Comment garder le bien-être collectif à l’esprit pendant l’épidémie de coronavirus

Au milieu de notre panique autour de COVID-19, nous devons nous tourner les uns vers les autres pour nous aider à passer au travers
Par Jill Suttie
17 mars 2020
Mis à jour: 17 mars 2020

Je viens d’apprendre que l’établissement scolaire de mon fils, l’université de Washington, va annuler tous les cours en présentiel et les examens pour aider à contenir la propagation du coronavirus. Un cas confirmé sur le campus a incité l’université à réagir.

Bien que l’université doive supporter des coûts élevés – elle doit par exemple procéder à un nettoyage en profondeur de tout le campus, je suis vraiment reconnaissant à l’université d’avoir agi rapidement et d’avoir fait passer les étudiants en premier. C’est l’une des nombreuses façons dont je me sens pris en charge au milieu de cette crise, et l’un des nombreux actes de sollicitude que j’attends dans les semaines à venir.

Pourquoi attendre plus de coopération et de compassion face à une épidémie ? Parce que, contrairement à la croyance populaire, les crises ont souvent tendance à faire ressortir le meilleur des gens. Un rapport d’enquête qui a examiné la réaction des gens lors des attentats du 11 septembre 2001 contre les tours jumelles a montré que les gens se pliaient en quatre pour aider les autres à s’échapper, parfois au prix de grands risques personnels. D’autres rapports sur les conséquences des catastrophes naturelles montrent que des étrangers se tendent la main pour aider les autres.

S’il est vrai que parfois les catastrophes peuvent amener une minorité de personnes à tirer profit de la situation – par exemple, voler les biens des gens alors que ces derniers ont dû quitter leur maison – cette réaction n’est pas courante, même si elle fait les gros titres. Au contraire, lorsque nous sommes confrontés à un ennemi commun, comme une épidémie, nous sommes plus susceptibles de nous rassembler au profit de tous.

Remarquez combien de jeunes en bonne santé prennent au sérieux la nécessité de se laver fréquemment les mains, de se couvrir la bouche lorsqu’ils toussent, de rester à la maison lorsqu’ils sont malades ou de porter un masque lorsqu’ils sont en public. Bien sûr, personne ne veut tomber malade, mais, en même temps, personne ne veut être responsable de rendre les autres malades.

En fait, les recherches montrent que la protection des autres est une motivation énorme pour faire ce qui est juste. Par exemple, une étude a examiné ce qui incite les médecins et les infirmières des hôpitaux à se laver les mains. Les chercheurs ont constaté que les panneaux indiquant « L’hygiène des mains empêche les patients d’attraper des maladies » étaient plus efficaces pour inciter au lavage des mains que les panneaux indiquant simplement : « L’hygiène des mains vous empêche d’attraper des maladies. » En d’autres termes, il était plus efficace de faire appel à l’altruisme des travailleurs de la santé pour soigner leurs patients qu’à leur intérêt personnel.

En fait, il est peut-être tout simplement dans la nature humaine d’être gentil et serviable lorsque les autres ont besoin de nous. Dans une étude récente, des enfants âgés de 4 à 5 ans seulement à qui l’on avait dit que résister à une friandise profiterait à un autre enfant étaient plus à même de retarder la satisfaction que des enfants à qui l’on avait dit que leurs actes n’affecteraient qu’eux-mêmes. De même, des bébés de 19 mois seulement étaient prêts à donner de la nourriture à quelqu’un qui semblait en avoir besoin, même s’ils avaient eux-mêmes faim.

Bien entendu, tout le monde n’agit pas de manière altruiste dans ces situations. Alors, qu’est-ce qui fait qu’il est plus probable qu’ils le fassent, et comment pouvons-nous utiliser cela à notre avantage ? Voici quatre façons de susciter davantage d’altruisme dans la lutte contre le virus.

1. Regarder les héros

Il y aura toujours des efforts héroïques dans une catastrophe, des gens qui se sacrifient pour le bien des autres. Pensez aux travailleurs de la santé qui soignent les personnes infectées par ce virus en prenant de grands risques personnels. Ou à ceux qui sont infectés par le virus et qui s’isolent volontairement pendant des semaines pour protéger le public.

Lorsque nous entendons les histoires de ces personnes, nous ressentons ce que l’on appelle une élévation morale, un sentiment chaleureux qui nous inspire, alimentant l’optimisme et le désir d’agir nous-mêmes de manière altruiste. Même si la tentation est grande de se concentrer sur la peur et sur tout ce qui va mal, nous pouvons réorienter notre attention vers ceux qui font ce qu’il faut, ce qui nous conduira à être nous-mêmes de meilleurs citoyens.

2. Rester calme et concentré

Il est facile de se perdre dans la peur lorsqu’une catastrophe survient. Cependant, cela n’aide personne de semer la panique, car nous ne pensons pas aussi clairement lorsque nous sommes en mode urgence. Vous pouvez voir comment cela s’est déjà produit, car les gens ont accumulé des masques et créé une pénurie qui pourrait affecter les personnes qui en ont vraiment besoin, celles qui sont malades et ont besoin de masques pour éviter de propager la maladie au reste d’entre nous.

Comment pouvons-nous rester plus calmes et faire des choix plus judicieux ? L’un des moyens est d’utiliser tous les outils dont vous disposez pour garder la tête froide, comme si vous pratiquiez la pleine conscience, qui s’est avérée à la fois réduire la réactivité émotionnelle et nous aider à prendre de meilleures décisions. Nous pourrions nous promener dans le parc ou dans les bois voisins et laisser la nature nous apaiser. Ou bien nous pouvons parler à un ami, un ami calme qui peut nous aider à réduire notre anxiété.

Bien sûr, nos façons habituelles de nous lier socialement, comme chanter ensemble à un concert ou aller à de grandes fêtes, devront peut-être changer. Mais tout ce que nous pouvons faire pour maintenir un climat de calme et le répandre autour de nous sera le mieux. Après tout, nos émotions ont tendance à être contagieuses dans nos cercles sociaux, et nous devons faire de notre mieux pour contenir la peur et la panique.

3. Faire preuve de gratitude

L’une des choses les plus gentilles que nous puissions faire est de dire « merci » à ceux qui font ce qu’ils peuvent pour lutter contre l’épidémie. Comme pour l’université de mon fils, il n’y a pas de mal à envoyer un message de remerciement aux personnes et aux organisations qui font ce qu’il faut, qu’il s’agisse d’une agence de voyage qui offre des remboursements pour les voyages annulés, un voisin qui vous livre un masque de rechange ou des experts en virologie qui vous donnent des informations claires sur la façon de rester en sécurité.

Lorsque nous montrons de la gratitude envers les autres, nous leur faisons savoir que leurs actions comptent, ce qui encourage le même type de comportement, non seulement envers la personne reconnaissante, mais aussi envers les autres. Créer un cycle d’altruisme est utile lorsque nous sommes confrontés à un défi qui nous concerne tous, en aidant à renforcer la confiance en chacun et à prendre soin de la situation de chacun.

4. Se souvenir de notre humanité commune et faire preuve de compassion

Lorsque nous avons peur, notre premier instinct peut être de rejeter la faute sur les autres ou de nous livrer à des préjugés à l’égard des groupes que nous considérons comme responsables. Les médias montrent déjà que certaines personnes d’origine asiatique aux États-Unis se retrouvent évincées ou victimes de profilage racial, simplement parce que le virus semble provenir de Chine. Bien que nous sachions rationnellement qu’aucune personne ou aucun pays ne peut être blâmé pour une épidémie virale, notre esprit cherche encore des explications simples.

Les recherches suggèrent que lorsque nous reconnaissons notre humanité commune et que nous faisons preuve de compassion, nous sommes plus susceptibles de nous rassembler et de résoudre des problèmes qui peuvent être de nature complexe. Vous pouvez commencer par faire preuve de compassion, ce qui peut vous aider à être plus disposé à admettre vos erreurs et à prendre des mesures pour les corriger. C’est important, car l’erreur humaine peut être coûteuse en cas d’épidémie virale, et nous devons travailler ensemble pour tirer les leçons de nos erreurs.

Bien entendu, toutes ces lignes directrices ne remplacent pas l’importance de la pratique d’une bonne hygiène. Nous devons continuer à nous laver fréquemment les mains et à éviter de nous toucher le visage afin de réduire les risques de nous infecter et d’infecter les autres. Mais nous devons également nous souvenir de notre hygiène sociale, rechercher les héros, rester nous-mêmes calmes, être reconnaissants et nous souvenir de notre humanité commune. De cette façon, nous pouvons contribuer à rendre le monde plus sûr pour nous tous.

Jill Suttie, Psy.D., est la rédactrice en chef de la revue Greater Good et y rédige souvent des articles. Cet article a été publié à l’origine par le magazine en ligne Greater Good.

RECOMMANDÉ