Fuite de documents : une ville du nord de la Chine couvre la deuxième vague d’épidémie de virus

Par Nicole Hao
23 avril 2020
Mis à jour: 23 avril 2020

Les autorités de la ville de Harbin, dans le nord de la Chine, ont sous-déclaré des cas de virus du PCC lors de la deuxième vague de l’épidémie locale, selon des documents internes du gouvernement obtenus par Epoch Times.

Entre-temps, un grand hôpital de Harbin a cessé d’accepter de nouveaux patients en raison d’une surcapacité et d’infections parmi le personnel médical. Certains travailleurs étaient observés pour des symptômes dans les centres de quarantaine.

Début avril, les autorités de la province nord-est de Heilongjiang ont signalé une nouvelle vague d’infections dans plusieurs villes, la plus grave étant à Harbin, la capitale provinciale. Lorsque la première épidémie chinoise est devenue grave en janvier, Harbin a désigné 24 hôpitaux pour traiter les patients atteints du virus du Parti communiste chinois (PCC), communément appelé nouveau coronavirus.

Epoch Times a également obtenu un « avis d’alerte » interne émis par le gouvernement du Heilongjiang le 13 avril, dans lequel il admettait que l’épidémie à Harbin se trouvait dans « une situation agrégée et explosive ».

Chiffres réels

Epoch Times a obtenu une fiche statistique de Daowai, l’un des 18 districts de Harbin, qui a enregistré les patients nouvellement diagnostiqués dans le district le 10 avril. La fiche contenait les noms de 34 personnes, leurs numéros d’identification, leurs numéros de téléphone portable, les résultats des tests d’anticorps et d’autres informations.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Tous les patients qui ont été testés étaient des contacts proches de patients confirmés, bien qu’il ne soit pas clair s’il s’agissait de contacts proches de ces mêmes patients. Ils ont tous été comptés comme des infections domestiques, ce qui signifie qu’ils n’étaient pas des contacts de personnes revenues en Chine d’un autre pays.

Les autorités du Heilongjiang exigent que tous les patients suspects subissent un test de diagnostic des acides nucléiques, une analyse sanguine des anticorps et un scanner. Un expert confirmera alors si le patient est porteur du virus.

Bien que la fiche technique ne présente que les résultats des tests sanguins de détection des anticorps des patients, les autorités ont déterminé le 10 avril que les 34 patients étaient des « patients diagnostiqués ». Parmi ce groupe, 20 ont été traités à l’hôpital Harbin n° 2, tandis que les 14 autres ont été envoyés dans quatre centres de quarantaine ; ce sont des sites habituellement reconvertis à partir d’hôtels.

La politique du gouvernement est de traiter tous les patients diagnostiqués dans des hôpitaux déterminés en Chine ; les patients atteints de virus confirmés qui séjournent dans les centres de quarantaine peuvent indiquer que les hôpitaux locaux sont devenus entièrement occupés par les patients.

« Le régime chinois n’a pas annoncé la véritable situation de l’épidémie depuis le premier jour, nous devons donc penser au pire scénario », a déclaré le commentateur des affaires chinoises Tang Jingyuan, basé aux États-Unis, dans une interview. Lorsque les hôpitaux sont pleins, « les patients présentant de légers symptômes peuvent devoir rester dans les centres de quarantaine ».

Capture d’écran de la liste de patients divulguée par le district de Daowai à Harbin, dans la province du Heilongjiang au nord-est de la Chine, le 10 avril 2020. (Fournie à Epoch Times par un initié)

Données officielles

À la date du 10 avril, Harbin n’a annoncé qu’une seule infection : un homme de 87 ans, nommé M. Chen, qui vit à Daowai. Les autorités de Harbin ont affirmé qu’il s’agissait de la deuxième infection domestique de la ville depuis de la deuxième vague d’épidémie.

Malgré tout, des données internes démontrent qu’il y a eu beaucoup plus d’infections ce jour-là.

Les autorités de Harbin ont également déclaré que la première infection de la deuxième vague de la ville a été diagnostiquée le 9 avril, identifiant le patient comme étant un homme de 54 ans, surnommé Guo de Daowai. Ils ont également découvert que Guo avait été en contact étroit avec 24 personnes.

Les autorités ont ensuite annoncé que les contacts étroits de Guo étaient asymptomatiques, tandis que plusieurs contacts étroits de Chen se sont révélés positifs par la suite.

Chen a propagé le virus à un total de 78 personnes, qui venaient de Harbin, d’autres villes de la province de Heilongjiang, ainsi qu’une personne de la province de Liaoning et deux personnes de Mongolie-intérieure, comme l’a rapporté le quotidien d’État Beijing Daily le 22 avril. Ils étaient entrés en contact avec Chen au premier hôpital affilié de l’université de médecine de Harbin et à l’hôpital n° 2 de Harbin, où Chen était soigné.

Les 78 personnes étaient soit en traitement à l’hôpital, soit des parents de patients à l’hôpital.

Cependant, aucun des 78 patients annoncés, ni les contacts étroits de Chen annoncés par les autorités comme étant des patients atteints du virus, ne correspondent aux patients listés sur la fiche technique obtenue par Epoch Times.

Les 34 patients diagnostiqués le 10 avril ne sont pas des contacts de Guo ou de Chen, donc la manière dont ils ont été infectés est un mystère.

Un membre du personnel (à gauche sur l’image) vérifie la température corporelle d’un résident avant qu’il n’entre dans un complexe résidentiel à Mudanjiang, dans la province du Heilongjiang, au nord-est de la Chine, le 20 avril 2020. (STR/AFP via Getty Images)

Situation grave

Deux médecins et six infirmières ont été diagnostiqués avec le virus à l’hôpital n° 2 de Harbin, et ont été traités dans des hôpitaux spécifiques, a rapporté le journal public Yangtze Daily le 22 avril, citant la Commission sanitaire de la province de Heilongjiang.

Pendant ce temps, 216 membres du personnel médical de l’hôpital étaient en observation dans des centres de quarantaine ; 189 autres ont été renvoyés chez eux en auto-quarantaine. Seuls 130 environ restent au travail à l’hôpital.

L’hôpital Harbin n° 2 a annoncé le 20 avril qu’il ne prendrait plus de nouveaux patients car « il y a trop d’infections à coronavirus dans notre hôpital ces derniers temps ».

Les habitants de Harbin ont déclaré à l’édition chinoise d’Epoch Times qu’ils sont très stressés face à la propagation du virus.

« Le niveau d’alerte dans le district de Daowai est très, très élevé. C’est horrible […] Certains blocs d’habitation, certains immeubles résidentiels et certains complexes résidentiels ont été mis en quarantaine », a déclaré M. Li, un résident de Daowai.

M. Li a déclaré que les autorités mettent une unité en quarantaine si un membre du ménage est confirmé comme étant porteur du virus. Lorsque plusieurs unités sont infectées, l’ensemble du bâtiment est verrouillé. Lorsque plusieurs bâtiments d’un même complexe sont infectés, l’ensemble du complexe résidentiel est verrouillé.

Il pense qu’il y a beaucoup plus d’infections que ce que les autorités ont admis.

« Le gouvernement n’a pas dit la vérité », a-t-il déclaré.

Un autre habitant de Harbin, M. Yu, a déclaré à l’édition chinoise d’Epoch Times qu’il avait entendu parler d’épidémies à Qiqihar, une ville située au nord.

Les autorités de Qiqihar n’ont pas annoncé de nouveaux diagnostics au cours des dernières semaines.

En quoi le journal Epoch Times est-il différent des autres médias  ?

Epoch Times est le média indépendant qui connaît la plus forte croissance au monde. Nous sommes différents des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, aucune entreprise ou aucun parti politique. Notre seul objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations précises et de nous montrer responsables envers le public. Nous ne suivons pas la tendance malsaine des médias d’aujourd’hui, à savoir un journalisme axé sur un agenda, mais nous utilisons plutôt nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ