Hong Kong – Devant le canon d’une arme à feu, elle maintient une affiche d’Epoch Times pour protester contre la police et le gouvernement pro-Pékin

Par Eva Fu
27 décembre 2019
Mis à jour: 1 janvier 2020

Dans une stupéfiante démonstration de courage, une manifestante non armée de Hong Kong a brandi une affiche produite par l’édition de Hong Kong d’Epoch Times vers un policier qui avait pointé une arme sur elle.

Epoch Times n’a pas été en mesure d’identifier la femme, mais heureusement la police n’a pas tiré, et la manifestante a quitté le lieu de la manifestation en toute sécurité le 22 décembre.

Une manifestante tient une affiche produite par Epoch Times qui déclare : « Le Ciel détruira le PCC », lors d’un rassemblement à Chater Garden, Hong Kong, le 23 décembre 2019. (Sung Pi-lung/The Epoch Times)

L’affiche contient un message qui est devenu populaire parmi les manifestants de Hong Kong : « Le Ciel détruira le PCC [le Parti communiste chinois] », en chinois et en anglais. Le slogan s’est répandu aux coins des rues, sur les murs et les œuvres d’art de Hong Kong au milieu des protestations pro-démocratiques de ces derniers mois.

Un manifestant a expliqué que le slogan signifiait : « Que Dieu ait pitié de nous en détruisant le Parti communiste ».

« Nous voulons que le PCC s’effondre complètement », a-t-il ajouté.

L’incident de dimanche était l’un des derniers en plus de six mois de protestations à Hong Kong contre ce qu’ils considèrent comme un empiétement croissant du régime communiste chinois dans les affaires de la ville. Les manifestants n’ont cessé de réclamer cinq revendications, dont un véritable suffrage universel et une enquête indépendante sur les brutalités policières présumées.

Les manifestants ont organisé le rassemblement du dimanche pour soutenir la minorité ouïghoure réprimée dans la région du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine. Ce jour-là, la police a également arrêté au moins deux manifestants qui tentaient de brûler un drapeau chinois et a utilisé des matraques et du gaz poivré pour en disperser d’autres.

Diffusion de la vérité depuis le front

Les reporters d’Epoch Times sont sur le terrain depuis le premier jour des manifestations pro-démocratiques de juin pour fournir des informations indépendantes et non censurées sur le mouvement aux habitants de Hong Kong, en Chine, et au reste du monde.

Toutefois, les reportages indépendants ont un prix.

Le mois dernier, quatre intrus masqués ont mis le feu à l’imprimerie de l’édition de Hong Kong d’Epoch Times, un incident qui portait la marque des tactiques du régime chinois.

Deux des hommes portant des matraques rétractables ont intimidé le personnel de l’imprimerie, avant que les deux autres ne se mettent à verser un liquide inflammable sur le sol de l’usine pour créer un incendie. L’incendie a endommagé au moins deux machines à imprimer et quatre rouleaux de papier d’impression.

L’entrepôt d’imprimerie a subi de multiples attaques avant l’incendie criminel. L’incident fait toujours l’objet d’une enquête.

L’attaque a suscité de vives critiques de la part des législateurs américains et des groupes de défense, qui ont demandé aux autorités d’enquêter sur l’incident.

« La police devrait prendre des mesures immédiates pour appréhender les responsables de l’incendie de l’imprimerie Epoch Times et s’assurer qu’ils rendent des comptes », a déclaré Steven Butler, coordonnateur du programme Asie du Comité pour la protection des journalistes, dans un communiqué publié le 22 novembre.

En réponse à l’incendie criminel, le sénateur Josh Hawley (R-Montana) a déclaré : « Toute atteinte à la liberté de la presse est une atteinte à la liberté qui a été promise au peuple de Hong Kong. »

« C’est une attaque contre la fonction de base d’une démocratie. »

« Seul un régime totalitaire a peur de ce qui est écrit par la presse », a déclaré le sénateur Bob Menendez (D-New Jersey) à propos de l’incident.

Un officier de police pointe une arme à feu lors d’un rassemblement à Hong Kong le 22 décembre 2019. (Avec l’aimable autorisation de Lai Ka Wai)

En avril de cette année, 7-Eleven à Hong Kong a brusquement annulé son contrat de distribution avec l’édition de Hong Kong d’Epoch Times et a retiré les journaux des rayons.

Cédric Alviani, directeur du bureau Asie de l’Est de Reporters sans frontières, avait alors fait remarquer qu’il « ne voyait pas d’autre raison que les pressions des autorités chinoises pour ce retrait ».

Les reporters d’Epoch Media Group, dont fait partie Epoch Times, ont également été confrontés de près aux gaz lacrymogènes et aux canons à eau sur la ligne de front.

Dingding Ou, qui faisait un reportage en direct des manifestations pour la chaîne NTDTV, média partenaire d’Epoch Times, a été touché par des bombes lacrymogènes et s’est évanoui pendant la diffusion en direct d’une manifestation en août après avoir respiré le gaz lacrymogène.

« Même si les opérations de nettoyage de la police peuvent être violentes, nous voulons quand même fournir des informations de première main et véridiques au public », a-t-elle déclaré après l’incident.

Frank Fang, du bureau d’Epoch Times de Taïwan, alors qu’il couvrait les affrontements entre la police et les manifestants à Mong Kok mardi soir, a été soumis à des gaz lacrymogènes utilisés par la police pour disperser les manifestants. « J’ai l’impression que l’odeur des gaz lacrymogènes est encore dans mon nez ou mes poumons », a-t-il déclaré quelques heures après les affrontements. Cette nuit-là, la police a également tiré un canon à eau en direction d’une dizaine de manifestants.

« C’est vraiment émouvant et encourageant pour nous de voir à quel point le peuple de Hong Kong est courageux, et le rôle important que joue le travail indépendant de reportage d’Epoch Times« , a déclaré Jasper Fakkert, rédacteur en chef des éditions américaines du journal.

Mission principale

M. Fakkert a déclaré que les reportages d’Epoch Times à Hong Kong témoignent de la mission principale du journal, qui est de fournir la vérité aux lecteurs.

« Notre devise est Vérité et Tradition, et la façon dont nos reporters et nos lecteurs risquent leur vie à Hong Kong en est un exemple clair », a-t-il déclaré.

« Epoch Times est un média véritablement indépendant. Nous sommes libres de l’influence de tout gouvernement, entreprise ou parti politique – c’est ce qui nous rend vraiment différents. »

L’édition de Hong Kong s’est également distinguée comme l’un des rares journaux de la ville qui a toujours refusé de céder aux pressions du régime communiste.

Voici les premières pages de huit grands journaux de Hong Kong pris le 12 novembre 2019. Six d’entre eux portent une publicité positive sur Pékin, tandis que seuls Epoch Times (en bas à gauche) et Apple Daily couvrent le siège de l’Université chinoise de Hong Kong par la police. (Sarah Liang/The Epoch Times)

Le 12 novembre, par exemple, six des huit médias locaux ont publié en première page une annonce appelant les électeurs à « s’opposer aux émeutes » – une étiquette utilisée par les organes de propagande du régime communiste pour caractériser les protestations – alors qu’Epoch Times a choisi de couvrir le siège de l’université chinoise de Hong Kong par la police qui s’était produit la nuit précédente.

Grâce à ses reportages indépendants, Epoch Times a connu une forte augmentation de son lectorat à Hong Kong, ainsi que dans le monde entier.

Attentats médiatiques contre Epoch Times aux États-Unis

Mais alors qu’à Hong Kong, les journalistes d’Epoch Times risquent leur vie et que notre presse a été incendiée, aux États-Unis, de multiples attaques médiatiques ont été lancées contre Epoch Times ces derniers mois.

En août, NBC News a fait de multiples fausses déclarations sur Epoch Times – republiant en partie la propagande produite par le Parti communiste chinois – ce qui a fait perdre à Epoch Times sa capacité à faire de la publicité pour son contenu et ses produits sur Facebook.

À partir du 20 décembre, les médias des États-Unis et du monde entier ont fait état de déclarations inexactes de Facebook selon lesquelles le groupe Epoch Media serait lié à une entreprise médiatique que le média social avait sanctionnée pour son comportement inauthentique.

« Epoch Times est une organisation médiatique indépendante. Ce qui signifie que nos reportages sont souvent différents des autres médias. Nous ne pouvons pas parler des motivations des autres organisations médiatiques, mais nous sommes déçus par les reportages inexacts qui continuent de nous concerner », a déclaré Stephen Gregory, éditeur des éditions en langue anglaise aux États-Unis.

Dans une lettre du 15 novembre adressée au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, le représentant Jim Banks (R-Indiana) a fait part de ses préoccupations au sujet des efforts du PCC pour étouffer les voix dissidentes en Occident.

« Le reste du monde a plus que jamais besoin d’un journal dissident chinois », a-t-il écrit dans la lettre. « Les entreprises américaines devraient soutenir les valeurs de l’Amérique, et non celles de la Chine. »

RECOMMANDÉ