Pourquoi « pouvoir tout avoir » est un gros mensonge

Par Nancy Colier
8 juin 2021
Mis à jour: 8 juin 2021

Ignorer que le choix inclut la perte est une illusion qui crée des souffrances inutiles.

« Je veux tout, je veux tout, je veux tout, et je le veux maintenant. » Ce sont les mots d’un jingle télévisuel que j’ai entendu ce week-end, juste au moment où j’envisageais un article sur la pression que nous (femmes et hommes) subissons pour tout avoir.

En travaillant avec Jane, une mère et médecin, j’ai été frappée par la torture qu’elle ressentait parce qu’elle ne pouvait pas passer autant de temps qu’elle le souhaitait avec son jeune enfant.

Je n’ai pas été frappée par le fait que le temps passé loin de son enfant était douloureux, mais plutôt par ce qui semblait être la véritable source de sa souffrance.

Plus précisément, elle avait l’impression qu’elle était censée pouvoir mener la grande carrière de médecin qu’elle souhaitait tout en étant capable d’être la mère aimante et présente pour son enfant. À ses yeux, ce qu’elle faisait n’était pas bien parce qu’elle n’arrivait pas à combiner les deux.

Une autre cliente, Rachel, m’a dit qu’elle voulait avoir une relation plus intime avec son mari, se sentir plus connectée. Elle m’a parlé de leurs dîners en tête-à-tête, qui étaient loin d’être réjouissants. Elle m’a dit que son mari était contrarié parce qu’elle laissait son téléphone allumé pendant leurs dîners au cas où les enfants appelleraient (des adolescents en bonne santé).

Apparemment, comme c’est souvent le cas, les interruptions technologiques brisaient la connexion entre eux. Elle était dans mon bureau parce qu’elle voulait que je conçoive une stratégie ou un programme numérique qui lui permettrait d’être en permanence en contact avec sa famille, tout en étant intimement liée à son mari dans leurs moments privés.

Sur un autre plan, la même semaine, Peter m’a parlé de sa relation amoureuse depuis 9 ans. Il m’a dit qu’il était profondément nourri par l’amour inconditionnel et la stabilité de leur lien et combien il aimait sa vie avec sa partenaire.

Simultanément, il ne supportait pas le fait que, lorsqu’il allait à des soirées ou était entouré de nouvelles femmes, il ne pouvait pas se comporter comme une personne célibataire. Il était intérieurement en guerre contre l’idée que le fait d’être dans une relation monogame et engagée signifiait que sa vie était limitée à certains égards. Mais derrière son désespoir, la véritable souffrance venait une fois de plus de sa conviction qu’il ne devrait pas avoir à renoncer à ce qu’il voulait.

Et puis il y a MK, un étudiant qui est obsédé par la colère à cause de la confiance profonde que ses amis ont acquise grâce à leur maîtrise du sport ou d’autres passions et de leurs études.

MK reconnaît qu’il aime socialiser et faire la fête et qu’il a choisi de passer son temps à faire cela, plutôt qu’à atteindre l’excellence. Et encore une fois, ce jeune homme est confus et frustré par mon incapacité à concevoir un plan pour lui donner la vie sociale qu’il veut et aussi la confiance en soi qui vient avec un travail acharné, du temps et des efforts.

Nous sommes conditionnés à croire que nous devrions tout avoir, tout ce que nous voulons. Dans cette société, tout avoir signifie également ne rien devoir abandonner.

La technologie encourage cette croyance. En appuyant sur un bouton, nous pouvons, en fait, obtenir beaucoup de choses que nous voulons sans grand effort. Les médias et la publicité soutiennent également notre conviction que tout est possible ; si nous n’avons pas tout ce que nous voulons, nous devons faire plus d’efforts.

Les pouvoirs en place veulent nous faire croire que nous pouvons tout avoir, car cela nous pousse à poursuivre le rêve, un rêve d’acquisition et de réalisation sans fin. En fin de compte, tout avoir (en tant qu’idée) est bon pour les affaires, tandis qu’accepter de ne pas tout avoir est mauvais pour la rentabilité.

Si nous cessons de courir après tout, la marge bénéficiaire se réduit.

Lorsque j’ai dit à Rachel que le fait d’être disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour ses enfants pourrait signifier qu’elle ne serait pas aussi disponible pour son mari et qu’elle ne jouirait peut-être pas de l’intimité qu’elle souhaitait, elle a été déçue et ne semblait pas convaincue. De même, lorsque j’ai dit à Pierre que son choix de s’engager dans une relation – et d’en apprécier les joyaux – signifierait que son expérience de la vie sociale devrait changer et serait peut-être moins excitante que s’il était célibataire, il semblait n’avoir jamais envisagé un tel concept.

De même, lorsque j’ai exposé les heures que la carrière de Jane à New York exigeait et que je les ai juxtaposées aux horaires d’éveil et de sommeil de sa petite fille, elle a semblé voir l’information pour la première fois, presque comme une scientifique, reconnaissant les mathématiques de sa réalité, et donc la vérité réelle de ses choix.

La vie a des limites, ce que, bizarrement, on ne nous apprend pas. Accepter cette vérité, cependant, nous libère du fantasme qui nous maintient dans la poursuite et la souffrance.

Lorsque nous croyons que nous pouvons et devons tout avoir, nous finissons par être paralysés, coincés entre deux choix, incapables d’appuyer sur la gâchette ou de nous engager dans une voie quelconque. Nous refusons d’accepter la réalité que, qu’on le veuille ou non, le choix implique une perte, pas occasionnellement, mais toujours.

Lorsque nous nous accrochons à notre scénario selon lequel nous sommes le problème, que nous sommes la raison pour laquelle nous ne pouvons pas avoir tout ce que nous voulons, nous finissons en fait par ne rien avoir. Les pertes et les gains vont de pair.

En outre, lorsque nous rejetons le fait que nous devons renoncer à ce que nous désirons afin d’obtenir quelque chose d’autre, nous nous privons de la possibilité d’éprouver de la compassion envers nous-mêmes. Accepter la perte qui accompagne le choix signifie également accepter les sentiments qui accompagnent cette perte. Cela signifie offrir une place à la tristesse ou à la déception qui résulte du fait de ne pas pouvoir profiter de cette autre voie.

Avec chaque choix, une porte s’ouvre et une autre se ferme. Il y a un ressenti de la fermeture de cette porte, qui doit également être inclus et traité avec empathie.

Je me retrouve souvent à dire simplement « oui » aux personnes qui viennent me voir avec de tels dilemmes de choix. Oui, il est vrai que si vous choisissez ceci, vous ne pourrez pas avoir cela. Le fait que vous ne puissiez pas trouver un moyen d’avoir les deux ne signifie pas que quelque chose ne va pas chez vous ; cela signifie que vous vivez avec la réalité de l’être humain.

Il n’y a que peu de temps, d’énergie, de motivation et d’attention pour certains de nos désirs, mais pas pour tous. Certains désirs, par leur nature même, éliminent la possibilité d’autres désirs.

Lorsque j’expose les choses de cette manière, les gens me regardent parfois comme si j’avais trois cornes, comme s’ils n’avaient jamais considéré une vérité aussi fondamentale.

Lorsque nous sommes prêts à accepter que la vie comporte des limites non négociables, la valeur des choix que nous faisons, le sens de la voie que nous choisissons, augmentent de façon exponentielle.

Reconnaître et être honnête sur ce que nous obtenons, et sur ce que nous choisissons d’abandonner, intensifie l’importance de ce que nous obtenons pour nous.

Ce n’est pas votre faute si vous ne pouvez pas tout avoir ; ce n’est pas un échec de votre part. L’idée que nous devrions être en mesure d’obtenir tout ce que nous voulons, de vivre toutes les expériences que nous désirons, est fausse.

C’est une idée qui nous maintient menottés, coincés et en souffrance.

Le temps, l’énergie et l’attention sont malléables à un certain niveau, en ce sens qu’ils donnent l’impression de pouvoir s’étendre et se contracter. Mais ils sont également limités à un autre niveau. Lorsque nous accordons notre temps et notre attention à quelque chose, cela signifie que nous ne pouvons pas accorder autant de temps et d’attention à quelque chose d’autre que nous pourrions également apprécier.

Ce sont les choix difficiles de la vie. Aborder nos choix avec un sens de la réalité mûr et sobre, qui tient compte des pertes que tous les choix impliquent, nous permet de vivre une vie avec une intention et un sens plus profonds. Nous pouvons nous sentir encore plus reconnaissants pour ce que nous choisissons de ressentir.

Lorsque nous cessons de nous préoccuper de ce que nous devrions avoir et de ce qui ne va pas chez nous qui fait que nous ne pouvons pas l’avoir, nous nous attelons à la tâche de déterminer ce que nous voulons vraiment. Nous pouvons choisir ce qui est le plus important pour nous. Accepter la réalité du choix et de son partenaire, la perte, nous encourage à déterminer clairement ce que nous voulons vraiment dans la vie et à nous mettre à la vivre.

Nancy Colier est psychothérapeute, ministre interconfessionnelle, conférencière, animatrice d’ateliers et auteur.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ