Hachiko, le chien le plus fidèle du Japon, est enfin réuni avec son maître

28 mars 2019 Mis à jour: 5 avril 2019

L’histoire fascinante du chien Hachiko, qui attendait fidèlement son maître à la gare de Shibuya chaque jour même après la mort de ce dernier, a ému tout le Japon. Pour lui rendre hommage, une statue montrant les retrouvailles du chien de la race des akitas avec le professeur Ueno, a été dévoilée le jour du 80e anniversaire de la mort du célèbre animal.

Symbole de loyauté, Hachiko accompagnait son maître à la gare chaque matin et retournait le chercher au même endroit chaque soir, à partir de 1924. Cependant, un jour, Hidesaburo Ueno, professeur de génie agricole, est mort d’une hémorragie cérébrale pendant sa journée de travail, alors qu’il donnait une conférence.

Hachiko pendant ses dernières années de vie – Crédit : Wikipedia

Pendant près de dix années jusqu’en 1935, Hachiko a continué à guetter le retour de son maître tous les jours à la même heure devant la gare de Shibuya. Sa fidélité a tellement touché les Japonais que le sculpteur Tern Ando a fait une statue en bronze du chien, qui a été installée en son honneur devant la gare. Fondue pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a été remplacée par une seconde œuvre au même endroit en 1948.

Afin de célébrer le 80e anniversaire de la mort d’Hachiko et le 90e anniversaire de son maître, une nouvelle statue a été réalisée par Tsutomu Ueda, les réunissant finalement tous les deux.

Crédit : Manish Prabhune/Flickr

Alors que la statue de la gare de Shibuya est triste et solennelle, la nouvelle œuvre installée devant l’entrée de l’Université d’agriculture et de technologie de Tokyo est joyeuse et pleine de vie, reflétant le bonheur des retrouvailles. Le fidèle animal bondit vers l’homme qu’il attendait et qui lui tend les bras, heureux de ce moment de complicité après sa journée de travail.

Grâce à cette statue, Hachiko et son maître sont enfin réunis dans un moment de joie contagieuse. L’œuvre est devenue une véritable attraction touristique à Tokyo. Si vous passez par là, n’hésitez pas à aller la voir : l’accès est même gratuit.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

RECOMMANDÉ