Hong Kong: des élus prêtent serment de loyauté, des centaines ont préféré démissionner

Par Epoch Times avec AFP
10 septembre 2021
Mis à jour: 10 septembre 2021

Plusieurs dizaines d’élus locaux de Hong Kong ont prêté un nouveau serment de loyauté vendredi, après que plus de la moitié de leurs collègues eurent démissionné en signe de protestation, les autorités tentant de purger les éléments « non patriotiques ». 

Vingt-cinq conseillers ont été invités à prêter serment lors d’une cérémonie à huis clos vendredi, mais seuls 24 d’entre eux ont assisté à l’événement.

Dans un post sur Facebook publié peu avant la cérémonie, le conseiller pro- démocratie Peter Choi a déclaré qu’il « ne pouvait pas faire de compromis et prêter allégeance à un régime qui ne valorise pas le peuple ». 

« Si nous ne pouvons pas faire totalement confiance à leur loyauté? »

Il ne s’est pas présenté à la cérémonie et a été renvoyé avec effet immédiat.

« Si nous avons des doutes sur la prestation de serment de certains conseillers et que nous ne pouvons pas faire totalement confiance à leur loyauté et à leur allégeance, nous leur donnerons la possibilité de s’expliquer…. Si leurs serments ne sont pas valides, ils seront disqualifiés », a déclaré le chef de l’exécutif Carrie Lam en début de semaine.

Quelque 180 conseillers de district devraient sacrifier à l’exercice dans les semaines à venir et ceux qui refuseront de se présenter perdront leur siège.

260,  des 452 membres élus, ont renoncé à leur mandat

La majorité des conseillers de district élus ont préféré démissionner plutôt que de se soumettre à ce processus de vérification. Jusqu’à présent, ils sont 260, soit plus de la moitié des 452 membres élus, à avoir renoncé à leur mandat.

Des cérémonies de prestation de serment similaires ont été organisées pour d’autres secteurs, notamment pour les fonctionnaires, les responsables gouvernementaux et les parlementaires.

La prestation de serment est « devenue l’outil du régime pour vous tenir en laisse », a déclaré à l’AFP Debbie Chan, ancienne conseillère de district, qui a démissionné en juillet. « Ils veulent éliminer le camp pro- démocratie à Hong Kong ». 

Les candidats de l’opposition fin 2019 ont remporté une victoire écrasante

Les conseillers de district sont les seules personnes que les Hongkongais peuvent élire entièrement au suffrage universel direct et sont devenus le symbole de la voix des habitants sur la gestion de leur ville.

Fin 2019, après plusieurs mois de d’intenses manifestations pour la démocratie, les candidats de l’opposition critiques vis-à-vis du régime chinois ont remporté une victoire écrasante.

La Chine y a répondu en réprimant toute dissidence et en refondant le système politique de la ville par la réduction du nombre d’élus directs et le passage au crible des élus et de leur patriotisme.

Un partisan brandit une pancarte montrant des photographies des 47 militants pro- démocratie, inculpés en vertu de la loi sur la sécurité nationale pour avoir participé à une élection primaire non officielle l’année dernière, à Hong Kong le 31 mai 2021. Photo de Peter PARKS / AFP via Getty Images.

Depuis les manifestations de 2019, la Chine a imposé une loi de sécurité nationale qui a criminalisé une grande partie de la dissidence, et a commencé à remodeler Hong Kong à son image autoritaire.

Plusieurs conseillers de district ont été accusés de crimes contre la sécurité nationale. De nombreux autres ont fui à l’étranger.

Passibles d’une peine de prison à vie

Dans le cadre des dernières poursuites, les trois principaux responsables de l’Alliance, l’association organisatrice de la veillée annuelle à Hong Kong en mémoire de la répression de Tiananmen en 1989, ont comparu vendredi devant le tribunal pour « incitation à la subversion », après avoir refusé de coopérer à une enquête de sécurité nationale.

Au tribunal, l’avocate Chow Hang-tung, l’une des personnes inculpées, a déclaré au juge que les accusations étaient « absurdes ». 

La veille, les forces de l’ordre chargées d’appliquer la loi draconienne sur la sécurité nationale ont fouillé le musée du 4-Juin dédié à la répression de Tiananmen en 1989, géré par l’Alliance de Hong Kong et qui avait été contraint par les autorités de fermer ses portes en juin.

Les crimes contre la sécurité nationale sont passibles d’une peine de prison à vie et la majorité de ces accusés ne sont pas libérés sous caution avant le procès.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ