Hong Kong : Pourquoi la police teint l’eau des canons à eau en bleu?

Par Epoch Times
22 octobre 2019 Mis à jour: 20 novembre 2019

Malgré l’interdiction d’aller manifester dans le quartier commerçant de Tsim Sha Tsui, d’innombrables personnes sont descendues dans les rues de Hong Kong. Deux attaques contre des militants pour la démocratie ces derniers jours ont ravivé les protestations.

Malgré l’interdiction d’aller manifester, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues dimanche à Hong Kong pour exiger plus de démocratie. Les autorités avaient interdit la marche de protestation dans le quartier commerçant de Tsim Sha Tsui aux motifs de la sécurité publique et parce que les protestations étaient de plus en plus violentes.

Le rassemblement, pacifique dans une large mesure, a dégénéré lorsque de violents instigateurs ont lancé des cocktails molotov sur un commissariat, des bouches de métro et des banques. La police a répondu avec des tirs de gaz lacrymogène et a poursuivi des milliers de personnes avec des canons à eau dans l’une des principales rues commerçantes de Hong Kong.

Une fois de plus, une peinture bleue a été utilisée pour marquer les manifestants par les forces de police. Le colorant contient également une solution de poivre qui provoque des brûlures cutanées. Les manifestants ont tenté de ralentir l’avancée de la police anti-émeute en mettant le feu aux barricades.

Deux attaques contre des militants pour la démocratie au cours des derniers jours ont ravivé les protestations.

La région administrative spéciale de Hong Kong, en Chine, est secouée par des manifestations d’une ampleur sans précédent depuis près de cinq mois. Les manifestations dans la métropole financière visaient initialement un projet de loi permettant l’extradition de citoyens vers la Chine continentale. Dans le même temps, elles sont généralement dirigées contre les dirigeants pro-chinois à Hong Kong et la restriction de la démocratie.

Violence policière généralisée

Bien que la chef du gouvernement de Hong Kong, Carrie Lam, ait récemment affirmé qu’elle répondrait aux préoccupations de la population et mènerait un dialogue public à la fin septembre, la police de Hong Kong a pris des mesures encore plus brutales contre les manifestants à partir du 1er octobre, date du 70e anniversaire de la fondation du Parti communiste de Chine.

Le jour de l’anniversaire du Parti communiste chinois, la police a tiré un total de 1 407 bombes lacrymogènes, 923 balles en caoutchouc, 230 grenades-éponges, 192 balles « bean bag » et six balles réelles sur les manifestants. Deux jeunes ont été abattus et blessés par balle.

« Avant même que les manifestations n’aient commencé le 1er octobre, la police a lancé des bombes lacrymogènes sans retenue sur la population. Cela montre qu’ils ont changé de tactique pour réprimer les protestations« , a dit Lau.

La nouvelle méthode consiste à utiliser les méthodes les plus extrêmes contre les plus faibles pour intimider la population.
Après une opération de police à Sham Shui Po, le 20 octobre 2019.

L’état d’urgence déclaré à la « dérobée »

Le 4 octobre, le Premier ministre Lam a proclamé une loi d’état d’urgence datant de l’ère coloniale qui interdit le port du masque facial pour réprimer les manifestations.

Selon Lau, cependant, la loi d’état d’urgence en tant que telle est plus grave que l’interdiction du port du masque.

« Avec la loi d’urgence, l’état d’urgence a été imposé à Hong Kong en même temps. Maintenant, le gouvernement de Hong Kong n’a plus besoin d’invoquer la loi martiale pour demander à l’Armée populaire de libération de Pékin d’intervenir« , a dit Lau.

Car cela aurait conduit à une crise internationale de confiance et à des sanctions, ce qui aurait à son tour conduit à une grande fuite de capitaux, a poursuivi l’expert. « Avec la loi d’urgence, Pékin a atteint son objectif sans avoir à payer le prix fort d’avoir à instaurer la loi martiale. »

Des manifestants et la police attaqués par des malfrats

Les manifestants et les militants pour la démocratie ont également été attaqués à plusieurs reprises par des voyous.

Mercredi, le chef du Front civil des droits de l’homme (CHRF), Jimmy Sham, a été si gravement blessé par un groupe de malfrats armés de marteaux qu’il a dû aller à l’hôpital.

Samedi soir, un homme qui distribuait des tracts a été attaqué par un agresseur au couteau et a été blessé au ventre et au cou. Comme vous pouvez le voir sur une vidéo sur les réseaux sociaux, après l’attaque, l’attaquant a crié : « Hong Kong appartient à la Chine« .

La police (chinoise) s’appuie également sur des voyous et des instigateurs qui provoquent des émeutes.

Figo Chan du CHRF, qui a appelé aux manifestations de dimanche, a conseillé aux militants pour la démocratie de s’opposer à la violence en participant quand même à la manifestation interdite. « Si nous ne descendons pas dans la rue demain, la violence triomphera et se répandra« , a déclaré Figo Chan samedi. Il a blâmé le gouvernement chinois, la police et les membres de la mafia chinoise, les triades, pour la violence.

RECOMMANDÉ