Le geste gentil d’une élève de première année d’école envers la seule élève noire de la classe conduit à une amitié de 50 ans

Par Louise Bevan
6 avril 2021
Mis à jour: 6 avril 2021

Un acte de gentillesse de la part d’une élève de première année envers sa camarade de classe le jour de la rentrée a tout changé pour une élève apeurée.

C’était dans les années 1970. La famille de la jeune Kimberly Patman était la première famille noire à s’inscrire dans le district scolaire de Cedar Hill, à Dallas. Elle se souvient encore du moment où une petite fille lui a tapé sur l’épaule pendant la récréation à l’école primaire de Bray. Il s’agissait d’un élan d’amitié de la part de LeeAnn Polster, une autre élève de première année.

Cinquante ans plus tard, elles sont toujours inséparables.

« Le premier jour d’école, j’avais tellement peur et je pleurais parce que tout le monde était différent de moi », se souvient Kimberly à ABC. « Tout le monde était blanc et j’étais noire, alors j’avais juste peur. Je ne sais pas pourquoi j’avais peur, mais j’avais peur. »

Kimberly Patman (à gauche) et LeeAnn Polster (Avec l’aimable autorisation de Michael Sudhalter / Cedar Hill Independent School District)
LeeAnn (d) avec sa famille dans les années 1970 (Avec l’aimable autorisation de LeeAnn Polster)

À ce moment-là, LeeAnn, de Cedar Hill, émue par la peur et les pleurs de Kimberly lors de ce premier jour d’école, s’est approchée d’elle pour lui demander pourquoi elle pleurait. « Elle m’a dit de ne pas avoir peur et qu’elle serait mon amie », se souvient-elle.

« J’étais tellement heureuse d’avoir quelqu’un à qui parler, parce que personne ne m’avait parlé de toute la matinée. »

Mme Polster ne se souvient pas de cette rencontre, mais affirme qu’elle est « vraiment touchée » de savoir à quel point cela a compté pour son amie. Le lien d’amitié durable qui a suivi en dit long.

Décrivant son amie comme « tellement facile à vivre », Mme Polster a déclaré : « Kim est très extravertie et tout le monde l’aime, alors que j’étais beaucoup plus réservée quand j’étais enfant. Je pense que c’est en partie pour cela que nous nous entendons bien. »

(GD) Mmes Polster et Patman et leurs amis (Avec l’aimable autorisation de LeeAnn Polster)

Séparées en troisième année, les deux élèves se sont retrouvées en sixième année et ont renoué leurs liens comme si le temps n’avait pas passé. Proches depuis, elles disent s’être encore plus rapprochées depuis que leurs enfants ont quitté la maison.

L’école élémentaire de Bray, qui est toujours une petite école comptant environ 300 élèves, a quelque peu changé au cours des quelque 50 années qui se sont écoulées depuis que les deux amies y sont allées. Leur lien met en évidence le message d’acceptation de l’école, à tel point qu’elles ont été invitées à revenir pour partager leur histoire avec les élèves de première année.

« L’amitié, la gentillesse et l’engagement sont des piliers extraordinaires que nous inculquons aux enfants tous les jours », a déclaré Shequita Miller, directrice de l’école primaire de Bray. « Leur histoire est ce que nous avons vraiment besoin d’entendre en ce moment. »

Mme Patman et Mme Polster avec des élèves de l’école primaire Bray, Dallas (Avec l’aimable autorisation de Michael Sudhalter / Cedar Hill Independent School District)
Les deux amies ensemble (Avec l’aimable autorisation de LeeAnn Polster)

Mme Patman ne saura jamais comment tout cela aurait pu se terminer si elle n’avait pas rencontré son amie en ce premier jour d’école, il y a tant d’années.

« Il suffit d’avoir un bon cœur et de tendre la main à quelqu’un », a déclaré Mme Patman, ajoutant que le geste de sa meilleure amie a créé « une grande différence » dans sa vie.

« C’était un lien qui devait exister », a-t-elle ajouté.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ