Gironde : il agresse un maire et écope d’une peine de prison légère qui pourra être aménagée

Par Sarita Modmesaïb
18 août 2020
Mis à jour: 18 août 2020

Le 4 août dernier, le maire de Saint-Philippe d’Aiguille se faisait agresser sur la place du village. Un homme de 26 ans a été condamné à 12 mois de prison dont 6 avec sursis.

Dans la soirée du 4 août, vers 22 h, Philippe Bécheau avait dû intervenir pour tapage nocturne auprès d’un groupe de personnes alcoolisées et agressives. Leur demandant de baisser le volume de la musique qui dérangeait le voisinage, il s’était vu essuyer un refus, puis frappé par l’un des hommes.

Celui-ci s’était d’ailleurs rendu de lui-même à la gendarmerie, laquelle était déjà sur la piste des agresseurs du fait d’effets personnels laissés sur les lieux.

Le père de famille de 26 ans issu de la communauté des gens du voyage et « pas spécialement » connu de la justice, a été placé en garde à vue dès mardi 11 août.

Jugé en comparution immédiate, le prévenu s’est « retranché derrière une amnésie imputable à une alcoolisation massive », a expliqué le parquet de Libournes.

Condamné à douze mois de prison dont six assortis d’un sursis probatoire, l’homme n’a pourtant pas fait l’objet d’un mandat de dépôt et la peine est donc susceptible d’être aménagée.

« Il faut que la justice soit forte »

Philippe Bécheau, la victime de l’agression, s’est dit quant à lui « secoué », mais estime que la peine est « juste et proportionnée ».

Il s’est exprimé ainsi sur 20 Minutes : « Aujourd’hui, la justice a géré les conséquences d’une agression. Mais le plus important, c’est d’en gérer les causes, il faut qu’on trouve des moyens, avec l’éducation à l’école, les parents, l’instruction civique… Si on ne s’attaque pas aux causes, cela ne va pas s’arrêter. »

Il n’en restera donc pas là et a décidé de « faire bouger les choses ».

« Ma réaction au départ était surtout liée aux impunités et aux décisions de justice. Beaucoup d’agressions ne sont sanctionnées que par un rappel à la loi ou quelques jours de travaux d’intérêt généraux. Il faut que la justice soit forte et qu’elle envoie un message explicite pour ne pas que ces faits se reproduisent », confie l’édile, selon Francetvinfos.

Depuis l’agression, le président LR de la commission des lois du Sénat, Philippe Bas, a adressé un courrier au Premier ministre afin que « toute forme de violence à l’égard des maires soit sanctionnée de manière rapide et proportionnée ».

Depuis le début de l’année, 233 élus ont subi un acte de violence.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. , Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ