Des habitants décrivent une grave épidémie de virus à Wuhan

Par Nicole Hao
12 mai 2020
Mis à jour: 12 mai 2020

Le 11 mai, le régime chinois a annoncé une nouvelle flambée épidémique du virus du PCC à Wuhan, première indication officielle d’une grave épidémie dans l’épicentre depuis que les autorités ont mis fin aux mesures de confinement début avril.

La population locale a signalé que l’épidémie actuelle à Wuhan est plus grave que ce que les autorités ont décrit.

Une mère a également commencé à adresser des pétitions aux autorités, espérant obtenir justice pour la mort de sa fille, décédée du coronavirus.

Le virus du PCC (Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus, a fait son apparition dans la ville de Wuhan, la capitale de la province du Hubei, à la fin de l’année 2019.

Les autorités ayant sous-déclaré les données relatives au virus, il est difficile de connaître la véritable ampleur de l’épidémie à Wuhan.

Mais le 11 mai, la Commission nationale chinoise de la santé a annoncé dix nouveaux cas de diagnostic dans le pays, dont cinq à Wuhan et les autres dans les provinces du nord-est de la Chine.

Complexe résidentiel

La Commission municipale de la santé de Wuhan a publié des détails sur les cinq nouveaux cas. Ils ont tous été diagnostiqués le 10 mai et vivent dans le complexe résidentiel de Sanmin, dans le district de Dongxihu, à Wuhan.

Auparavant, un homme de 89 ans, surnommé Gao, qui vivait dans ce complexe, avait été diagnostiqué le 9 mai.

Les nouveaux patients sont la femme de Gao, âgée de 81 ans, Li, 46 ans, Chen, 29 ans, et un couple, Zhang, 76 ans, et Yuan, 72 ans.

Une femme marche dans une rue de Wuhan, en Chine, le 11 mai 2020. (STR/AFP via Getty Images)

Chen a commencé à développer des symptômes le 2 mai et a été testé positif le 5 mai. Mais elle n’a été diagnostiquée que le 10 mai, après que ses symptômes se sont aggravés.

Zhang s’est senti mal à l’aise le 5 mai et s’est rendue dans un hôpital local. Il a été testé positif le 6 mai, et a finalement été diagnostiqué le 10 mai.

Le 10 mai, le district de Dongxihu est passé du statut de région à risque « faible » à celui de région à risque « moyen » de propagation du virus.

Le 11 mai, Zhang Yuxin, le chef du Parti du district de Dongxihu, a été démis de ses fonctions, puni pour n’avoir pas réussi à prévenir l’épidémie. Pendant ce temps, le complexe résidentiel de Sanmin a été placé sous quarantaine.

Le 11 mai, le Hongxing News, un média d’État chinois, a rapporté que le complexe résidentiel du Sanmin était situé dans un vieux quartier, où vivaient plus de 4 900 personnes dans 1 943 foyers. Environ la moitié d’entre elles sont des migrants venus d’autres villes.

Depuis le 10 mai, les résidents qui entrent ou sortent du complexe doivent faire contrôler leur température corporelle et scanner les codes de santé générés par leur téléphone portable.

Hongxing News a rapporté que tous les résidents ont été forcés de passer des tests d’acide nucléique et qu’il est probable que le complexe soit bientôt entièrement fermé à clé, les résidents n’étant pas autorisés à entrer ou à sortir de la zone.

Centre de quarantaine

Le 10 mai, les habitants de Wuhan ont publié sur plusieurs plateformes de médias sociaux des images de plus de dix personnes vêtues de combinaisons de protection, de masques et de lunettes de protection, plaçant des brancards à l’arrière d’un véhicule. La personne qui a pris la vidéo a déclaré que le personnel en combinaison de protection transférait une vingtaine de personnes d’un centre de quarantaine vers trois ambulances modifiées de type camion.

D’après les vidéos, la plupart des patients transférés semblaient être des personnes âgées. Certains étaient assis sur des fauteuils roulants. La vidéo a également enregistré les dialogues des personnes. Ils disaient : « Voici l’hôtel Lavande [modifié en centre de quarantaine] dans le quartier de Liuduqiao […] Nous ferions mieux de porter nos masques correctement [pour nous protéger]. »

Liuduqiao est dans le district de Jianghan, à environ 16 km à l’est du complexe résidentiel de Sanmin.

Les habitants de Wuhan ont également posté sur l’application WeChat qu’il y avait eu une épidémie de grippe aviaire dans un complexe résidentiel du district de Qiaokou le 6 mai. Mais les messages correspondants ont été rapidement supprimés.

La mort d’une fille

Yang Min, une mère de 50 ans, espère obtenir justice pour sa fille Tian Yuxi, 24 ans.

Tian a été infectée par le virus du PCC après sa visite à l’hôpital Wuhan Union le 16 janvier, et est morte du virus le 6 février.

« Si nous avions su que le virus pouvait se transmettre d’homme à homme, nous ne serions pas allés à l’hôpital et ma fille ne serait pas morte », a déclaré Yang dans un entretien téléphonique au journal Epoch Times en Chine.

Les autorités chinoises n’ont pas confirmé publiquement la transmission interhumaine avant le 20 janvier.

Une femme traverse une rue à Wuhan, en Chine, le 11 mai 2020. (STR/AFP via Getty Images)

Yang a déclaré que le certificat de décès délivré par l’hôpital Jinyintan indiquait que sa fille était morte de Covid-19, la maladie causée par le virus du PCC.

« Je veux demander au gouvernement de la ville de Wuhan pourquoi il ne nous a pas dit que le virus pouvait être transmis entre humains alors qu’il le savait », a déclaré Yang.

Epoch Times a obtenu des notes internes du gouvernement indiquant que les autorités chinoises connaissaient le potentiel de propagation du virus des semaines avant de l’admettre en public.

Après le décès de sa fille, Yang a tenté de faire appel aux autorités par les canaux officiels, mais n’a obtenu aucune réponse.

« Hier, c’était la fête des mères. Mon enfant est mort. Pour qui suis-je une mère maintenant ? » s’est écriée Yang.

Le matin du 11 mai, Yang a protesté dans les rues en tenant deux panneaux, sur lesquels elle a écrit l’histoire de la mort de sa fille et son appel aux autorités.

Alors que Yang marchait, deux policiers sont apparus et ont saisi les planches de Yang. Elle a ensuite été emmenée et détenue par quatre hommes. Ils l’ont relâchée quelques heures plus tard.

« Quatre hommes habillés en noir m’ont poussée dans une pièce à un endroit inconnu […] J’ai demandé leur identité, mais ils ont refusé de me la montrer », a déclaré Yang.

Yang pense que ces quatre hommes ont été engagés par les autorités locales pour l’intimider et l’amener à mettre fin à ses protestations.

« Je n’arrêterai pas. Je continuerai à protester jusqu’à ce que ma fille obtienne justice », a déclaré Yang.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ