Gilet jaune : il écrit une lettre de doléances au préfet du Val-d’Oise et reçoit la visite des services de renseignement

16 janvier 2019
Mis à jour: 16 janvier 2019

Après avoir rédigé un courrier de doléances adressé au préfet du Val-d’Oise, un retraité membre des « gilets jaunes » a reçu la visite d’agents des renseignements.

Membre d’un forum intitulé « Les gilets jaunes solidaires du Val-d’Oise », Jacques D. a envoyé une lettre de quatre pages contenant l’ensemble de ses revendications au préfet de son département courant décembre.

Une démarche qui n’avait rien de répréhensible pour ce retraité qui explique que « la mairie n’avait pas encore mis de cahiers [de doléances, ndlr] à disposition » à ce moment-là.

«  Je me suis dit qu’il n’y avait qu’un seul moyen officiel de s’exprimer, en transmettant directement à la préfecture », ajoute-t-il dans les colonnes du Parisien.

L’affaire aurait pu en rester là si ce retraité n’avait pas reçu un appel du service départemental du renseignement territorial début janvier.

« Ils m’ont demandé de venir me présenter à leur bureau ou alors m’ont dit qu’ils pouvaient venir à mon domicile », explique Jacques D.

Et le 11 janvier, deux agents des renseignements lui ont effectivement rendu visite chez lui.

« Ils m’ont posé beaucoup de questions, mais ne m’ont jamais dit pourquoi », indique le retraité qui affirme n’avoir jamais manifesté avec les ‘gilets jaunes’.

« Mon groupe de discussion est un mélange de gens raisonnables qui n’ont jamais rien cassé et qui ne vont même pas sur les ronds-points ! »

Contactée par Le Parisien, la préfecture du Val-d’Oise a expliqué qu’il s’agissait d’une démarche « normale » dans ce genre de cas.

« À partir du moment où ce monsieur se présente comme un ‘gilet jaune’, il est normal qu’on le contacte. Ces doléances émanaient d’un groupe que nous ne connaissions pas du tout, on se pose logiquement des questions. Comme tout mouvement sociétal, il est suivi par les renseignements. Et d’ailleurs, il n’y a pas eu de convocation, nous l’avons invité à nous rencontrer. »

Des propos qui ne semblent pourtant pas convaincre Jacques D : « Cela donne à réfléchir sur le fond. Ils disent que le débat est ouvert à tous, mais derrière on est fliqué. »

Cet article vous a intéressé  ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous un commentaire pour nous donner votre avis. 

VIDÉO RECOMMANDÉE : 

«Gilets jaunes» Le Défenseur des droits ouvre une enquête sur de possibles «atteintes à la liberté» de manifester

RECOMMANDÉ