Google veut déployer ses voitures sans conducteur d’ici 2020

7 septembre 2015 Mis à jour: 12 septembre 2018

Combien de temps avant que les voitures sans conducteur soient mises à la disposition du grand public ? Bien que Google soit à la pointe dans ce domaine, il n’avait pas encore fixé de calendrier formel, jusqu’à ce que Chris Urmson en charge du projet de voiture sans conducteur Google ait annoncé récemment se fixer l’échéance de 2020 – date à laquelle son fils aura 16 ans.

Google publie des informations mensuelles sur les tests de sa flotte de véhicules. Dans l’édition d’août, l’entreprise a affirmé que « l’objectif de Chris Urmson était de veiller à ce que son fils de 11 ans n’ait pas besoin de passer son permis de conduire. ».

Depuis 2009, les voitures sans conducteur de Google (appelées aussi Google Car) ont parcouru en tout plus de 1,85 millions de km en mode autonome, et ont parcouru en moyenne plus de 16 000 km par semaine sur des routes publiques.

Dans sa phase actuelle de tests, Google recueille les commentaires de la communauté des conducteurs et des piétons qui interagissent avec les Google Car. L’entreprise est déjà en train d’élaborer les plans d’un programme pilote où le public pourra essayer ces prototypes.

Google a longtemps testé ses voitures à proximité de son siège à Mountain View, en Californie, mais il a récemment élargi ces zones « loin de la Silicon Valley » pour voir ce qu’il y a à apprendre dans des environnements différents.

« Nous avons dû apprendre à gérer de nouveaux types d’infrastructures routières, comme les feux de signalisation horizontaux, » indique le rapport. « Mais dans l’ensemble, sur la façon dont les voitures fonctionnent, il y a beaucoup plus que de similitudes que de différences. ».

LIRE AUSSI

Un accident a été signalé en août  le nombre total d’accidents en cinq ans des phases de test de Google étant de 16. Une voiture Google était près d’une intersection lorsque qu’un piéton a traversé soudainement. Cela a forcé le pilote « humain » à reprendre le contrôle manuellement et à freiner, et un autre véhicule a embouti l’arrière la voiture d’essai. Google affirme que sur les 16 accidents, pas un seul n’était dû à une défaillance de son système d’auto-conduite.

Même si le pilote humain était responsable de l’arrêt de la Google Car, une analyse ultérieure de l’incident a indiqué que sa décision n’aurait pas été pas nécessaire. Le système d’auto-conduite de Google conserve une trace de ses propres décisions, y compris la façon dont la voiture aurait agi lors de cet accident. Dans ce exemple, le système autonome aurait laissé moins de marge d’erreur que le pilote humain.

« L‘objectif de Chris Urmson était de veiller à ce que son fils de 11 ans n’ait pas besoin de passer son permis de conduire. » – Rapport de Google

« Si la voiture avait été libre de fonctionner de manière autonome, elle se serait arrêtée en toute sécurité devant le passage pour piétons. Curieusement, cependant, elle aurait freiné un peu moins fort et se serait arrêté beaucoup plus près du passage pour piétons avant de s’arrêter, » indique le rapport.

Le rapport ne précise pas si l’accident aurait pu être évité si le conducteur humain n’avait pas repris le contrôle et si le système autonome de conduite aurait laissé plus d’espace en freinant entre le véhicule à l’arrière et la Google Car, mais il suggère que les systèmes autonomes sont plus capables que les humains pour optimiser la quantité d’espaces nécessaires entre les piétons devant et les véhicules derrière.

« Cette situation met en lumière que les ordinateurs sont compétents dans ces situations. Notre logiciel peut faire un calcul avec de nombreux facteurs complexes, tout à la fois la vitesse et la trajectoire de notre véhicule – mais aussi la vitesse et de la trajectoire du piéton et de l’autre véhicule, » indique le rapport. « Il pourrait faire alors un calcul de freinage extrêmement nuancé et mettre en œuvre une réponse très contrôlée, tout çà très rapidement. ».

Article original : Google Hints at Goal to Roll Out Self-Driving Car by 2020

RECOMMANDÉ