Hong Kong : premiers heurts dans les universités, le quartier des affaires touché

Par Epoch Times avec AFP
12 novembre 2019 Mis à jour: 12 novembre 2019

Des affrontements entre des manifestants réclamant des réformes démocratiques et la police se sont déroulés mardi jusque dans la soirée dans le quartier des affaires de Hong Kong.

Lundi, un contestataire avait été blessé par balle par un policier et un homme avait été transformé en torche humaine, cependant que les transports avaient été paralysés par de multiples actions.

« L’Etat de droit à Hong Kong a été poussé au bord de l’effondrement total », a déclaré mardi devant la presse le porte-parole de la police, Kong Wing-cheung.

Mardi midi, dans le quartier de Central qui abrite nombre de grandes entreprises étrangères et de boutiques de luxe, des milliers d’employés ont occupé des heures durant les rues, scandant : « Battez-vous pour la liberté, soutenez Hong Kong ! ».

Des centaines de manifestants  y ont bloqué avec un autobus la circulation sur l’une des grandes artères. Au moment de la sortie des bureaux, la foule a à nouveau envahi les rues de ce quartier, les forces de l’ordre répliquant comme plus tôt dans la journée par des tirs de gaz lacrymogène.

Mobilisation sur différents campus universitaires

Pour la première fois, sur différents campus universitaires, au lendemain d’une des journées les plus violentes en cinq mois de mobilisation.

A l’Université chinoise de Hong Kong, l’épicentre des heurts inédits de mardi sur les campus, la police a fait usage de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc contre des centaines de manifestants qui ont élevé des barricades. A la tombée de la nuit, cette zone s’est transformée en véritable champ de bataille, avec en particulier l’incendie de barricades.

Des affrontements, de moindre ampleur, ont également eu lieu dans trois autres universités.

La circulation des bus et des rames de métro a par ailleurs été sérieusement perturbée mardi matin par les manifestants, pour la deuxième journée consécutive.

Hong Kong a connu lundi une des journées les plus violentes et chaotiques en 24 semaines de mobilisation.

Un manifestant de 21 ans touché par un tir à balle réelle

Après l’émotion suscitée par la mort vendredi d’un étudiant, Alex Chow, tombé d’un parking à étages au cours de heurts, les contestataires ont notamment réagi au tir à balle réelle qui a touché lundi un manifestant de 21 ans, bloquant des stations du métro et érigeant des barricades à certains carrefours aux heures de pointe de la matinée.

Les manifestants semblent avoir été particulièrement choqués par la vidéo, diffusée en direct sur Facebook, montrant un policier ouvrant le feu sur un protestataire. Devenue virale, elle a poussé de nombreux habitants de Hong Kong, déjà très remontés contre la police, à descendre dans les rues pour exprimer leur colère.

Un peu plus tard, une autre vidéo a circulé : on peut y voir un homme en train d’arroser sa victime avec un liquide inflammable, avant de la transformer en torche humaine. L’homme qui a été grièvement brûlé et celui qui a été blessé par balle se trouvaient toujours mardi dans un état critique.

Les pays occidentaux demande Carrie Lam à trouver un compromis

Cette journée de violences a incité les pays occidentaux, Etats-Unis et Royaume-Uni en tête, à exhorter la cheffe de l’exécutif hongkongais, Carrie Lam, à trouver un compromis avec les manifestants.

La diplomatie chinoise a quant à elle rejeté les « arrière-pensées » de Londres et de Washington et soutenu le policier qui a ouvert le feu.

Hong Kong, rétrocédé à la Chine par les Britanniques en 1997, est une région semi-autonome jouissant de libertés inconnues dans le reste de la Chine, et ce jusqu’en 2047. Mais les Hongkongais militant pour des réformes démocratiques accusent Pékin de s’asseoir sur ses promesses en augmentant son emprise politique.

RECOMMANDÉ