Un garçon adopte un petit chien abandonné, puis il découvre que c’est en fait un énorme loup

Par Michael Wing
31 juillet 2019 Mis à jour: 31 juillet 2019

Un petit chien se trouvait dans un caddie d’épicerie ; apparemment abandonné par son ancien propriétaire. En voyant les yeux pitoyables et suppliants du chien, ses longues oreilles levées comme celles d’un berger allemand, un jeune homme de 18 ans de Tucson, en Arizona, a supplié ses parents de le laisser garder le chien. Ils l’ont appelé Neo.

Le chien abandonné a forgé un lien avec son sauveteur. A part cela, l’accoutumance de Neo à la vie domestique a été pleine de difficultés. Neo avait terriblement besoin d’attention et demandait à son propriétaire d’être avec lui pratiquement chaque minute de la journée. Neo devenait lunatique et anxieux en présence d’autres personnes, les ignorant et évitant tout contact visuel.

Il s’est également montré incapable d’apprendre à propreté. Par son comportement et l’impossibilité d’être dressé, il était clair que Neo n’était pas un chien ordinaire.

Au fur et à mesure que Neo grandissait, il est devenu évident que son apparence et son comportement n’étaient pas comme des chiens normaux. Il était grand et longiligne ; il était aussi fort et est devenu un peu un artiste de l’évasion. Neo avait l’habitude de franchir la clôture et d’entrer dans la cour des voisins pour jouer avec leurs bergers allemands – cela traduisait son envie constante de chercher de la compagnie.

Même après avoir ajouté de la hauteur à la clôture, ça n’a pas aidé. Neo se débrouillait pour s’en sortir.

Bientôt, les voisins se méfièrent de la bête aux « longues pattes » qui rentrait et sortait de leur cour. Et ses propriétaires ont dû se rendre à l’évidence que Neo, quelle que soit son espèce, était hors de leur contrôle. Ils ont donc cherché de l’aide pour lui trouver une nouvelle maison : quelque part où il aurait sa place.

Ils l’ont emmené à la Société Protectrice des Animaux de l’Arizona. D’entrée de jeu, Maureen O’Nell, PDG de l’association, pouvait dire que Neo n’était pas un chien ordinaire.

« J’ai vu un couple marcher avec un chien aux longues pattes jusqu’à la porte d’entrée », a expliqué Maureen. « Ce n’est pas sa composition corporelle qui a attiré mon attention, mais son comportement. Neo évitait complètement l’interaction humaine. Le couple qui l’accompagnait semblait, du mieux que je puisse le décrire, perplexe. »

« Je me suis approchée du couple et j’ai demandé : ‘Vous savez que ce n’est pas un chien ?’ Ils m’ont répondu : ‘On se le demandait.’ »

Le personnel de la Société Protectrice des Animaux savait que Neo était presque certainement un chien-loup qui penchait fortement vers le côté loup en termes de traits génétiques. Cela expliquait le besoin constant de Neo d’avoir de la compagnie – il recherchait une dynamique de « meute » – et son aversion pour pratiquement tous les contacts humains.

La Société protectrice des Animaux savait que Neo avait besoin d’un foyer spécial : ils se mirent à chercher et trouvèrent « Wolf Connection », un ranch pour loups et chiens-loups partiellement domestiqués et qui ne sont plus capables de survivre dans la nature. À cet endroit, les instincts de formation de meute des chiens sauvages sont libres de se manifester. Dans le même temps, les visiteurs, en particulier les jeunes à risque, sont invités à entrer en contact avec les animaux. Cela constitue une forme de thérapie autant pour les humains que pour les animaux.

Neo a maintenant atteint sa pleine maturité et s’est intégré avec succès à la communauté de Wolf Connection, a rapporté Little Things. Son installation dans un habitat plus adapté a également porté ses fruits : Neo s’est fait beaucoup d’amis à fourrure au ranch et est aussi devenu plus à l’aise avec les gens, participant à des randonnées avec les visiteurs du ranch.

RECOMMANDÉ