Google atteint la «suprématie quantique» qui va bientôt briser tous les cryptages

Par Chriss Street
27 septembre 2019 Mis à jour: 27 septembre 2019

Bitcoin a plongé de 15 % alors que le monde de la technologie commence à se rendre compte que la « suprématie quantique » de Google en matière d’informatique menace toute la cyber-sécurité financière et militaire.

Le 24 septembre, les données de TradingView indiquaient que la crypto-monnaie Bitcoin de la bourse de Binance était passée de 9 352,89 à environ 7 800 $ en moins d’une heure (8 564,44  à environ  7 143,24 €), avant de clôturer à environ 8 568 $ (7 846,57 €). Cette perte de confiance fait suite à la publication de rapports techniques selon lesquels la « suprématie quantique » sera bientôt en mesure de pirater des cryptages de 256 bits invulnérables aux attaques par force brute de super-ordinateurs classiques.

Les efforts de Google au cours de la dernière décennie pour développer un « Super Intellect System » étaient axés sur l’intelligence artificielle (IA), l’informatique quantique et la robotique humanoïde. De nombreux observateurs ont qualifié cet effort de « Skynet », tiré du film de 1984 : Terminator.

La NASA a publié un article scientifique affirmant que Google a atteint la « suprématie quantique » avec un ordinateur quantique de 53 qubits. L’appareil ne prend que 200 secondes pour accomplir une tâche de calcul qui prendrait normalement 10 000 ans sur un nouveau supercalculateur.

Bien qu’un ordinateur quantique de 53 bits puisse briser n’importe quelle cryptographie de 53 bits en quelques secondes, les transactions Bitcoin sont protégées par un cryptage de 256 bits. Mais Fortune a rapporté que les qubits de l’ordinateur quantique de Google doubleront au moins tous les deux ans pour atteindre plus de 100 qubits d’ici 2020, puis vaincront toutes les monnaies crypto en 2022 avec plus de 400 qubits.

L’Agence de défense du système d’information, (Defense Information Systems Agency (DISA)), a révélé en mars que les ordinateurs quantiques finiront par étendre leurs qubits à 512, 1 024 et 2 048, ce qui rendra obsolètes les niveaux les plus élevés des cryptages militaires américains actuels. Le DISA s’appuie sur l’« Autre autorité en matière de transactions » du Département de la défense pour accélérer l’émission de demandes de livres blancs sur les modèles potentiels de cryptage de la cybersécurité, qui ne peuvent être piratés par des ordinateurs quantiques.

L’informatique quantique dépasse les limites de l’informatique traditionnelle où les calculs sont effectués un à la fois avec les deux chiffres binaires (bits) de « 0 » ou « 1 » qui activent et désactivent le courant électronique traversant les transistors. Mais les particules subatomiques à superposition quantique peuvent exister dans deux états à la fois, élargissant les chiffres « enchevêtrés » en qubits.

« C’est une approche complètement différente de l’informatique que le comptage, qui est à la base de tout calcul actuel. Il est possible que nous ayons programmé les ordinateurs dans le mauvais sens ces dernières x années. Le quantum est une approximation beaucoup plus proche de la façon dont la nature perçoit les choses », a déclaré Fletcher Previn, le DSI d’IBM, lors de la conférence TechNet Cyber de l’AFCEA de Baltimore en mars, quand il a décrit le défi de l’informatique quantique.

Le dirigeant chinois Xi Jinping a exigé la modernisation complète de l’Armée populaire de libération (APL) d’ici 2035 et la transition de la Chine vers une grande puissance militaire en 2050. Pour soutenir cet effort, les dépenses militaires de la Chine en 2019 ont augmenté de 7,5 %. Mais la part prépondérante de son budget de recherche technologique pour l’APL a augmenté de 13,4 %, avec une attention particulière portée à l’intégration de l’IA, de l’informatique quantique et des robots humanoïdes.

On a supposé au début de 2018 que la Chine serait la première à atteindre la suprématie quantique après que les physiciens chinois ont prétendu établir un record de calcul quantique en atteignant un enchevêtrement de 18 qubits, tout en étant capable de contrôler chaque qubit. Mais la Chine n’a fait aucun commentaire concernant l’informatique quantique depuis que Google a révélé qu’elle était la première.

Démontrant la vitesse accélérée des changements techniques perturbateurs, D-Wave – qui fournit du matériel exotique à Google et à d’autres organismes de recherche – a annoncé le 24 septembre que l’entreprise proposait un ordinateur quantique de 2048 qubits appelé la plate-forme « D-Wave 2000Q ».

Chriss Street est un expert en macroéconomie, en technologie et en sécurité nationale. Il a été chef de la direction de plusieurs entreprises et est un écrivain actif avec plus de 1 500 publications. Il donne aussi régulièrement des conférences sur la stratégie à des étudiants diplômés des meilleures universités de la Californie du Sud.

RECOMMANDÉ