Hérault : avec ses chiens, elle transforme une forêt domaniale en zone de non-droit et fait régner la terreur

Par Séraphin Parmentier
22 mai 2020
Mis à jour: 22 mai 2020

Une quinquagénaire qui vit en ermite dans les bois entourée de ses chiens sème le trouble dans une petite commune du Lodévois depuis plus de dix ans.

Depuis une dizaine d’années, Élizabeth Laurense fait régner la terreur aux abords du terrain qu’elle possède près de la forêt domaniale de Notre-Dame-de-Parlatges, à Saint-Étienne-de-Gourgas, une commune de moins de 500 habitants située à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Montpellier.

Âgée de 59 ans, cette Hollandaise vit en ermite et ne tolère personne dans les parages, même sur les chemins communaux qui bordent sa propriété.

« Son terrain est en lisière des 2500 hectares de la forêt domaniale de Notre-Dame-de-Parlatges qui s’étend sur six communes, 4 tènements », explique Julien Carette, agent de l’Office national des forêts (ONF) en charge du secteur, dans les colonnes de Midi Libre.

« Il est à proximité d’un GR très fréquenté, et traversé par une piste d’exploitation qui part de la maison forestière de Larcho. Nos services l’empruntent souvent, comme les pompiers, les forestiers et les ayants droit, agents communaux, chasseurs, riverains. C’est la seule voie qui permet d’accéder au cœur du massif et de désenclaver des propriétés privées », ajoute-t-il.

« Les agressions vis-à-vis des agents de l’ONF, des agents municipaux ou des promeneurs sont fréquentes. Il faut louer leur patience et leur civisme pour supporter, depuis des années, ces dérives », souligne pour sa part Jean-Luc Requi, le maire de Saint-Étienne-de-Gourgas.

Récemment, munie d’une barre de fer et accompagnée de ses chiens, la quinquagénaire n’a pas hésité à s’interposer face à un engin de l’ONF qui travaillait à proximité de sa propriété. Un comportement qui a nécessité une nouvelle intervention des gendarmes.

Des incidents fréquents

Au début du mois de mai, Noémie, une jeune femme de 22 ans installée à Saint-Étienne-de-Gourgas depuis le début de l’année, a également été attaquée par les chiens d’Élizabeth Laurense.

« J’étais allée me promener vers 13 h 15, avec mon chien, le 5 mai », raconte la jeune femme.

« J’étais à cinq minutes de chez moi, lorsqu’un 4×4 m’a dépassée avec des chiens qui couraient derrière. Ils nous ont encerclés en nous aboyant dessus. La propriétaire a essayé de les rappeler, ils ne l’ont pas écoutée. Un chien m’a mordue à la fesse, puis un autre au menton. Heureusement, une dame qui passait sur le chemin en voiture s’est arrêtée et nous a fait monter », ajoute-t-elle.

« Ses chiens menacent régulièrement les randonneurs qui s’aventurent vers chez elle » ; « Elle insulte quiconque tente de passer par la forêt » ; « Un jour, elle a planté une fourche dans la cuisse d’un agent de l’ONF », témoignaient récemment des Gorgasiens aux journalistes de Midi Libre.

Excédés, plusieurs riverains ont lancé une pétition au mois de décembre 2019. Une centaine de signatures ainsi que plusieurs témoignages manuscrits relatant des incidents ont été recueillis. La pétition a été transmise au maire, à la gendarmerie, au sous-préfet de Lodève ainsi qu’au procureur de la République.

Alerté de la situation, Jean-François Moniotte, le nouveau sous-préfet de Lodève, s’est saisi de ce dossier complexe.

« Je suis en train de le découvrir. J’ai déjà eu le maire au téléphone, et nous avons rendez-vous en mairie de Saint-Étienne-de-Gourgas le 26 mai avec tous les acteurs. Je verrai ensuite avec les gendarmes et le procureur ce qu’on peut faire », conclut M. Moniotte.

 

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsable envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ