Handicap: une mère monte sur une grue à Rouen pour son fils handicapé

Par Epoch Times avec AFP
28 février 2020
Mis à jour: 28 février 2020

Une femme a passé vendredi neuf heures sur une grue à Rouen, sous la pluie et malgré les rafales de vent, pour protester contre la suppression d’une auxiliaire de vie scolaire (AVS) pour son fils handicapé, selon une source policière.

« Pas d’AVS = enfant en détresse », pouvait-on lire sur une banderole installée sur la grue à plusieurs dizaines de mètres du sol. La mère de famille est descendue vers 14h30 accompagnée d’un pompier après avoir obtenu un courrier l’assurant qu’elle avait obtenu gain de cause, selon la même source.

Cette Normande était montée vers 5h30 sur la grue. Elle avait été avisée le 27 janvier 2020 « de la suppression de l’auxiliaire de vie de son fils » âgé d’une douzaine d’années, et scolarisé à Eu (Seine-maritime), une commune de 7.000 habitants, à une heure et quart de Rouen, selon la source policière.

Des pompiers du groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux (Grimp) étaient montés à sa hauteur « pour pouvoir dialoguer ».

En 2015, la mère de famille avait manifesté de la même manière, alors qu’il déjà était question de supprimer l’AVS de son fils.

Le 18 septembre, deux mères d’enfants handicapés étaient montées sur un échafaudage à Strasbourg pour dénoncer « le manque d’auxiliaires de vie scolaire ».

Selon le Collectif Citoyen Handicap (CCH), « plus de 8.000 » enfants handicapés « n’ont pu faire leur rentrée scolaire » en France en septembre 2019 « par manque d’auxiliaires de vie scolaire pour les accompagner, un nombre qui a doublé cette année ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ