Hong Kong: la police appelle à dénoncer les infractions à la sécurité nationale

Par Epoch Times avec AFP
5 novembre 2020
Mis à jour: 5 novembre 2020

La police hongkongaise a annoncé jeudi le lancement d’un service qui permettra de signaler les infractions à la loi sur la sécurité nationale, une initiative rejetée par ceux qui y voient notamment une aggravation du sentiment de méfiance.

Pékin a imposé fin juin une nouvelle loi draconienne sur la sécurité nationale après des mois de manifestations monstres et souvent violentes dans le territoire semi-autonome.

Appel à la dénonciation

Même si les autorités chinoises ont affirmé que cette législation ne concernerait qu’« une petite minorité » de personnes, certaines opinions sont devenues illégales et cela a contribué à mettre fin au vaste mouvement de contestation.

Cette ligne dédiée permettra aux habitants d’envoyer des « informations (concernant) la sécurité nationale » par SMS, par email et via WeChat, la principale application de messagerie en Chine.

-Une affiche est montrée à la fin de 1966 dans  Pékin montre comment faire face à un soi-disant «ennemi du peuple» pendant la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne. Photo de Jean Vincent /AFP via Getty Images.

Les Hongkongais peuvent également envoyer des photos, des enregistrement audio ainsi que des vidéos, a indiqué jeudi la police sur Facebook.

Des groupes de défense des droits ont aussitôt exprimé leur inquiétude, redoutant notamment que cela ligne porte un nouveau coup à la liberté d’expression au moment où Pékin intensifie sa main mise sur la ville.

Un parallèle avec la « Révolution culturelle »

« Les informateurs peuvent se servir de cette +hotline+ contre des personnes qu’ils n’aiment pas ou qui ne sont pas du même bord politique », a affirmé à l’AFP Maya Wang, spécialiste de la Chine pour l’ONG Human Rights Watch.

Les opposants à ce service ont fait un parallèle avec la « Révolution culturelle »  (1966-1976), une décennie au cours de laquelle des millions de personnes ont été victimes de purges et condamnées, souvent après avoir été dénoncées par des amis, des voisins et même des membres de leur famille.

-Un artiste chinois s’habille de l’uniforme de garde communiste révolutionnaire « rouge », pointe un pistolet sur une statue d’un prisonnier portant une pancarte qui dit : « Abattez le groupe de propriétaires », le 24 octobre 2009. Photo AFP / AFP via Getty Images.

Cette publication sur Facebook de la police avait recueilli jeudi plus de 700 commentaires, certains se félicitant de cette initiative et d’autres la condamnant.

Porter gravement atteinte aux libertés

« Super! Maintenant les cafards n’ont nulle part où aller », pouvait-on lire dans un des commentaires. Le terme de cafard est utilisé à Hong Kong par leurs ennemis pour désigner les manifestants prodémocratie.

La loi sur la sécurité a été adoptée en contournant le parlement du territoire semi-autonome.

Les détracteurs de ce texte estiment qu’il porte gravement atteinte aux libertés, garanties en principe depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.

Focus sur la Chine  – Une crise immobilière fait scandale en Chine

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ