Hong Kong : la police interdit la veillée en mémoire du massacre de la place de Tian’anmen… une première en 30 ans

Par Epoch Times avec AFP
1 juin 2020
Mis à jour: 1 juin 2020

Les organisateurs accusent l’exécutif de se servir du virus pour satisfaire le gouvernement central chinois, qui voit l’événement d’un mauvais œil.

C’est une première en 30 ans. La veillée annuelle à Hong Kong en souvenir de la répression de Tian’anmen n’a pas été autorisée par la police qui a invoqué les risques liés au coronavirus, dans un contexte de tensions.

Cette veillée attire chaque année des foules sur l’île, à la mémoire de victimes de la sanglante intervention de l’armée chinoise le 4 juin 1989, où des centaines d’étudiants ont trouvé la mort. C’est le seul endroit en Chine où l’événement est commémoré, ce qui est en soi l’illustration des libertés uniques dont jouit Hong Kong en vertu du principe « Un pays, deux systèmes » qui avait présidé à sa rétrocession en 1997.

L’an passé, la veillée du 30e anniversaire s’était déroulée, déjà, dans un contexte politique tendu, puisque l’exécutif pro-Pékin tentait d’imposer un texte controversé qui devait permettre d’autoriser les extraditions vers la Chine. Une semaine plus tard allait débuter une crise politique majeure, avec sept mois de manifestations et actions quasi quotidiennes dans la région semi-autonome.

« Une menace majeure »

Dans une lettre datée de ce lundi 1er juin, la police hongkongaise indique qu’elle ne donne pas son feu vert à la tenue de cet événement jeudi car il constituerait « une menace majeure pour la vie et la santé du public ».

En dépit de son interconnexion avec la Chine, foyer du coronavirus, Hong Kong a su endiguer l’épidémie de Covid-19, qui n’a contaminé qu’un millier de personnes et tué quatre personnes. Bars, restaurants, cinémas et autres lieux publics ont rouvert ces dernières semaines.

Les organisateurs de la veillée accusent l’exécutif, aligné sur Pékin, de se servir du virus pour empêcher la tenue d’un événement qui irrite le gouvernement central. « Je ne vois pas pourquoi le gouvernement juge les rassemblements politiques inacceptables alors qu’il donne son feu vert à la réouverture des écoles et autres lieux comme les karaokés ou les piscines », a déclaré aux journalistes Lee Cheuk-yan, président de l’Alliance de soutien des mouvements patriotiques démocratiques de Chine, qui organise la veillée depuis 1990.

Des milliers de personnes allument des bougies le 4 juin 2019 à Victoria Park, Hong Kong, pour commémorer le massacre de la place Tiananmen de Pékin le 4 juin 1989. (Photo : MIKE CLARKE/AFP via Getty Images)

 

« CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR »

Des bougies allumées dans toute la ville

L’Alliance a appelé les habitants de la ville à allumer où qu’ils soient une bougie jeudi soir à 20H00 et à observer une minute de silence. « Si nous ne sommes pas autorisés à allumer une bougie lors d’une manifestation, alors nous allumerons des bougies dans toute la ville », a-t-il dit.

 

— Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsable envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ