortirai, j’allais créer cette pièce et laisser les gens évacuer leur colère ici au lieu de faire les choses stupides que j’ai faites dans ma jeunesse », explique le quadragénaire. « Ce genre de salle aurait pu me faire du bien quand j’étais plus jeune ». 

La Finlandaise Sanna Sulin, 50 ans, met des lunettes de sécurité avant de détruire des imprimantes et autres appareils dans la salle de rage  le 14 septembre 2021 à Helsinki. Photo Olivier MORIN / AFP via Getty Images.

Janne Raninen donne aussi régulièrement des conférences aux jeunes pour tenter de les éloigner des gangs.

« C’est une de mes façons d’essayer de rembourser la société », dit-il, ajoutant que la salle de colère en est une autre.

Si « à long terme, il est toujours préférable d’aller voir un thérapeute et de travailler sur ses problèmes intérieurs », affirme-t-il, à court terme, « quand on veut s’amuser différemment et qu’on peut le faire avec des amis, alors c’est le meilleur endroit pour évacuer ».

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ