« C’est hautement intelligent » : le parcours d’une scientifique forestière à la découverte de la communication entre les arbres

Les mémoires de Suzanne Simard sont en cours d'adaptation pour un long métrage
Par Andrew Chen
10 juin 2021
Mis à jour: 10 juin 2021

Suzanne Simard a découvert un fait fascinant sur les arbres : ils communiquent et interagissent entre eux grâce à des réseaux fongiques souterrains, c’est ce qu’elle appelle les voies biologiques. De plus, elle a mis en évidence que les arbres ont également des capacités cognitives en termes de perception, d’apprentissage et de mémoire.

Les recherches de Mme Simard ont conduit à la reconnaissance du fait que les forêts ont des arbres pivots, ou « arbres-mères » – de grands et vieux arbres qui jouent un rôle important dans la circulation des informations et des ressources dans une forêt.

« Les arbres n’ont pas de cerveau, ils n’ont pas de système nerveux, mais ils ont ces structures et ces modèles très évolués de la façon dont leurs corps sont construits qui sont si semblables à ceux des humains et des animaux qu’ils ont les caractéristiques de l’intelligence », a déclaré Mme Simard, professeur d’écologie forestière à l’université de la Colombie-Britannique, à Epoch Times.

Mme Simard s’est intéressée au fonctionnement des arbres et des forêts dès son enfance en Colombie-Britannique, où son grand-père était bûcheron et effectuait des travaux forestiers avec des chevaux. Elle est ensuite devenue une pionnière de la communication et de l’intelligence des plantes.

Elle a mis en place le « Mother Tree Project » en 2015, créé pour étudier les connexions et la communication entre les « arbres mères » des douglas et leurs semis.

« J’ai conçu ces sortes de pratiques forestières qui sont basées sur […] l’idée que tous les arbres sont connectés dans la forêt, et que les grands vieux arbres sont vraiment importants dans la régénération de la forêt, dans la façon dont le carbone est stocké dans la biodiversité », a-t-elle déclaré.

« Nous testons toutes ces différentes façons de conserver les vieux arbres mères pour aider la forêt à être résiliente. »

Mme Simard et une trentaine de ses étudiants diplômés ont étendu les recherches initiales à des forêts de Colombie-Britannique, d’Alaska et du Chili.

Elle explique que les vieux arbres du monde entier établissent des associations mutuellement dépendantes avec des champignons ou des groupes de champignons, appelées mycorhizes, littéralement « racines de champignons ». Avec l’aide de ces champignons mycorhiziens qui facilitent la communication entre les arbres, ces grands arbres sont capables de transmettre les signaux de danger, de gérer les ressources et de régénérer la forêt.

Tout en notant que les systèmes forestiers présentent « des schémas très similaires à ceux que nous avons dans notre propre corps », Mme Simard a déclaré qu’elle devait faire attention à la manière dont elle décrit ses résultats par rapport aux humains afin d’éviter les « tabous scientifiques » ou les accusations d’anthropomorphisme.

« Je pense qu’à certains égards, notre rigueur à ce sujet nous a conduits à être aveugles à certains égards. Nous avons eu les yeux bandés sur ce que sont les plantes et les arbres et sur ce dont sont capables les forêts », a-t-elle déclaré.

« Mais cela mis à part, quels mots allons-nous utiliser pour décrire cette incroyable capacité des forêts à réagir, à s’adapter, à percevoir et à changer, à apprendre et à enregistrer des souvenirs dans leurs cernes et leurs graines ? […] Je pense que c’est très intelligent, c’est très évolué. »

Le mois dernier, Suzanne Simard a publié son premier livre, un mémoire intitulé Finding the Mother Tree : Discovering the Wisdom of the Forest, et il est prévu d’en faire un long métrage.

Le film sera développé et produit par Bond Group Entertainment, qui est cofondé par l’actrice américaine Amy Adams, qui jouera le rôle de Mme Simard. Il sera coproduit par la société de l’acteur Jake Gyllenhaal, Nine Stories Productions.

Mme Simard dit espérer que le film sensibilisera le public à « l’exploitation tragique des forêts », notamment dans sa province natale.

« Ce que j’ai vu, en grandissant dans cette province de la Colombie-Britannique, c’est qu’elle est passée d’une province de forêts anciennes à une province de coupes à blanc », a-t-elle déclaré.

« Nous dépendons de ces forêts pour l’eau, pour la biodiversité, pour le stockage du carbone. Nos vies dépendent de forêts saines à bien des égards, et je ne pense pas que les gens s’en rendent vraiment compte, et il est trop facile d’ignorer cette tragédie qui se déroule dans nos forêts. »

« Je pense que ce sera l’un des messages clés qui ressortiront [du film] : aimer la forêt et la protéger contre une exploitation inutile. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ