Furieux de l’annulation d’une commande, un restaurateur pourchasse des touristes avec un couteau et s’accroche à leur véhicule

Par Séraphin Parmentier
19 août 2019 Mis à jour: 19 août 2019

Lorsqu’ils ont annulé leur commande, ces vacanciers ne se doutaient pas qu’ils allaient vivre une scène digne d’un film d’épouvante.

En vacances à Porto Palermo, sur la côte sud de l’Albanie, des touristes espagnols ont vécu une scène absolument terrifiante. Après avoir annulé leurs commandes et quitté un restaurant de la ville, jugeant le service trop lent, ils ont été pourchassés par le patron de l’établissement.

Armé d’un couteau de cuisine, ce dernier s’est rué à leurs trousses tandis que les touristes paniqués se réfugiaient dans leur véhicule en compagnie de leur chauffeur albanais, ce qui n’a pas empêché le restaurateur de se jeter sur le capot malgré le départ de la voiture.

Selon C-News, le véhicule parcourra trois kilomètres avec le forcené juché sur le capot. Sur les images tournées par les passagers à l’aide de leurs téléphones portables, on peut voir le restaurateur frapper violemment le pare-brise du véhicule à mains nues, réussissant à y faire un trou suffisamment large pour y passer le bras.

Le ministre du Tourisme présente ses excuses

Le véhicule finira par s’arrêter dans un village, l’agresseur en profitant pour descendre du capot et tenter d’ouvrir la portière côté conducteur avant que le chauffeur ne redémarre en trombe et parvienne à le semer.

D’après le quotidien albanais Tirana Post, Blendi Klosi, ministre du Tourisme de l’Albanie, a rencontré les vacanciers afin de leur présenter ses excuses et de leur promettre que l’assaillant serait arrêté et poursuivi, assurant que son comportement n’était pas représentatif de celui des habitants du pays.

L’agresseur placé en détention

Âgé de 51 ans et prénommé Mihal Kokedhima, l’agresseur a été arrêté par la police albanaise et présenté devant un juge le 18 août. Selon La Dépêche, il a été placé en détention provisoire pour « intimidation, dommages intentionnels et destruction de biens ».

Le quotidien affirme qu’il serait le fils d’un ancien député de la région où l’agression a eu lieu.

RECOMMANDÉ