Gorges de l’Ardèche: une nordiste finit dans le coma après avoir été projetée sur les rochers lors d’une descente en canoë

Par Emmanuelle Bourdy
25 juillet 2020
Mis à jour: 25 juillet 2020

Des vacances qui se terminent de façon dramatique pour ce couple de Nordistes, séjournant en Ardèche.

« À cheval sur le mur avec plusieurs mètres dessous ! »

Francis Denys et son épouse Catherine avaient effectivement choisi l’Ardèche pour passer leurs vacances, rapporte La Voix du Nord. Originaire du Nord, le couple avait entrepris la descente des gorges de l’Ardèche en canoë, ce vendredi 17 juillet. C’est au moment où le couple a franchi les rapides de Charlemagne, non loin du Pont d’Arc, que l’accident s’est produit. En effet, l’embarcation s’est mise à chavirer, éjectant brutalement Catherine Denys, qui a percuté les rochers.

L’endroit était particulièrement dangereux, ainsi que le décrit Francis Denys : « On s’est retrouvés à cheval sur le mur avec plusieurs mètres dessous. Puis le canoë s’est retourné à plusieurs reprises dans les rapides… », précise-t-il.

« Les médecins ne savent pas quoi me dire ! »

Le couple a tout de même continué sa descente. Le soir, Catherine a commencé à se sentir mal, se plaignant d’intenses douleurs dans le ventre. Son mari explique que « samedi matin, à 7 heures, j’ai fini par appeler les pompiers, qui l’ont transportée aux urgences à l’hôpital d’Aubenas ». Les médecins ont diagnostiqué une hémorragie interne. « Elle avait 1,5 litre de sang dans le ventre, après une explosion de la rate ». Francis Denys est convaincu que cela provient du moment où sa femme a percuté les rochers, relate encore La Voix du Nord.

Catherine Denys, qui a été opérée en urgence, est dans le coma, toujours hospitalisée. Francis Denys, désespéré, confie : « Je ne sais pas ce qui va se passer. Les médecins ne savent pas quoi me dire. Je ne peux qu’attendre et aller voir ma femme qui est intubée et inconsciente… » Il ne pensait pas que son séjour tournerait au cauchemar.

Ils n’ont pas été assez prévenus des dangers

Il précise qu’au moment où ils ont loué les canoës, on leur a brièvement expliqué où passer, sans les avertir des dangers d’une telle descente. De plus, il a dû réclamer des casques, car le loueur de canoës n’en avait pas fourni. « Si j’avais été informé correctement des dangers de la descente, je n’aurais jamais loué un canoë », ajoute-t-il.

Pour la société de location, le couple a eu les mêmes consignes que les autres clients. « Le canoë, comme l’escalade, ou le VTT, est une activité de plein air, qui n’est pas sans risque », précise la société de location au Dauphiné libéré.

Pour Francis Denys, il est important d’apporter ce témoignage afin que « les gens soient informés correctement des dangers de ce sport, présenté comme une activité tranquille, accessible aux enfants », concluant que « les conséquences des accidents peuvent être très violentes ».

Le saviez-vous  ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ