Un homme meurt après 14 mois de détention en Chine pour avoir défendu sa foi

Par Dorothy Li
22 mars 2021
Mis à jour: 22 mars 2021

Guo Baojun, un homme de 63 ans, est décédé en détention après avoir été détenu pendant 14 mois à cause de sa foi dans le Falun Gong, dans la ville de Zhengzhou, en Chine centrale, le 14 mars.

Le fils de l’homme a reçu un SMS annonçant le décès de son père lorsqu’il s’est réveillé à 7 h 27 le 14 mars, selon minghui.org, un site Web américain consacré à la persécution du Falun Gong en Chine.

Le fils dévasté a appelé le centre de détention n° 3 de la ville de Zhengzhou ce matin-là, et les gardes ont confirmé que son père était mort.

Son père était détenu dans le centre de détention depuis novembre 2019.

Selon le rapport, Guo était originaire de la ville de Zhengzhou de la province du Henan, une région centrale de la Chine. Il a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1995 alors qu’il travaillait comme comptable dans un hôpital local.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une pratique spirituelle composée d’exercices méditatifs lents et d’une amélioration morale de soi basée sur le principe d’Authenticité, Bienveillance, Tolérance. On estime que 100 millions de personnes pratiquaient le Falun Gong en Chine à la fin des années 1990.

La popularité croissante du Falun Gong a été considérée comme une menace par le Parti communiste chinois (PCC). En juillet 1999, le PCC a lancé une persécution brutale, au cours de laquelle des millions de pratiquants de Falun Gong ont été emprisonnés, maltraités, torturés et un nombre inconnu d’entre eux a été tué.

Depuis lors, Guo a été arrêté et détenu à plusieurs reprises. La famille a connu de grandes difficultés.

Aujourd’hui, même les familles ne sont pas autorisées à voir le corps de leur proche.

Le fils, la sœur et le beau-frère de Guo ont été dirigés vers le centre de détention n° 3 lorsqu’ils ont demandé à voir le corps de Guo plus tard dans la journée.

Les gardes leur ont dit qu’ils devaient attendre qu’un médecin légiste ait examiné le corps et que seuls cinq membres de la famille seraient autorisés à le faire après avoir rempli un formulaire. En outre, ils leur ont dit que la prise de photos ou de vidéos n’était pas autorisée, mais que le centre de détention enregistrerait tout, selon le rapport.

On ignore si les familles ont déjà vu le corps de Guo.

Condamnation et grève de la faim

Guo a été arrêté le soir du 10 novembre 2019, alors qu’il distribuait des documents d’information sur le Falun Gong autrement indisponibles en Chine continentale en raison de la persécution.

Après avoir été détenu au centre de détention de la ville de Xinmi pendant quelques jours, il a été transféré au centre de détention de Zhengzhou. Les procureurs locaux ont inculpé Guo le 9 janvier 2020 et ont porté son affaire devant le tribunal du district de Zhangyuan, dans la ville de Zhengzhou.

Le 13 juin, Guo a assisté à une audience vidéo au centre de détention avec une sonde d’alimentation dans le nez. Guo a mené une grève de la faim pendant près de sept mois. Il était nourri de force tous les jours. Son fils a déclaré au journaliste que la voix de Guo était faible, mais qu’il avait bon esprit.

Le juge a condamné Guo à deux ans et à une amende de 20 000 yuans (plus de 2 500 € ) le 29 juin 2020, bien qu’il ait nié avoir commis des actes répréhensibles en pratiquant sa foi et en en parlant.

Des pratiquants du Falun Gong tiennent des bougies lors d’une veillée aux chandelles en hommage aux personnes battues et torturées à mort en Chine, à Washington, le 19 juillet 2001. (Alex Wong/Getty Images)

État critique

Depuis son arrestation, ses proches se sont vu refuser le droit de lui rendre visite jusqu’à ce qu’il soit au bord de la mort.

Le 3 décembre 2020, les gardes ont appelé son fils et lui ont dit que Guo était dans un état critique à l’hôpital populaire n° 2 de la ville de Zhengzhou, selon un rapport du 8 décembre 2020.

Pour la première fois, le fils de Guo a pu rendre visite à son père, extrêmement émacié depuis son arrestation. Le rapport mentionne que Guo, qui ne pesait que 40 kg, toussait lorsqu’il essayait de parler.

Le fils a décrit l’état de son père : il avait une sonde d’alimentation dans le nez, des bleus et des blessures par aiguille sur les bras, la peau craquelée, les yeux gonflés et une sonde urinaire branchée.

Lorsque le fils a appelé le centre de détention trois semaines plus tard, les gardiens ont dit que Guo allait mieux mais qu’il était toujours à l’hôpital. Le fils a été orienté vers des médecins lorsqu’il a demandé des précisions sur l’état de santé de son père. Le gardien a également déclaré qu’il devait obtenir une autorisation s’il voulait lui rendre visite.

Plus tard, le fils s’est rendu à l’hôpital, mais le médecin a refusé de divulguer tout détail. Le médecin a dit que toute discussion devait être supervisée par des gardes. Lorsque le fils a dit que c’étaient les gardiens qui l’avaient envoyé là-bas, le médecin a demandé une lettre d’autorisation.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ