Édouard Philippe a-t-il fait, consciemment ou inconsciemment, un doigt d’honneur aux syndicats pendant son discours  sur la reforme des retraites ?

Par Epoch Times
13 décembre 2019 Mis à jour: 13 décembre 2019

Ce mercredi 11 décembre, pendant son discours devant le Conseil économique, social et environnemental (CESE), le Premier ministre Édouard Philippe a eu un geste malencontreux au moment d’évoquer les syndicats. Là où certains n’y voient qu’un geste anodin pour relever ses lunettes, d’autres y voient un doigt d’honneur déguisé.

Environ une semaine après le début de la grève nationale, le Premier ministre Édouard Philippe a pris la parole devant le CESE pour clarifier sur la réforme des retraites souhaitée par le gouvernement. Pendant son discours, au moment d’évoquer « les organisations syndicales », il a l’espace d’un instant relevé ses lunettes, d’abord avec l’index puis avec le majeur.

Un détail qui a échappé à bon nombre de français, mais qui a été flagrant pour les spécialistes du décryptage corporel.

C’est le cas d’Élodie Mielczareck, une spécialiste du décryptage de la communication politique, invitée sur le plateau de CNews jeudi 12 décembre, qui a interprété que le Premier ministre a fait un doigt d’honneur aux syndicats, consciemment ou inconsciemment.

Elle a déclaré, « Il y a quand même quelque chose qui est sur les mains. Juste le geste en lui-même, on ne peut pas en dire quelque chose bien qu’il soit amusant. Mais ce qui est très intéressant, c’est qu’à un moment donné il remet ses lunettes un peu plus tard et quand il parle des jeunes là il utilise l’index. »

Elle évoque ensuite un autre point « il y a ce qu’on dit et les choses qu’on fait passer », ajoutant qu’à chaque fois qu’Édouard Philippe évoquait les syndicats et la bonne entente qu’avait le gouvernement avec eux, « son corps montre l’inverse ».

« Souvent, quand on s’intéresse au langage du corps, on se focalise sur les expressions du visage, l’expression des émotions. Mais ce qui s’exprime aussi, ce sont les mains. Les mains sont reliées de 70% à 80% à nos aires cérébrales actives », a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté que la posture du Premier ministre aurait trahi son état d’esprit à plusieurs reprises pendant son discours. Notamment lorsqu’il se frottait les mains « à des moments spécifiques » ou lorsqu’il a eu « un déboîtement de la mâchoire » en parlant de la future réunion prévue avec les organisations.

Pour cette sémiologue, ce qu’a fait le Premier ministre lors de son discours s’appelle « un lapsus gestuel » mais elle nuance néanmoins que « tous les experts ne sont pas d’accord pour les interpréter ».

Et vous, qu’en pensez-vous ?

RECOMMANDÉ