Comment le communisme a organisé une guerre contre la famille

Par J.R. Nyquist
10 août 2019 Mis à jour: 14 août 2019

Vous avez peut-être entendu dire que la guerre actuellement en cours contre la famille traditionnelle est un « complot communiste ». Ne riez pas. La famille est la cible principale des révolutionnaires socialistes depuis plus de 160 ans.

En fait, l’effondrement actuel de la famille coïncide avec l’avancée continue du socialisme. La « gauche » a constamment œuvré à la normalisation du divorce, de l’avortement et de la perversion sexuelle. Pour comprendre le rôle de la gauche dans la rupture de la famille, il faut d’abord comprendre ce qu’est la gauche.

Mis à part les significations variables de mots tels que « socialisme », « progressisme », « communisme » et « marxisme », un ensemble d’idées communes se retrouvent dans les trois. Ces idées peuvent être résumées en cinq parties, comme suit :

(1) Que le « salut » de l’homme ne peut être réalisé que par un activisme politique ou une révolution

(2) Qu’il faut établir la « paix » en faisant de tous les pays un seul pays (internationalisme)

(3) Qu’il faut être hostile à la propriété privée des moyens de production (anticapitalisme)

(4) Qu’il faut « émanciper » les femmes de la maternité (féminisme)

(5) Qu’il faut apporter la « prospérité » universelle par la coopération et l’harmonie universelles.

Ce que nous avons, dans les idées de « socialisme », « progressisme », « communisme » et « marxisme », c’est l’apparition d’une nouvelle foi. C’est une foi dans laquelle les marxistes-léninistes (c’est-à-dire les communistes) se voient comme un chef de file ou une « avant-garde ».

Telle était la vanité de l’État soviétique et reste celle du Parti communiste chinois aujourd’hui. Il est impossible de comprendre correctement cette nouvelle foi sans comprendre le travail clandestin des pays communistes et leurs services spéciaux.

Selon les enquêtes intensives menées par les comités du Congrès dans les années 50, l’Union soviétique était le centre de coordination d’un « complot communiste » mondial impliquant l’infiltration et la subversion de nombreux pays, y compris les États-Unis.

Cette subversion n’a pas été stoppée dans les années 1950 ; selon de nombreuses sources, comme le « camarade J » de Pete Earley, elle se poursuit aujourd’hui, malgré la chute de l’Union soviétique.

En discutant de la guerre contre la famille, nous devons d’abord montrer que le communisme, en tant qu’avant-garde de la foi de gauche, est bien plus qu’une « conspiration » ou un « réseau de subversion. » Si nous regardons attentivement, nous pouvons voir que la civilisation est progressivement passée d’une croyance au salut spirituel à une croyance au salut politique (par l’activisme politique).

Ce passage de la foi spirituelle à la foi politique a commencé pendant la révolution industrielle. Comme on pouvait s’y attendre, les réalisations scientifiques et technologiques ont conduit de nombreuses personnes au matérialisme (la croyance que rien n’existe sauf la matière).

En 1859, Charles Darwin propose une théorie matérialiste de l’origine de l’homme « par sélection naturelle ». Avec l’acceptation de la théorie de l’évolution de Darwin, l’humanité a subi un échec : si l’homme est un hasard de l’évolution, quel sens la vie pourrait-elle avoir ? Comment l’homme conserve-t-il sa dignité ?

C’est ici qu’intervient le marxisme. Comment un aspirant disciple de la nouvelle foi se place-t-il au regard de la fondation du ciel et de la terre ? Après tout, l’homme doit maintenant compter sur lui pour le salut. D’après les « cahiers de prison » du communiste italien Antonio Gramsci, le potentiel de « conscience socialiste » dépendra en fin de compte du déni du sens commun et de la nature humaine. Gramsci n’est pas le seul adepte de cette thèse.

Dans le Manifeste du Parti communiste, Karl Marx et Friedrich Engels ont déclaré que « le communisme abolit les vérités éternelles, il abolit toute religion et toute morale, au lieu de les constituer sur une nouvelle base ; il agit donc en contradiction avec toute expérience historique passée ».

Selon le marxisme, la moralité sexuelle est une arme des classes exploitantes. Ainsi, l’immoralité sexuelle est une arme de la lutte des classes. Pour briser le dos du capitalisme, le marxisme approuve la doctrine de l’amour libre. Il n’est donc pas étonnant que le bloc communiste (avec l’aide des alliés de gauche occidentaux) ait favorisé l’effondrement des normes relatives à la sexualité dans les années soixante. En rejetant la moralité sexuelle en tant qu’instrument d’une société raciste oppressive, dominée par les hommes, les communistes ont porté un coup dur à la culture traditionnelle, à l’ordre social et à la religion.

Les agents d’influence communistes ont sapé l’idée que les hommes devraient être le gagne-pain et le soutien de famille et que les femmes devraient être des femmes s’occupant de la maison et des enfants. La légitimité des rôles masculins et féminins distinctifs a été dénoncée comme « nuisible aux femmes ». Selon la fondatrice du féminisme moderne, Betty Friedan, la femme au foyer vit dans « un camp de concentration confortable ». Friedan a expliqué : « Les femmes qui ‘s’adaptent’ en tant que femmes au foyer, qui grandissent en voulant être juste une femme au foyer », courent autant de risques que les millions de personnes qui ont marché jusqu’à leur mort dans les camps de concentration.

Où Friedan a-t-il eu cette idée bizarre ? Elle était secrètement une communiste qui avait fait un travail de propagande considérable pour le parti, comme l’expliquait David Horowitz dans son article de 1999 intitulé « Le passé communiste secret de Betty Friedan ».

Aux débuts du marxisme, Engels a écrit un livre intitulé L’origine de la famille, la propriété privée et l’État.  Dans ce livre, il prône l’abolition de la famille et l’éducation collective des enfants.

Les livres de ce genre, au XIXe siècle, n’ont pas impressionné le public. Ce n’est qu’au XXe siècle, après avoir dénigré le rôle de la femme au foyer, que les communistes ont sapé de manière décisive la famille. Cela a ouvert la porte au divorce sans faute – une loi qui a d’abord été essayée en Union soviétique. Cela a transformé le mariage en un contrat non exécutoire. La maternité a été minée de manière décisive. Puis vint la légalisation de l’avortement. Un régime d’infanticide a été mis en place, mettant en danger des millions de femmes.

Il s’en est suivi une série de développements étonnants :

(1) Une épidémie de pornographie
(2) La légalisation du mariage homosexuel
(3) Une éducation sexuelle pour les enfants de plus en plus jeunes

Quoi de plus démoralisant ? Qui oserait résister face à l’impératif hédonisme naissant ?

Selon Marx dans Vol. 3 de « Marx-Engels – Édition complète », détruire la famille conduirait à la destruction du christianisme. « Le secret de la Sainte Famille est la famille terrestre », a noté Marx. « Pour faire disparaître les premiers, il faut détruire les derniers, en théorie et en pratique. »

La sociologue allemande Gabriele Kuby a observé que « tous les révolutionnaires sexuels du XXe siècle ont des racines spirituelles dans le marxisme », selon elle, dans La révolution sexuelle mondiale : destruction de la liberté au nom de la liberté. 

La notion révolutionnaire, comme l’explique Kuby, soutient que « le vice en tant que forme de contrôle social est pratiquement invincible ». En d’autres termes, lorsque l’individu renonce à la maîtrise de soi en matière de sexualité, il engendre un pouvoir totalitaire croissant. Pour comprendre comment fonctionne ce pouvoir, Kuby répertorie ceux qui bénéficieront du déclin de la famille :

(1) Quiconque souhaitant transformer l’humanité en un produit sans racines au nom de l’ambition mondiale
(2) Quiconque souhaitant que l’Occident sombre dans un « crash démographique »
(3) Quiconque voulant éliminer le christianisme

Plus nous examinons la guerre contre la famille, plus nous découvrons la main cachée de l’avant-garde communiste. Si un pouvoir est capable de discréditer la maternité et de délégitimer l’autorité masculine, comment s’opposer à ce pouvoir ?

Le déni des différences entre les sexes, la légalisation du mariage homosexuel, le changement de sexe des enfants, le dénigrement de la maternité, la diabolisation de la masculinité sont des idées favorisées par la nouvelle religion progressiste. Tous les philosophes, hommes d’État et saints des siècles passés – païens et chrétiens – auraient condamné ces idées comme étant de la folie. Mais nous voilà, au XXIe siècle, en train de regarder la folie se dérouler.

La bataille finale de cette guerre des cultures n’est pas loin. Nous ne savons pas quel en sera le résultat. On peut dire sans risque d’erreur que la vie finira par revenir à la normale. La question est de savoir combien de morts et de souffrances auront lieu entre-temps.

JR NYQUIST a été chroniqueur pour worldnetdaily, sierratimes et financial sense online. Il est l’auteur de Les origines de la quatrième guerre mondiale et Le Fou, et son ennemi, et co-auteur de La nouvelle tactique de la guerre mondiale.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ