Le grand mensonge vert

Par Mark Hendrickson
11 mai 2021
Mis à jour: 11 mai 2021

Le discours public sur le changement climatique dégénère souvent en attaques personnelles. Ceux d’entre nous qui soulignent les nombreux trous dans la prétendue « base scientifique » de l’alarmisme en matière de réchauffement climatique sont dénoncés comme des « négationnistes ».

Comme je l’ai écrit dans mon article « Qui sont les idéologues ?« , le cœur de l’alarmisme est un programme politique radical, à savoir un plan socialiste et descendant qui restructurerait notre consommation d’énergie, et donc notre économie, au nom du sauvetage de la planète d’une catastrophe climatique.

L’« empereur » du changement climatique n’a bien sûr pas de vêtements. Vous pouvez lire une partie de ma réfutation des alarmistes dans mon article « Qui a volé l’enfance de Greta« , mais la version résumée est que, oui, le monde s’est réchauffé d’un degré ou deux par rapport à « l’époque préindustrielle » (ce dont nous devrions être reconnaissants, car avant la révolution industrielle, la Terre était plongée dans le petit âge glaciaire, la période la plus froide des 10 000 dernières années) ; oui, le CO² piège la chaleur (bien que ce soit seulement sur une échelle logarithmique, et non linéaire, ce qui signifie que les augmentations futures de CO² piègeront moins de chaleur) ; et il est essentiel de réaliser que le CO² n’est pas le plus important « gaz à effet de serre » (ce serait la vapeur d’eau) et qu’il y a de multiples autres facteurs qui influencent le contenu thermique de l’atmosphère terrestre, tout ce qui concerne l’activité solaire et volcanique, les courants océaniques, les mouvements tectoniques, la couverture nuageuse, etc.

En fait, à la fin de l’année 2009, alors que le président Barack Obama et les progressistes du Congrès des États-Unis tentaient de faire adopter une loi sur le plafonnement et l’échange de droits d’émission destinée à faire payer aux Américains un supplément pour le privilège de brûler des combustibles fossiles, certains scientifiques du camp des alarmistes du réchauffement climatique revenaient sur leurs affirmations de réchauffement excessif.

En examinant les données les plus récentes dont ils disposaient, ils ont estimé (oui, « estimé », tout ce que nous, même les soi-disant « experts« , pouvons faire est d’imaginer l’avenir) que la Terre allait probablement se refroidir au cours des prochaines décennies.

Réfléchissez-y une seconde : après nous avoir dit pendant des années que plus il y a de CO² dans l’atmosphère, plus la Terre va se réchauffer, ils ont fait volte-face en déclarant : « Le CO² va continuer à augmenter, mais la température va probablement baisser. » Les alarmistes ont ainsi démoli leur propre cause, en concédant le principal point soulevé par les soi-disant sceptiques : que de nombreux autres facteurs que le CO² entraînent aussi des changements dans les températures mondiales.

Le grand mensonge vert, à savoir que l’activité humaine réchauffe la planète à un degré dangereux qui nécessite une transformation économique, sociale et politique radicale, a de nombreuses itérations. Bien que mon invocation de la phraséologie du « gros mensonge » puisse être dure, elle est franchement et clairement exacte. Tout comme l’équipe de propagande d’Hitler (et en fait, tous les groupes totalitaires de gauche, qu’ils soient communistes, fascistes ou socialistes) a utilisé et continue d’utiliser la technique du « gros mensonge » qui consiste à répéter sans cesse une fausseté jusqu’à ce que tous les citoyens, sauf les plus alertes, soient hypnotisés et y croient à force de la répéter, il en va de même pour les verts d’aujourd’hui.

Je ne compare nullement les alarmistes au meurtrier et maniaque Hitler. En effet, l’employé moyen du gouvernement qui répète le mantra du « changement climatique anthropique » aujourd’hui est un bureaucrate du gouvernement ou un scientifique financé par le gouvernement qui répète consciencieusement, et non par malice, la ligne officielle du parti. À propos, si vous voulez comprendre comment les politiciens peuvent exploiter les scientifiques et déformer la recherche scientifique pour en faire une « science officielle », la meilleure « science » que l’argent puisse acheter, procurez-vous un exemplaire du livre de Michael Hart Hubris : The Troubling Science, Economics, and Politics of Climate Change.

Et, si je peux me permettre une petite digression, la prochaine fois que vous entendrez quelqu’un jeter le doute sur l’intégrité d’un scientifique du secteur privé qui n’est pas d’accord avec l’alarmisme du changement climatique, demandez-vous pourquoi personne ne demande jamais aux scientifiques du camp alarmiste si eux ou leur université ont déjà reçu des subventions gouvernementales pour des travaux sur le changement climatique. Le parti pris tacite des médias est que celui qui travaille pour le gouvernement est un révélateur incorruptible, voire infaillible, tandis que celui qui travaille dans le secteur privé, surtout pour une compagnie pétrolière, est ipso facto un menteur vénal. Quelle ânerie préjudiciable !

Il y a, il faut le dire, une autre similitude avec le régime d’Hitler, et c’est la nature du programme politique des verts, comme je l’ai expliqué dans mon article sur le Green New Deal : ce que les verts veulent, c’est une réorganisation de l’activité économique imposée par le gouvernement, sous la direction du gouvernement, comme le programme nazi (c’est-à-dire national-socialiste) d’Hitler pour l’économie allemande.

L’itération la plus récente que j’aie vue du grand mensonge est apparue le 26 avril dans un bulletin quotidien du Wall Street Journal, tiré d’un article plus long : « 115 000 milliards de dollars – C’est le montant que le monde devrait investir dans les technologies propres jusqu’en 2050 pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, ou 2,7 °F, au-dessus des niveaux préindustriels, selon l’Agence internationale pour les énergies renouvelables. »

Avant de relever les contre-vérités de cette déclaration, permettez-moi de la féliciter pour son honnêteté et sa franchise sur un point important : l’admission franche que la transition radicale vers l’abandon des combustibles fossiles sera immensément coûteuse. 115 000 milliards de dollars, ouf ! C’est plus que le PIB annuel de la planète entière. Mais au-delà de cela, la déclaration est arrogante, prétentieuse et malhonnête à plus d’un titre.

L’arrogance réside dans la certitude implicite que les efforts humains peuvent concevoir une combinaison de politiques qui agirait comme un thermostat régulant la température de la Terre.

La prétention réside dans la présomption désinvolte que quelqu’un sache même quelle est la « bonne » température, et encore pire, sache comment l’atteindre.

La première malhonnêteté est l’expression trompeuse « technologie propre », comme si les énergies renouvelables étaient propres. Elles sont tout sauf « propres » lorsqu’elles sont fabriquées, transportées et installées, et elles sont dangereusement mortelles pour la faune ailée.

La deuxième malhonnêteté est l’inclusion fallacieuse dans l’article de deux photos de l’air horriblement pollué des villes chinoises. Ces photos ont été conçues pour donner la fausse impression que tous les combustibles fossiles provoquent une grave pollution de l’air. Elles associent délibérément le dioxyde de carbone à la pollution alors qu’en fait, le CO² est invisible et ne peut donc pas être la source de la pollution de l’air sur les photos. Il est vrai qu’un combustible fossile en particulier, le charbon, provoque une pollution atmosphérique visible et toxique, ce qui explique pourquoi tant de compagnies d’électricité ont remplacé le charbon par le pétrole et surtout par le gaz naturel. Des villes américaines telles que Pittsburgh, autrefois réputées pour la suie qu’elles dégageaient, bénéficient depuis des décennies d’un air pur et limpide grâce à l’abandon du charbon, non pas au profit des énergies renouvelables, mais au profit de formes plus propres de combustibles fossiles et de certaines énergies nucléaires. Plus important encore, le CO² est à la base de la chaîne alimentaire humaine : les plantes vivent du CO² et, à leur tour, les plantes nourrissent les animaux et les humains. Laisser entendre que le CO² serait une sorte de peste destructrice est une parodie scientifique.

La plus grande malhonnêteté du grand mensonge vert est le postulat de base des alarmistes du changement climatique, à savoir que notre prospérité est en quelque sorte un péché et que, par conséquent, nous ne méritons pas de vivre dans un monde aux températures plus tempérées et plus favorables à l’homme, dans un monde plus vert et plus enrichi en CO² que celui que l’homme a dû endurer pendant le dur et misérable petit âge glaciaire.

Le grand mensonge vert date de plusieurs décennies. Il est enseigné depuis près de 30 ans dans les écoles de notre pays, grâce à la législation fédérale qui donne à l’Agence de protection de l’environnement le contrôle des programmes scolaires sur l’environnement, ce qui explique pourquoi des jeunes comme Alexandria Ocasio-Cortez croient vraiment que le monde s’approche d’un cataclysme causé par le climat.

Mais les faits sont des choses têtues, et je suis encore assez idéaliste pour croire que la vérité finira par l’emporter. Repoussons donc de toutes nos forces le grand mensonge vert et résistons à leurs plans socialistes étouffants, misanthropes et utopiques. C’est dans le socialisme, et non dans le dioxyde de carbone, que réside le véritable danger existentiel.

Mark Hendrickson, économiste, a récemment pris sa retraite de la faculté de Grove City College, où il est toujours chargé de la politique économique et sociale à l’Institute for Faith and Freedom.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ