Un homme envoie une lettre d’amour à sa femme avant de mourir du Covid-19 : « Nous avons eu notre temps et c’était merveilleux. »

Par Louise Bevan
31 décembre 2020
Mis à jour: 31 décembre 2020

Un mari du Texas a passé ses derniers instants à écrire une émouvante lettre d’adieu, qu’il a envoyée par e-mail à sa femme de 21 ans avant de mourir du virus du PCC à l’hôpital.

Billy Loredo, 45 ans, a envoyé la lettre d’amour à son épouse, Sonya Kypuros, avant de perdre sa bataille au centre médical McAllen au Texas. Il a été testé positif au virus du PCC* (virus du Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus, à la mi-novembre et a été admis à l’hôpital à l’occasion de la fête de Thanksgiving.

Selon sa nécrologie, il est décédé le 13 décembre.

Billy Loredo (Avec l’aimable autorisation de Sonya Kypuros)

« Je veux que tu saches que je me bats très fort chaque jour pour ma vie », commença la note de Billy. « Je le fais pour toi afin de pouvoir te revoir. Tu es la personne la plus importante dans ma vie et tu me manques chaque jour. »

Le frère de Billy, le Dr Pedro Loredo, a dit à Good Morning America qu’il avait trouvé la dernière missive de Billy douce amère.

« [Sonya] a reçu sa dernière lettre d’amour de mon petit frère, et cela lui brise le cœur », a-t-il dit. Billy a été intubé peu après avoir envoyé la lettre, dans laquelle il reconnaissait qu’il n’était « pas toujours l’homme parfait » mais s’engageait à faire de son mieux.

Billy et sa femme, Sonya Kypuros, le jour de leur mariage (Avec l’aimable autorisation de Sonya Kypuros)

Sa femme, dit-il, a toujours été parfaite à ses yeux.

« Si je m’en sors, je promets d’être un homme meilleur, devant Dieu, dans la vie et en tant que mari », a écrit Billy. « Tu as toujours mérité le meilleur et si j’ai une seconde chance, je le ferai. »

« Si je n’y arrive pas », a-t-il poursuivi, « je veux que tu saches que j’ai vécu une vie heureuse et merveilleuse avec toi et que je ne l’aurais jamais échangée contre toutes les richesses du monde. »

(Avec l’aimable autorisation de Sonya Kypuros)

Billy, un avocat qui travaillait à Edimbourg, a ouvert son cabinet il y a quelques années. Son frère l’a décrit comme un homme humble et positif. « Billy était tout simplement une personne formidable », a déclaré le Dr Loredo. « Il a semé des graines dans le cœur des gens et elles ont juste poussé. Son rire va me manquer ; on pouvait entendre ce rire jusque dans les couloirs. »

On pense que Billy a contracté le virus le 16 novembre par l’intermédiaire de sa secrétaire qui présentait elle-même de légers symptômes. Les deux travaillent dans des bureaux adjacents et selon le Dr Loredo, elle était venue dire à Billy qu’elle présentait des signes d’allergies, après quoi Billy lui a demandé de se faire examiner immédiatement. Elle a été testée positive au virus et Billy aussi.

Sonya a elle aussi été testée positive, mais elle était plus inquiète pour son mari.

« Il a commencé à avoir de légers symptômes », a déclaré Sonya à la chaîne de télévision KWES-TV. « Comme s’il avait de la fièvre la nuit, mais pas toute la journée […] il a rapidement perdu de sa vigueur au fil du temps. Il s’est réveillé tôt le jour de Thanksgiving en me disant qu’il avait des problèmes respiratoires. »

(Avec l’aimable autorisation de Sonya Kypuros)

La politique de l’hôpital interdisant à Sonya d’être avec son mari après son intubation, elle a donc parlé à Billy via FaceTime à la place.

« Je n’ai pas cessé de lui dire qu’il irait bien, qu’il s’en sortirait et qu’il reviendrait vers moi », se souvient Sonya. « C’est juste horrible que je n’aie pas pu être là pour lui tenir la main. »

Selon son frère, Billy n’avait aucun problème de santé sous-jacent.

(Avec l’aimable autorisation de Sonya Kypuros)

Sonya a partagé la lettre émouvante de son mari pour rappeler aux gens que le virus du PCC est toujours dangereux.

Le dernier sentiment exprimé par Billy a illustré son amour et son attention pour la femme qu’il laissait derrière lui.

« Je veux aussi que tu sois heureuse et que tu continues à vivre ta vie sans moi et sans regrets », a écrit Billy. « Nous avons eu notre temps et c’était merveilleux. Je t’aime et tu me manques beaucoup. Je continuerai à me battre. Je t’aime, Billy. »

En lisant ses derniers mots, Sonya réfléchit : « Je pense qu’il essayait de me donner la permission d’être heureuse sans lui. »

« C’était difficile à lire. Mais il prenait soin de moi et de tout le monde, donc je ne suis pas surprise qu’il ait écrit ça », a-t-elle ajouté.

(Avec l’aimable autorisation de Sonya Kypuros)

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Élections américaines – Des pirates dans les systèmes de l’État de Washington


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ