Un homme qui a étouffé plusieurs fois une femme dans des bains de glace est accusé de trafic d’êtres humains

Par Simon Veazey
17 septembre 2019 Mis à jour: 17 septembre 2019

Un homme de 26 ans a été accusé de trafic d’êtres humains et de servitude sexuelle par les autorités de Caroline du Nord, qui l’accusent d’avoir forcé une femme à avoir des rapports sexuels avec des étrangers pris au hasard dans une chambre d’hôtel et de l’avoir étranglée sous l’eau dans des bains de glace comme punition pour ne pas avoir respecté un quota financier.

La victime anonyme s’est manifestée au cours d’une enquête dans deux hôtels de Pineville, en Caroline du Nord, affirmant qu’elle avait été retenue contre son gré et avait été forcée à des actes sexuels avec des « hommes inconnus », selon un communiqué de presse de la police de Pineville.

La police a arrêté Thomas Antoine Miller dans le cadre de l’enquête le 12 septembre, l’accusant de trafic de personnes d’une victime adulte, de servitude sexuelle d’une victime adulte, d’agression par strangulation, d’agression d’un enfant de moins de 12 ans, d’agression d’une femme et de menaces.

Ils ont également arrêté Shakeeta Lasha Adams, 25 ans, en relation avec l’incident. Elle n’a été accusée que de voies de fait simples et a depuis été libérée sous caution.

Shakeeta Lasha Adams. (Police de Pineville)

Thomas Antoine Miller est toujours détenu à la prison du comté de Mecklembourg, où les dossiers montrent qu’il a été arrêté trois autres fois depuis 2016, pour des chefs d’accusation tels que complot criminel, agression armée, possession de cocaïne et résistance à un agent public.

La victime a déclaré à la police que si elle n’atteignait pas un quota financier, Thomas Antoine Miller l’aurait punie.

« Les punitions vont de la violence verbale aux coups avec une ceinture, au fait d’être tenue sous l’eau ou dans un bain de glace dans une baignoire tout en étant étranglé, et brûlé ou marqué avec un cintre en fil métallique chaud. Cette violence s’est produite devant ses deux enfants, qui ont également parfois été battus à coups de ceinture », peut-on lire dans le communiqué de la police.

Les enfants n’ont été impliqués dans aucun abus sexuel, selon la déclaration de la police.

Pineville est une petite ville d’environ 9 000 habitants nichée à la frontière avec la Caroline du Sud, à la périphérie de Charlotte, qui ne compte qu’une poignée d’hôtels.

Pineville, Caroline du Nord. (Capture d’écran/Google Maps)

Le trafic d’êtres humains est un crime « extrêmement rare » à Pineville, a déclaré la police, affirmant que le personnel des deux hôtels en question avait depuis lors suivi une formation pour aider à identifier les signes précurseurs de trafic d’êtres humains.

La police a fait l’éloge de la bravoure de la victime qui s’est manifestée.

« Notre victime dans cette affaire ainsi que ses enfants ont un long chemin à parcourir pour se rétablir physiquement et mentalement », a annoncé la police dans une déclaration à Pineville. « Notre victime a été très courageuse, et nous espérons que s’il y a d’autres victimes, elles aussi seront inspirées à se manifester. »

RECOMMANDÉ