Le gouvernement britannique aurait demandé à la BBC de ne pas diffuser un programme sur les prélèvements forcés d’organes en Chine

Par Lily Zhou
7 novembre 2020
Mis à jour: 10 novembre 2020

Le gouvernement britannique pourrait avoir été impliqué dans l’annulation d’un programme de la BBC portant sur les prélèvements forcés d’organes en Chine, a-t-on allégué mercredi.

Sir Geoffrey Nice QC, président du « China Tribunal » – un tribunal populaire indépendant chargé de se pencher sur les cas de prélèvements forcés d’organes sur des prisonniers d’opinion en Chine – a déclaré lors d’un webinaire que le gouvernement britannique « est entré à la BBC et lui a demandé de ne pas diffuser » le programme.

« Peut-être y a-t-il plusieurs raisons pour lesquelles ce film n’a pas été diffusé, n’a pas été présenté, mais le gouvernement britannique en a été l’un des facteurs. Il est entré à la BBC et a demandé à ce que [ce film] ne soit pas diffusé. »

Sir Geoffrey Nice QC, président du China Tribunal, un tribunal ayant porté sur les prélèvements forcés d’organes, lors de la première journée d’audiences publiques, à Londres, le 8 décembre 2018. (Justin Palmer)

Le professeur Martin Elliott, membre du tribunal, a corroboré les propos de Sir Geoffrey Nice. Selon lui, la demande venait du « FCO », l’abréviation de l’ancien nom du ministère des Affaires étrangères.

« J’ai été profondément choqué que le FCO puisse faire cela, et retirer [du contenu] d’un radiodiffuseur apparemment indépendant », a déclaré M. Elliott.

C’était « une action très effrayante et un comportement similaire à celui qu’adopte la Chine elle-même, c’était profondément bouleversant », a ajouté M. Elliott.

Selon M. Nice, le programme, qui devait être diffusé à l’émission Newsnight de la BBC le 17 juin 2019, comprend des interviews de lui-même et du Dr Jacob Lavee d’Israël. « Des témoins ont [également] été vus et filmés » dans le programme.

Dans un courriel à Epoch Times, la BBC a déclaré ne pas être au courant de l’existence de ce programme.

Le 17 juin 2019, le China Tribunal avait rendu son jugement.

« Les prélèvements forcés d’organes sont pratiqués depuis des années dans toute la Chine à une échelle significative », a déclaré M. Nice dans son jugement ce jour-là.

L’animateur du webinaire, le député Tom Tugendhat, a été stupéfait en entendant ces allégations au sujet du gouvernement.

« Je ne me doutais pas de cela », a-t-il déclaré, « alors c’est un sacré coup de massue à la fin d’une session très intéressante. »

Le baron Hunt de Kings Heath s’exprime à la Chambre des Lords, à Londres, le 29 octobre 2019. (Capture d’écran/Parliamentlive.tv)

Depuis la publication de son jugement l’année dernière, plusieurs parlementaires ont porté les conclusions du China Tribunal devant le Parlement.

Le 9 juillet, la baronne Northover a demandé au gouvernement à quel moment il sanctionnerait les auteurs de violations des droits de l’homme en Chine, en citant la répression des Ouïgours, les violations des droits de l’homme à Hong Kong et les conclusions du China Tribunal.

Plus récemment, le baron Hunt de Kings Heath a soulevé la question à la Chambre des Lords le 28 octobre.

« Bien que les ministres aient été personnellement sympathisants de la cause, le gouvernement s’est jusqu’à présent appuyé sur l’avis de l’Organisation mondiale de la santé selon lequel le système de transplantation d’organes en Chine serait éthique et volontaire », a-t-il déclaré au Parlement.

« Je crains que cela ne soit tout simplement pas crédible. La réalité est que [cet avis] se base sur une auto-évaluation de la Chine, comme mon noble ami, le baron Lord Collins, l’a clairement mis en évidence le 29 juin 2020 », a-t-il ajouté. « L’OMS n’a pas réalisé sa propre évaluation du système de transplantation d’organes en Chine, je crains donc que l’OMS ne soit pas fiable dans ce domaine. Selon moi, le China Tribunal est fiable. »

M. Hunt s’est dit « surpris, bouleversé et consterné » en entendant les propos de M. Nice.

« Je suis vraiment surpris, bouleversé et consterné à l’idée que le gouvernement cherche à décourager la BBC de diffuser une émission sur le China Tribunal », a-t-il écrit dans un courriel adressé à NTD, un média affilié à Epoch Times.

« La BBC devrait diffuser [ce programme] immédiatement », a-t-il ajouté.

Pourquoi le gouvernement britannique aurait-il demandé à la BBC de ne pas diffuser le programme ? Le baron Alton de Liverpool, qui a souvent exprimé ses préoccupations au sujet des violations des droits de l’homme en Chine, a répondu : « vraisemblablement pour s’attirer la sympathie de la République populaire de Chine [RPC] », dans un courriel adressé à NTD.

Une enseigne de la BBC devant son siège social à Portland Place, Londres, le 2 juillet 2020. (Ben Stansall/AFP via Getty Images)

Jeudi, le ministère des Affaires étrangères a nié l’allégation.

« Le gouvernement britannique ne pouvait pas, et ne voulait pas, interférer avec l’indépendance éditoriale de la BBC. Ces allégations ne sont absolument pas vraies », a déclaré un porte-parole dans un courriel adressé à NTD.

« Toute allégation de prélèvement d’organes est inquiétante. Le gouvernement britannique a joué un rôle de premier plan pour demander à la Chine de rendre des comptes sur ses violations des droits de l’homme, et les ministres font régulièrement part de nos préoccupations à leurs homologues chinois. »

FOCUS SUR LA CHINE – Une crise immobilière fait scandale en Chine

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ