Histoire et religion : la naissance du Roi-Soleil était-elle miraculeuse ?

Par Epoch Times
24 juillet 2020
Mis à jour: 24 juillet 2020

Louis XIII et Anne d’Autriche, un mariage d’État sans enfants

Nous sommes sous le règne de Louis XIII qui est marié à Anne d’Autriche depuis l’âge de 14 ans. C’est un mariage d’État favorisant un rapprochement de la France et de l’Espagne. Sa mère, Marie de Médicis, les oblige à consommer le mariage le jour même. Ils n’ont que 14 ans et ça se passe mal, Louis XIII ne veut alors plus voir la reine pendant 4 ans. Celle-ci fera ensuite quatre fausse-couches, dont l’une est de sa responsabilité car elle dévale les escaliers et tombe… le roi est donc assez irrité contre la reine.

Celle-ci va tremper dans un sombre complot ourdi par la duchesse de Chevreuse, visant à éliminer Richelieu et le roi afin d’épouser Gaston de France, le frère du roi. Le complot est éventé, les conspirateurs exécutés. À partir de ce moment-là, la reine vivra de son côté au Louvre et le roi à Saint-Germain dans son palais ou à Versailles, lequel n’était encore qu’un rendez-vous de chasse.

Pour couronner le tout, la France entre en guerre contre l’Espagne, le roi d’Espagne étant le frère de la reine. Quand la reine écrit à son frère, elle n’envoie pas seulement des nouvelles de famille, mais elle fait aussi du renseignement militaire. Quand le roi l’apprend, il fait surveiller la reine, ouvrir son courrier et toutes les princesses espagnoles sont écartées de la cour. Cela fait 22 ans qu’ils sont mariés et ils n’ont toujours pas d’enfants. Le roi est de santé fragile, il a déjà failli mourir deux ou trois fois et s’il n’a pas d’héritier, la France va alors se diviser…

Quand le destin des rois de France se jouait par un appel au Divin

Un jeune religieux dénommé Denis Antheaume (Frère Fiacre), veut entrer chez les Frères Augustins-Déchaussés. Alors qu’il est encore novice, il tombe malade. Sa famille étant pauvre, ainsi que le couvent qui l’accueille, il pense qu’il va être renvoyé. Le frère infirmier le rassure pourtant en lui déclarant que la reine prend en charge les frais médicaux de tous les frères malades.

Très touché, ce jeune novice qui connait le problème de la reine, va alors commencer à prier pour qu’elle ait des enfants. Il va prier pour elle pendant quatre ans et au bout de ces quatre ans, il reçoit secrètement une motion intérieure : la reine doit faire trois neuvaines.

Le vœu de Louis XIII

Il informe ses supérieurs, mais ceux-ci n’en tiennent pas compte. Il va alors continuer de prier et au bout de deux ans, il va avoir, dans sa cellule, à 3 heures du matin, par trois fois, une apparition de la Vierge Marie portant un enfant. Il s’agenouille, pensant que c’est l’Enfant Jésus, mais Marie lui dit que non, ce n’est pas l’Enfant Jésus, mais le Dauphin que Dieu veut donner à la France. Pour cela, la reine doit faire trois neuvaines : une à Notre Dame de Paris, une autre à Notre Dame des Victoires, laquelle est la chapelle du couvent des Frères Augustins (n.d.r . récemment construite par Louis XIII lui-même et dénommée ainsi suite à ses victoires sur les protestants), et une neuvaine au sanctuaire où elle est apparue en Provence.

Pour qu’il ne se trompe pas, elle lui fait voir la façade en demi-lune de l’église (Notre-Dame des Grâces) caractéristique, ainsi que le tableau se trouvant à l’intérieur de l’église où l’on voit Marie avec la lune sous les pieds, couronnée d’étoiles.

Louis XIV, dit Dieudonné à 5 ans

Le message est alors transmis à la cour : la reine y croit mais le roi soumet l’information à Richelieu qui diligente une enquête de police sur la moralité des Frères et la véracité de leurs dires. L’enquête trainant en longueur, le Frère Fiacre décide alors de faire les neuvaines tout seul, à Notre-Dame de Paris et à la Sainte-Victoire. Quand il les termine, on est le 5 décembre 1637. Ce jour-là, le roi est à Paris pour rendre visite à une amie religieuse, Melle de la Fayette. Mais, voulant repartir à Saint-Germain, un terrible orage rend les routes impraticables et l’oblige à rester au Louvre. Ce soir-là, il dînera au Louvre avec la reine et passera la nuit avec elle.

Et 9 mois plus tard…

Neuf mois plus tard, va naître Louis Dieudonné, futur Louis XIV. Quand la reine découvre qu’elle est enceinte, elle fait venir le Frère Fiacre à la cour au mois de février et s’agenouille devant lui pour le remercier!

Le roi l’enverra ensuite faire la 3ème neuvaine à Cotignac. Il lui remet des lettres de recommandation pour recevoir protection des postes de police sur les routes. Arrivé à Cotignac, le Frère Fiacre entre dans l’église mais ne voit pas le tableau. Très ému, il fond en larmes, pensant qu’il n’avait eu qu’une hallucination et se disant qu’il avait trompé le roi et la reine. Ses pleurs et ses gémissements font accourir le Frère sacristain qui l’emmène à la sacristie pour y voir… le tableau en cours de restauration.

En août 1638, Louis XIII va prononcer des actions de grâces et consacrer sa personne, son royaume et ses sujets à la Sainte Trinité par les mains de Marie en la fête de l’Assomption. C’est à partir de ce moment-là que l’Assomption devient une fête chômée en France et la Vierge Marie la Sainte patronne de la France.

Louis XIV naît alors le 5 septembre 1638. En février 1660, il a 22 ans et il doit aller à Saint-Jean-de-Luz accueillir sa future épouse, l’Infante d’Espagne. Il décide avec sa mère de faire un détour par Cotignac pour remercier la Vierge Marie du don de son existence. En entrant dans l’église, il se prosternera devant la Vierge Marie et lui offrira son grand cordon bleu, la plus haute dignité du royaume, ainsi qu’un diamant qu’il portait au doigt.

Puis la Révolution française passa par là…

À la Révolution française, les prêtres sont renvoyés, le couvent devient une prison puis est détruit, le sanctuaire pillé. Trois jeunes filles du village vont pourtant déjouer la surveillance des communards et accéder de nuit au sanctuaire pour récupérer et sauvegarder le tableau de la Vierge couronnée d’étoiles, la statue de la Sainte Vierge et le cœur du Frère Fiacre qui était enterré ici. Après le Concordat de Napoléon, Notre-Dame-des Grâces sera reconstruit par les villageois eux-mêmes.

Ingres, Le voeu de Louis XIII, 1824
RECOMMANDÉ