Un homme qui a commencé à boire de l’alcool à 14 ans surmonte sa dépendance après avoir manqué l’enterrement de son père

Par Daksha Devnani
30 juillet 2021
Mis à jour: 30 juillet 2021

Un homme qui a été dépendant de l’alcool pendant la majeure partie de sa vie a décidé d’arrêter après avoir manqué les funérailles de son père. Aujourd’hui, après deux ans de sobriété, il aide les personnes qui ont sombré dans la dépendance à retrouver leur vie.

« Aujourd’hui, je profite de la vie ; ce qui avant n’était qu’une errance », a déclaré Karl Finn, 46 ans, à Epoch Times par courriel. « Rester sobre est ma façon de me racheter, et mon hommage à mon père et au reste de ma famille qui m’ont soutenu. »

« Je pense qu’il serait fier de la personne que je suis devenu et du chemin que j’ai parcouru pour surmonter mon addiction », a ajouté Karl Finn, qui réside à Southend, dans l’Essex, au Royaume-Uni.

Karl Finn enfant (Avec l’aimable autorisation de Karl Finn/Step by Step Recovery)

Karl est né et a été élevé par ses parents avec son frère aîné dans un quartier populaire de Dublin, en Irlande, appelé The Liberties, célèbre pour ses bars et ses marchés. Selon lui, le « quartier était bourré d’addictions et de criminalité et il était facile de tomber dans l’alcool ». À l’âge de 14 ans, Karl, qui dit avoir été un enfant sensible à l’époque, a commencé à boire pour se fondre dans la masse.

Cependant, sa dépendance est devenue incontrôlable et, en l’espace d’un an, il a « déraillé », l’alcool devenant un problème majeur dans sa vie.

« À l’époque, mon père et ma mère étaient en pleine rupture conjugale, ce qui me rendait très triste, mais je ne pouvais pas vraiment exprimer ce que je ressentais, alors je buvais pour oublier ce qui se passait », a-t-il déclaré.

Après la séparation de ses parents, Karl a décidé de rester avec son père. Mais la vie n’était pas très facile pour lui. Son père avait des crises d’alcoolisme et était imprévisible quand il buvait. C’était à lui de grandir et d’assumer certaines responsabilités à la maison tout en soutenant son père sur le plan émotionnel.

« Ce n’était pas facile de voir un homme fort comme mon père faire face à l’échec de son mariage », dit-il.

Pendant cette phase, Karl, qui a abandonné l’école, a commencé à boire la plupart du temps et s’est senti « perdu ». Sans aucun plan pour l’avenir et sans qualifications, l’adolescent de 15 ans a commencé à travailler dans un bar.

Pour tenter de l’aider à vaincre sa dépendance, sa tante lui a permis de rester chez elle à Weymouth, afin de se « désintoxiquer ».

« Cela a fonctionné pendant un certain temps et j’ai réussi à réduire ma consommation », a-t-il déclaré.

Cependant, peu de temps après, lorsqu’il a eu 17 ans, il a décidé de vivre avec son père, qui avait déménagé à Birmingham. Entouré du côté de la famille de son père, dont les entreprises étaient des pubs et des clubs, Karl a repris son habitude de boire.

Pendant ce temps, il est devenu le manager du plus grand pub et club de la ville.

« Je travaillais pendant la semaine et je pensais pouvoir limiter ma consommation d’alcool aux week-ends, mais cela a vite débordé jusqu’à ce que je boive presque tous les jours de la semaine », a confié Karl.

La dépendance prenant le dessus sur sa vie, il est devenu peu fiable et a commencé à se présenter au travail en retard, à avoir complètement la gueule de bois ou à disparaître pendant des heures. Incapable de se prendre en main, il a fini par perdre son emploi.

Au cours des deux années suivantes, il a changé d’emploi et de relation, incapable de s’accrocher à quoi que ce soit, car son habitude de boire dominait sa vie, le rendant « égoïste » et « chaotique ».

À l’âge de 19 ans, il est allé vivre avec sa mère à Bournemouth. Sa mère pensait qu’il repartirait d’une page blanche. Cependant, le même épisode s’est répété. Il a commencé à perdre de nouveaux emplois et des relations à cause de son addiction à l’alcool.

Karl Finn, lorsqu’il souffrait d’une dépendance à l’alcool (Avec l’aimable autorisation de Karl Finn/Step by Step Recovery)

« Je devenais une personne différente quand je buvais et ma vie était ingérable, je ne me présentais pas au travail ou je disparaissais pendant plusieurs heures d’affilée. Je ne pouvais pas m’arrêter », a dit Karl. « Chaque jour, je me réveillais et je me concentrais sur la façon de trouver de l’argent pour pouvoir boire. Je vendais des choses, comme mon téléphone, ou je traînais avec d’autres toxicomanes et alcooliques qui buvaient, ce que je n’aimais pas toujours. J’existais, mais je ne vivais pas. »

Au fil des jours, Karl a fini par boire un litre de vodka et jusqu’à six canettes de bière blonde par jour, jusqu’à s’évanouir.

Bien qu’il ait souffert d’un arrêt cardiaque, d’une insuffisance rénale et hépatique, et qu’il ait subi de graves blessures dues à un accident de vélo alors qu’il était ivre, il n’a pas eu la motivation nécessaire pour arrêter.

En 2018, il a même été averti par plusieurs médecins qu’il mourrait dans l’année s’il ne se décidait pas à changer.

« En tant qu’alcoolique, j’ai continuellement menti et fait vivre un enfer à ma famille », a-t-il déclaré. « J’ai repoussé les limites et brisé leur cœur à plusieurs reprises. »

Puis, un Noël, lorsque Karl a appelé sa mère, il a appris une nouvelle qui allait changer sa vie à jamais. Sa mère lui a annoncé que son père était mort seul après une intoxication alimentaire.

« Il buvait encore. Et, pour ne rien arranger, j’ai appris que j’avais manqué ses funérailles, un mois après qu’elles aient eu lieu », raconte-t-il. « Ma famille avait fait tout son possible pour me prévenir, mais comme je perdais ou vendais toujours mon téléphone, ils n’ont pas pu me contacter. »

Karl a eu le cœur brisé en apprenant cette nouvelle dévastatrice. Tandis que, d’un autre côté, cela lui a aussi servi de « catalyseur » pour arrêter de boire.

« La dépendance lui avait tout coûté, et je ne voulais pas que ce soit mon avenir. Il était temps de faire un changement », a-t-il dit. « Je me sentais incroyablement coupable de ne pas avoir été là ; à cause de mes propres problèmes de dépendance, j’étais absent quand il avait le plus besoin de moi. »

Décidé à changer de vie, Karl a sollicité l’aide de Danielle Byatt, la fondatrice de Step by Step Recovery, une clinique résidentielle privée qui offre un environnement sûr et confidentiel aux personnes touchées par la dépendance mais qui cherchent à entamer une guérison.

Karl Finn, quand il est devenu sobre (Avec l’aimable autorisation de Karl Finn/Step by Step Recovery)

Le traitement résidentiel qu’il a suivi, d’une durée de six semaines, a eu un impact considérable sur sa vie.

« Cela fait maintenant deux ans que je suis sobre et je ne pourrais pas être plus heureux. Ma vie est un million de fois meilleure : j’ai un appartement et une partenaire. Et je suis plein d’espoir pour l’avenir », a déclaré Karl à Epoch Times.

Désireux de rendre à la société ce qu’elle lui a donné, il s’est mis à faire du bénévolat pour aider les personnes qui se trouvent dans la même situation que lui. Il s’est ensuite vu offrir un emploi de travailleur spécialisé dans la récupération de l’alcool et des drogues au Lighthouse de Southend, la clinique de Step by Step Recovery.

(Avec l’aimable autorisation de Karl Finn/Step by Step Recovery)

Il a également ravivé sa relation avec sa mère, qui l’a soutenu dans les moments les plus sombres.

Vivant actuellement sa meilleure vie, Karl Finn donne ce conseil à ceux qui essaient de surmonter leur dépendance : « Il y a toujours de l’espoir. »

« N’abandonnez jamais », a-t-il dit. « Quelque part, il y a la possibilité d’un nouveau départ et d’une meilleure façon de vivre. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ