Un homme fait une vidéo de cadavres dans un hôpital chinois, puis il trouve la police à sa porte

Par Eva Fu
6 février 2020 Mis à jour: 6 février 2020

Si Fang Bin, un journaliste citoyen de la ville chinoise de Wuhan frappée par le virus, s’attendait à ce que la police le retrouve, il ne s’attendait pas à ce que cela se produise aussi vite.

Pendant des jours, il a parcouru la ville en voiture, documentant chaque étape du trajet avec son téléphone pour montrer la vie dans une ville désormais fermée.

Rien que le matin du 1er février, il avait visité cinq hôpitaux où les médecins se bousculaient dans les couloirs bondés et où les patients frénétiques gémissaient et pleuraient. Au cinquième hôpital, il a compté huit cadavres ramassés par un camion funéraire, dans les cinq minutes qui ont suivi son arrivée à l’hôpital. À l’intérieur de l’hôpital, un malade gémissait et respirait au chevet de son père, qui était déjà sans vie. Fang a téléchargé toutes ces vidéos sur Internet.

Vers 19 heures ce soir-là, une demi-douzaine d’hommes masqués, portant des combinaisons de protection contre les matières dangereuses, se sont rendus sur sa propriété, demandant à prendre sa température.

« Vous avez été dans des endroits dangereux. Nous devons découvrir si vous êtes infecté ou non », ont-ils déclaré.

Prétendant être des médecins de service, ils ont dit qu’il était un « danger » pour les autres parce qu’il se rendait à l’hôpital sans protection sanitaire adéquate, et ils ont fait irruption chez lui. Ils ont ignoré les protestations répétées de Fang, qui affirmait que sa température était normale.

Les hommes ont emporté son ordinateur portable, un ordinateur de bureau et un téléphone portable. Il s’est ensuite retrouvé dans un poste de police.

La police l’a interrogé sur les vidéos qu’il avait diffusées. « Vous avez allumé une bombe nucléaire », ont-ils dit pendant l’interrogatoire, selon Fang.

Fang a dit qu’ils l’ont aussi accusé de recevoir de l’argent des « forces étrangères », et ont menacé de le mettre en quarantaine pour « avoir créé la peur ».

« Il ne devrait y avoir qu’une seule voix, sinon cela va créer le chaos », lui ont-ils dit.

Il a finalement été libéré le 2 février et a récupéré son téléphone.

Fang, qui a réussi à trouver un vélo et a pédalé plus de trois heures pour rentrer chez lui, a remercié les utilisateurs des médias sociaux pour leur soutien. Il a déclaré que les autorités avaient changé de ton après avoir vu ses vidéos devenir virales. Dans un autre article publié le 3 février, il a déclaré avoir reçu au moins des milliers de demandes d’amis sur WeChat, la populaire plateforme de messagerie chinoise, ajoutant que le simple fait de répondre aux messages en ligne lui prenait des heures.

« La justice est dans le cœur des gens », a-t-il dit.

Un membre du personnel médical (C) pulvérise du désinfectant sur un patient réintégrant une zone de quarantaine à Wuhan, après son retour d’hôpital, dans la province centrale de Hubei en Chine, le 3 février 2020. (STR/AFP via Getty Images)

Les médias d’État chinois avaient mis en garde contre les conséquences désastreuses pour quiconque « répand des rumeurs ».

Citant des professionnels du droit sans les nommer, l’agence de presse nationale Xinhua a averti le 26 janvier dernier que les gens ne devaient pas « fabriquer et diffuser de fausses informations autour du coronavirus » sur les réseaux sociaux – sous peine de risquer jusqu’à sept ans de prison.

Fang, qui vend également des vêtements traditionnels chinois appelés « Hanfu » à Wuhan, a fait valoir que la clé pour contenir l’épidémie est la transparence de l’information.

Le 30 décembre, le médecin de Wuhan Li Wenliang a tenté de mettre en garde ses pairs médecins sur WeChat contre un mystérieux virus, et a rapidement été placé sous enquête policière avec sept autres professionnels de la santé qui ont fait de même. C’était un jour avant que la Commission municipale de santé de Wuhan ne tienne une réunion d’urgence et n’annonce la nouvelle de l’épidémie.

La police a néanmoins fait signer à Li une déclaration dans laquelle il reconnaissait ses méfaits et promettait de ne pas répéter ce « comportement illégal ». Li a été diagnostiqué avec le virus le 2 février, après avoir traité une personne infectée sans le savoir.

Les personnes travaillant dans les crématoriums de Wuhan ont décrit de longues heures de travail pour faire face à l’afflux soudain de corps devant être incinérés.

Yun, qui travaille au Caidian Funeral Home, a déclaré au journal chinois Epoch Times le 4 février que 90 % du personnel était de service 24 heures sur 24.

« Nous avons vraiment besoin de plus de personnel », a-t-il dit. « Chaque jour, nous avons besoin d’au moins 100 sacs mortuaires. »

Pour Fang, sa libération ne veut pas dire qu’il est en sécurité à la maison.

Le 4 février, des personnes portant des combinaisons de protection contre les matières dangereuses se sont présentées au moins trois fois à la porte. La première fois à 21 heures, ils lui ont dit qu’ils livraient des légumes aux résidents. Environ une heure plus tard, un autre groupe est venu, se présentant comme des policiers, et ils ont commencé à le prendre en photo. Le chef du groupe, que Fang a reconnu comme étant le chef du poste de police de Houhu, a dit qu’il voulait prendre un thé. Fang a refusé.

Fang pense que l’épidémie de Wuhan est, au moins en partie, une « catastrophe causée par l’homme ». Il a également déclaré qu’il n’abandonnerait pas, quelle que soit la pression.

« Tant que je serai ici, je ferai des vidéos ; tant que vous verrez mes vidéos, cela signifie que je suis en sécurité », a-t-il dit.

RECOMMANDÉ