Haute-Savoie : un père n’a pas vu son fils depuis un an, il est en grève de la faim depuis 15 jours

Par Nathalie Dieul
17 mai 2021
Mis à jour: 17 mai 2021

Un père de famille a entamé une grève de la faim devant le palais de justice de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) parce qu’il demande le droit de voir son fils de 6 ans, droit qu’on ne lui a pas accordé depuis un an à la suite de son divorce, sans raison valable.

Michael Berthaux a divorcé il y a trois ans. Il dépend depuis des décisions du juge des affaires familiales de Thonon-les-Bains pour avoir des droits de visite, qui lui ont parfois été accordés un jour par mois, parfois une fois par semaine mais pas à son domicile. Depuis un an, plus rien, rapporte France Bleu.

« Je suis traité comme un délinquant. Qu’est-ce que l’on me reproche ? » questionne le Haut-Savoyard. « J’ai tout pour l’accueillir », assure-t-il.

Cela fait dix mois que Michael Bertaux a déposé une demande pour que son fils puisse vivre avec lui. Il aura fallu tout ce temps pour attendre une audience, fixée au 18 mai.

« Je passe le 18 mai au tribunal, et on me dit qu’il faut que je retrouve des liens avec mon fils si je veux retourner le voir encore une heure par mois », s’indigne le père de famille.

Il a donc décidé de camper devant le palais de justice de Thonon-les-Bains, où il a entamé une grève de la faim, sa deuxième pour réclamer ses droits. Sur sa tente, on peut voir des pancartes où il est écrit : « Comment la justice est devenue l’injustice et la protection de l’enfance la destruction de l’enfance. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ