À propos du Grand Déluge et ce qu’il nous enseigne

Par James Sale
27 octobre 2019 Mis à jour: 27 octobre 2019

Peut-être qu’aucun mythe – si mythe il existe – n’est plus pertinent aujourd’hui que le mythe du Grand Déluge qui a presque détruit l’humanité à un moment inconnu dans le passé.

Nous utilisons familièrement le terme mythe, bien sûr, pour désigner des choses qui ne se sont jamais produites au sens historique, bien que dans le cas du Déluge, il y ait quelque doute car il semble que pratiquement toutes les cultures et races se souviennent de cet événement : les anciens Assyriens, les Égyptiens, les Babyloniens, les Grecs, les Chinois, les Autochtones, les Andins et beaucoup d’autres. En effet, la seule culture que je connaisse qui n’ait pas de mythe du déluge est, ironiquement, étant donné son emplacement actuel près des plaques tectoniques, celle des Japonais.

Le fait est que le témoignage de l’humanité depuis la nuit des temps, et de plus belle lorsqu’on approche de ce point d’origine, est plus révélateur que les dires des scientifiques, qui cherchent à discréditer cette histoire pour des raisons généralement idéologiques.

Le roi assyrien Assurbanipal (668 av. J.-C.-627 av. J.-C.), dont la plus grande réalisation (selon lui) fut la bibliothèque portant son nom, à Ninive, trouvée et fouillée au XIXe siècle, écrivit qu’il se faisait maître de tous les types d’écriture, y compris la « mystérieuse langue akkadienne, qui est difficile à utiliser avec justesse », et puis il ajoute : « J’ai pris plaisir à lire ces pierres inscrites avant les crues. »

Cela semble une remarque étonnante et très crédible : il savait lire la langue d’avant le Déluge. Assurément, il s’est produit quelque chose d’extraordinaire et de catastrophique qui a marqué de façon indélébile la mémoire de l’humanité, si bien qu’il y a 2 700 ans encore, pour le roi Assurbanipal c’était un objet de stupeur et de surprise.

Le roi Assurbanipal, du palais nord à Ninive, VIIe siècle av. J.-C. Le British Museum, Londres. (CC BY-SA 4.0)

Et c’est d’ailleurs la découverte de cette bibliothèque qui a permis de retrouver le mythe spécifique du Déluge babylonien.

Il y a donc différentes versions de cette histoire du Déluge à travers le monde, qui diffèrent de toutes sortes de façons, mais ma préférée est celle de Noé et de son arche dans la Bible. Il est instructif de la comparer à la merveilleuse – et apparemment plus ancienne – version qui a été découverte à Ninive.

Laquelle des histoires du Déluge ?

Ce qui est important pour moi, c’est ce que le théologien populaire du XXe siècle, J.B. Phillips, a un jour appelé « l’anneau de vérité ». Cette idée est difficile à estimer, mais elle est centrée sur la plausibilité. Si nous regardons le mythe babylonien, par exemple, dans le livre Épopée de Gilgamesh, le Grand Déluge se termine par le fait que son héros, Utnapishtim (ou Uta-Napishtim), est récompensé par les dieux en obtenant l’immortalité.

L’histoire avec Noé se termine très différemment, car il y a des notes très discordantes : d’abord, qu’il se soûle et qu’en conséquence un de ses fils, Ham, soit maudit ; et que Noé ait vécu longtemps, mais que lui aussi finisse par mourir – il n’y a pas de répit à la mort. Le contraste est donc que le mythe babylonien se termine comme un conte de fées, alors que le récit biblique semble contenir, comme la plupart des récits bibliques, une sorte de réalisme brutal qui rappelle quelque chose qui s’est réellement passé. Dans le contexte d’une inondation mondiale qui tue pratiquement tout le monde, pourquoi se rappeler du fait que quelqu’un s’est saoulé par la suite ? À moins que ce ne soit réellement arrivé, cela semble sans importance. C’est donc à cette histoire « mythique » qu’il faut donner un sens.

« Le Déluge détruisant le monde », 1866, Gustave Doré. Gravure. (US-PD)

Pourquoi, alors, cette histoire est-elle plus pertinente aujourd’hui que pratiquement n’importe quel autre mythe ? Deux mots peuvent indiquer une réponse : Extinction Rébellion. Au moment où j’écris ces lignes, Londres est assiégée par des militants du mouvement Extinction Rébellion qui cherchent à fermer virtuellement la ville pour une quinzaine de jours avec des manifestations. Ils affirment être présents dans 72 pays et compter quelque 200 000 sympathisants, dont des personnalités bien connues. Et leur message est que si nous n’inversons pas le changement climatique, des milliards, voire la planète entière, mourront.

La façon dont nous mourrons sera presque certainement le résultat d’inondations et de crues, à mesure que les calottes glaciaires fondent et que l’eau libérée fait monter le niveau de la mer. Une action radicale est nécessaire, affirment-ils.

Ce qui est moins bien compris par l’ensemble de la population, cependant, c’est en premier lieu que certaines de leurs revendications extrêmes pour ce cataclysme ne reposent pas en réalité sur la science elle-même. Ce qui est ironique, car la plupart des scientifiques ne croient pas au Grand Déluge, et certains ne croient pas au prochain !

Deuxièmement, les principaux agents de ce mouvement sont peut-être autant motivés par leur programme anticapitaliste que par la catastrophe imminente. En termes simples, ils veulent renverser les gouvernements du monde. Leur Déclaration de rébellion affirme que « la complicité délibérée de notre gouvernement a brisé une démocratie significative et mis de côté l’intérêt commun en faveur du gain à court terme et des profits privés ». La base ne partage peut-être pas ces vues anticapitalistes, mais les leaders les partagent.

Perturber l’esprit des Lumières

Mais au-delà de ces points, qu’y a-t-il d’autre d’important aujourd’hui dans ce mythe ? La première chose, je pense, c’est vraiment de réaliser ce que son historicité signifie réellement pour nous maintenant. La nature du grand déluge et la façon dont il s’est produit nous ne pouvons le dire avec certitude actuellement, mais étant donné son acceptation quasi universelle par les cultures anciennes, je pense que nous pouvons en être certains que c’est arrivé et que la majeure partie de l’humanité a été anéantie.

Ce qu’il faut comprendre ici, c’est sa discontinuité et sa nature perturbatrice. Jésus l’a bien compris : « Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche, et ils ne se doutaient rien. » (Matthieu 24:38-39). Un jour, il fait beau et ensoleillé, mais le lendemain, c’est la dévastation totale.

En Occident, nous nous sommes habitués à une philosophie du siècle des Lumières, qui prêche le progrès humain sans fin et des possibilités que rien ne puisse ou ne veuille arrêter. Aujourd’hui, cela se manifeste dans la mentalité de la Silicon Valley selon laquelle l’intelligence artificielle (IA) va résoudre tous nos problèmes, et quels que soient les problèmes que nous ayons ici de toute façon, pas besoin de nous inquiéter car Elon Musk (co-fondateur et PDG de Tesla) va tous nous aider à nous installer sur Mars – comme si, évidemment, nous n’allions pas démolir aussi cette planète !

Mais soudain, comme nous le voyons, l’appréhension du Grand Déluge et la peur d’une inondation à venir bouleversent le statu quo et changent tout cela. Le mythe – les faits du mythe – nous met en garde contre une telle complaisance et nous avertit de parcourir notre chemin dans la vie avec humilité, et non avec arrogance ou orgueil, devant Dieu ou, si nous ne sommes pas monothéistes, les dieux et les forces invisibles qui sont au-dessus de nous.

« Cycle de l’Arche de Noé : 3. The Flood », 1588, par Kaspar Memberger (I). (US-PD)

Deux côtés, une pièce de monnaie

Deuxièmement, nous devons comprendre que le mouvement Extinction Rébellion et la science du statu quo sont en réalité les deux faces de la même médaille, même si elles semblent diamétralement opposées. Alors que ces derniers ne peuvent concevoir qu’une existence d’abondance éternelle, où la science guérit le cancer, où les gens vivent jusqu’à 150 ans, et ainsi de suite, les premiers voient que l’ordre mondial tout entier doit changer et que ce second cataclysme d’inondations doit être évité.

La seconde est désespérément complaisante et suffisante, la première désespérée et sérieuse. En quoi sont-elles les deux faces d’une même médaille ? Ce sont les deux faces d’une même médaille parce qu’à la racine, elles embrassent toutes deux la même philosophie : les « complaisants » ne pensent rien et personne ne peut interrompre leur « progrès », alors que les rebelles pensent qu’ils ont le pouvoir d’empêcher la seconde inondation par leurs propres machinations politiques d’abord et avant tout, et peut-être aussi par la science (nouvelles technologies plus écologiques). Bref, l’humanité est tout à fait capable de contrôler la situation ; les deux le disent, l’un passivement, l’autre activement.

Il semble que nous évitions, à tout prix, de penser à la volonté des dieux, ou de Dieu, si vous préférez. Récemment, Charlie Munger, un ami de Warren Buffett, a exprimé ce sentiment en ces termes : « Une grande nation sera, en temps voulu, ruinée […] notre tour viendra sûrement. Mais je n’aime pas trop y penser. » C’est vrai, nous n’aimons pas trop y penser.

La dernière pensée, alors, au sujet du grand déluge qui a englouti le monde il y a si longtemps, est de se demander pourquoi. Les humains ne l’ont pas décidé ou ne l’ont pas voulu, et un seul – avec sa famille – l’a anticipé. Pourquoi Dieu a-t-il détruit le monde ? C’est aussi une pensée très désagréable.

Dans Genèse 6:5, nous apprenons que « le Seigneur a vu que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre, et que toute intention des pensées de son cœur n’était que mal continuellement ». Il ne s’agit pas ici d’essayer d’instituer une croisade morale facile, mais de demander, à l’ère des médias sociaux et de la communication de masse à une échelle à peine conçue dans le passé, comment les êtres humains vous semblent-ils ?

« Il y en a beaucoup ! »

Il y a beaucoup, beaucoup de gens qui font de très bonnes choses pour aider les autres, mais si l’on prend un instantané du monde tel qu’il est, je pense que le mot « mal » le décrirait bien. Comme Pink Floyd l’a dit dans son album Dark Side of the Moon des années 70, dans la chanson « Us and Them » : « [Nous sommes] dans la boue […] Il y en a beaucoup ! » (« Down and out (…) There’s a lot of it about ! »)

Pourquoi, au moment où j’écris ces lignes, la Turquie vient d’envahir la Syrie et d’attaquer les Kurdes ; sans doute pour ses propres « bonnes » raisons, mais la réalité semble être que le monde ne cesse de lancer des agressions d’une manière ou d’une autre, si ce n’est ici, alors c’est là-bas, ou ailleurs, et encore plus loin ?

D’une certaine manière, le mythe du déluge nous fait comprendre maintenant que, comme pour l’autre grand sujet, Armageddon, nous pouvons être distraits de notre propre mal personnel et détourner toute notre attention de la grande cause qu’est le « problème », ce qui nous soustrait en même temps à notre propre responsabilité face à l’état dans lequel se trouve monde.

« Cycle de l’Arche de Noé : 3 – Le Déluge », 1588, par Kaspar Memberger (I). (US-PD)

Car le mythe du grand déluge nous rappelle que nous n’avons pas le contrôle, qu’il y a une puissance supérieure et que nous devons lui rendre des comptes. En effet, il semble que la liberté de volonté revêt une importance primordiale dans le cosmos spirituel au-delà de ce que nous pouvons légitimement sonder. Noé a averti la terre de ce qui allait arriver, mais les gens ne le croyaient pas – manger, boire et se marier était clairement beaucoup plus agréable que de considérer le destin de l’humanité. Ils ont librement choisi d’ignorer les avertissements, puis Noé est entré dans l’arche.

Où cela nous conduit-il ? Est-ce que l’avertissement du mouvement Rébellion Extinction et des scientifiques du changement climatique est vraiment un message des dieux ou de Dieu, ou s’agit-il d’une fausse prophétie ? Je ne sais pas, mais il y a un autre grand mythe pertinent ici : Jonas a prêché à Ninive et la ville s’est repentie, et Dieu ne l’a pas détruite. Les cœurs des dirigeants et des gens se sont tournés dans une direction différente que celle du mal qu’ils avaient poursuivie. Si cela devait se produire, peut-être qu’une nouvelle énergie spirituelle pourrait renverser la vapeur et qu’au lieu d’une communauté socialiste d’oligarques nous disant quoi faire, nous pourrions tous coopérer comme des peuples libres pour le bien commun. Et ça pourrait faire la différence.

James Sale est un homme d’affaires anglais dont la société, Motivational Maps Ltd, opère dans 14 pays. Il est l’auteur de plus de 40 livres sur la gestion et l’éducation, publiés par de grands éditeurs internationaux, dont Macmillan, Pearson et Routledge. En tant que poète, il a remporté le premier prix du concours 2017 de la Society of Classical Poets et a récemment pris la parole lors du premier symposium du groupe qui s’est tenu au Princeton Club de New York.

RECOMMANDÉ