Haute-Garonne : des cadavres de moutons en état de décomposition retrouvés dans une ferme photovoltaïque

Par Séraphin Parmentier
22 septembre 2020
Mis à jour: 22 septembre 2020

Les circonstances exactes de la mort des moutons restent encore floues. L’enquête a été confiée à la Communauté de brigades (CoB) du Volvestre.

Depuis ce week-end, plusieurs clichés de cadavres de moutons en état de décomposition avancée dans une ferme photovoltaïque de la Noé, une commune d’un peu moins de 3000 habitants située à une trentaine de kilomètres de Toulouse, ont suscité la stupeur et l’indignation sur les réseaux sociaux.

Baptisée « Avenir Solaire Noé », la ferme en question, établie au lieu-dit Bourdasse, s’étend sur 4 à 5 hectares et produit 7,7 mégawatts selon le journal local La Petite République.

Les ovins présents sur le site sont censés brouter l’herbe du parc dans le cadre d’une démarche d’éco-pâturage. Les images prises à travers le grillage par des témoins laissent voir deux cadavres de moutons gisant sur le sol de la ferme au milieu des cailloux et de l’herbe sèche.

Une enquête a été ouverte et les gendarmes de la Communauté de brigades (CoB) du Volvestre ont été saisis.

Un membre d’une association de protection des animaux s’est rendu sur place

Fondatrice de l’association Agir pour les Animaux, Betty Loizeau s’est rendue sur les lieux dans la matinée du dimanche 20 septembre.

« Nous avons été très mal accueillis par la gendarmerie et la mairie qui étaient sur place. Il y a une trentaine de moutons et des petits agneaux sur ce parc. Il doit y avoir 5 moutons morts et je pense qu’ils sont morts de faim », a expliqué Mme Loizeau aux journalistes de France 3.

« On voit leurs colonnes vertébrales, leurs côtes et leurs flans sont complètements resserrés. Les moutons n’ont pas assez à manger », ajoute-t-elle. 

« Hier, [le 20 septembre, NDLR] ça été une mascarade, du grand n’importe quoi. Il n’y a pas eu de constat vétérinaire et j’ai l’impression que les cadavres datent de plus d’une semaine », poursuit Mme Loizeau.

Plusieurs zones d’ombre

Une plainte aurait été déposée par la Fondation Brigitte Bardot. Les gendarmes locaux devront désormais faire toute la lumière sur cette affaire et déterminer les circonstances exactes dans lesquelles les moutons sont morts.

« […] De nombreuses questions se posent encore. Une hypothèse sérieuse de travail ferait état de traces de morsures sur les cadavres. Mauvais traitements ou attaque de chiens errants ou autres ? » s’interroge La Petite République.

FOCUS SUR LA CHINE – Message caché dans gâteau de lune

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ