Havre : les salariés d’un McDo dénoncent le harcèlement au travail

Par Léonard Plantain
26 octobre 2020
Mis à jour: 26 octobre 2020

Ce samedi 24 octobre, une quinzaine de salariés du McDonald’s de la gare du Havre ont manifesté contre le harcèlement au travail et ont dénoncé « des conditions de travail déplorables ».

Plus qu’un raz-le-bol, une quinzaine de salariés du McDonald’s de la gare du Havre se sont mis en grève ce samedi 24 octobre, pour dénoncer du harcèlement sexuel, du harcèlement moral, des problèmes d’organisation et des problèmes de hiérarchie pendant leur travail.

Placés devant l’enseigne (101 quai Colbert), ils ont évoqué une vraie souffrance au travail et ont distribué des tracts aux clients, sur lesquels on pouvait y lire différentes remarques que des supérieurs leur auraient lancées : « Ça fait quoi une pipe avec un piercing ? », « Envoie des nudes », « Si tu as des fautes : petites fessées au cul », relate Paris-Normandie.

Les salariés ont également affiché une banderole indiquant : « Harcelés, humiliés, rabaissés… Venez comme vous êtes ! »

Présente sur place, Sandrine Gérard, la secrétaire de l’Union locale de la CGT, a déclaré : « Ce mouvement a été déclenché à l’initiative de salariés à la suite de conditions déplorables de travail. » Un cri qui a finalement été entendu, puisqu’une longue rencontre a été organisée avec les représentants de l’enseigne. Un premier accord aurait également été trouvé, relate Actu Normandie.

Les salariés ont ensuite repris leur poste, mais la direction n’a pas souhaité communiquer en détail sur cette rencontre. Le service communication de McDonald’s a malgré tout assuré : « Après échanges avec les manifestants relatifs au comportement d’un autre salarié et un débrayage d’une heure, la direction a immédiatement diligenté une enquête interne pour établir les faits. »

McDonald’s a également précisé : « La direction tient à exprimer sa détermination la plus stricte à prendre les décisions qui s’imposeraient en fonction des conclusions de l’enquête et sa volonté de ne laisser passer aucun comportement inapproprié au sein du restaurant. »

Puis de conclure : « Le service a repris normalement après ces échanges constructifs. »

FOCUS SUR LA CHINE – Les investisseurs cachés derrière des sociétés-écrans de Hong Kong



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ