Grèce: les églises orthodoxes rouvrent leurs portes, donnent la communion

Par Epoch Times avec AFP
17 mai 2020
Mis à jour: 17 mai 2020

De nombreux chrétiens orthodoxes de Grèce ont assisté dimanche, pour la première fois depuis deux mois, à la messe au cours de laquelle la communion a été donnée aux fidèles, en dépit du risque avancé par des scientifiques de propagation du coronavirus.

Dans le cadre du déconfinement graduel entamé le 4 mai, les églises ont été autorisées à partir du 17 mai à rouvrir leurs portes à condition de respecter une série de mesures, en particulier la distanciation sociale.

« La participation des fidèles était moyenne, les distances ont été maintenues », a raconté à l’AFP le père Maximos de l’église Saint-André à Agia Paraskevi, une banlieue nord d’Athènes.

Désinfectant posé à l’entrée

A l’entrée de l’église, les fidèles étaient invités à utiliser le désinfectant posé sur une petite table. Le port du masque était recommandé mais pas obligatoire, selon le ministère de la Protection civile.

-Des fidèles orthodoxes se tiennent devant une église à Thessalonique le 17 mai 2020. Photo de Sakis MITROLIDIS / AFP via Getty Images.

« Seuls un tiers des fidèles portaient des masques », a dit le père Maximos.

Les restrictions imposées aux églises depuis le 23 mars dans le cadre du confinement général avaient coïncidé avec la Pâque orthodoxe le 19 avril, ce qui a provoqué de nombreuses réactions de la part du Saint-Synode.

La communion rituel symbolique

Cet organe suprême ecclésiastique s’est finalement rangé à l’avis de scientifiques pour interdire l’afflux des fidèles dans les églises tout en refusant d’interdire la communion, non recommandée par des médecins.

-Un fidèle orthodoxe reçoit les sacrements dans une église de Thessalonique le 17 mai 2020. Photo de Sakis MITROLIDIS / AFP via Getty Images.

« La communion est un rituel hautement symbolique », a expliqué le père Maximos, soulignant qu’il l’a donnée ce dimanche aux fidèles qui le souhaitaient.

La Grèce pays le moins touché

« Il faut respecter les mesures recommandées par les scientifiques mais on ne peut pas renoncer à la pratique de la communion, donnée depuis des siècles à toute personne, malade ou non », estimait Yannis P., un professeur du secondaire retraité, qui a assisté à la messe à l’église Saint-André.

« C’est une question de foi, si on a peur on ne communie pas », a ajouté cet ancien mathématicien.

Moins touchée que d’autres pays européens, la Grèce déplore jusqu’ici 162 morts et 2.819 cas du nouveau coronavirus.

 

RECOMMANDÉ