Hong Kong : la société craint des violations des droits de l’homme et la torture en vertu de la loi de sécurité nationale de Pékin

Par Frank Fang
23 juin 2020
Mis à jour: 23 juin 2020

La loi de sécurité nationale proposée par Pékin sur le territoire semi-autonome de Hong Kong a semé un vent de panique dans la ville dirigée par les Chinois.

Après qu’un avocat chinois spécialisé dans les droits de l’homme a révélé dans une interview aux médias comment il a été torturé pendant sa détention en Chine continentale, les militants et les avocats de Hong Kong craignent que les Hongkongais ne soient confrontés à un traitement similaire s’ils sont reconnus coupables d’avoir enfreint la loi de la sécurité nationale.

Le Congrès national du peuple (NPC), simple chambre d’enregistrement chinois, a adopté la loi le 28 mai dernier après le scrutin cérémoniel. La loi criminalisera ceux qui se livrent à des actes présumés de subversion, de sécession, de trahison, de terrorisme et d’ingérence étrangère dans la ville dirigée par les Chinois. Elle sera mise en œuvre après que le Comité permanent du NPC aura finalisé la rédaction de la loi.

La torture de Wang

L’avocat des droits de l’homme Wang Quangzhang a été libéré début avril après avoir purgé une peine de quatre ans et demi à la suite des accusations de « subversion du pouvoir de l’État ». Il est bien connu pour avoir défendu les activistes locaux et les pratiquants du groupe spirituel du Falun Gong, une pratique de méditation qui est sévèrement persécutée par le régime chinois depuis 1999.

Lors d’une récente interview accordée au média japonais Kyodo News, M. Wang a récemment révélé comment il a été torturé, racontant ce qu’il a vécu pendant sa détention dans une prison de la ville chinoise de Tianjin entre septembre 2015 et janvier 2016.

Il a été arrêté en juillet 2015 dans le cadre de la répression nationale de centaines de militants et d’avocats.

Il a expliqué comment il lui était interdit de se retourner pendant son sommeil tout en étant soumis à une surveillance 24 heures sur 24 par deux policiers armés. Parfois, il a été contraint de se tenir debout pendant 15 heures d’affilée tout en gardant les mains en l’air.

Il a raconté qu’il a été giflé pendant des heures, après quoi il a été « contraint d’accepter un faux affidavit affirmant qu’il avait essayé de subvertir le gouvernement en recevant des fonds de l’étranger ».

Il a également rappelé qu’il a été pressé « comme un cochon » lors d’un procès à huis clos en décembre 2018, après avoir crié pour protester contre l’absence d’État de droit en Chine. Le mois suivant, il a été condamné à la prison, incluant le temps qu’il a passé en détention préventive.

Wang Quangzhang a fait remarquer à Kyodo News que son cas prouvait que la procédure judiciaire chinoise était « bâclée » et que la police et les autorités judiciaires ne respectaient pas la loi.

Réactions de Hong Kong

Jimmy Lai, un militant local et fondateur du journal pro-démocratie Apple Daily, a tweeté que « ce qui est arrivé à Wang nous arrivera à tous, à nous les [#Honkongais] épris de paix et de liberté. Nous ne devrions pas laisser #HK suivre cette voie. »

Dans un message sur son compte Twitter officiel, le parti pro-démocratie de Hong Kong Demosistō a souligné que les autorités chinoises ont réussi à extorquer à M. Wang des aveux en le torturant.

« Au nom de la #NationalSecurityLaw, #Beijing étend son régime de prison noire à #HK », a écrit Demosistō, l’organisation pro-démocrate hongkongaise fondée en 2016, spéculant que cela pourrait se produire à Hong Kong à la suite de l’application de la loi de la sécurité nationale.

Patrick Poon, un chercheur indépendant sur les droits de l’homme à Hong Kong, a écrit sur Twitter le 22 juin que la façon dont M. Wang avait été traité était « triste et scandaleuse ».

« Voyez comment la Chine a détenu et torturé un avocat qui était accusé de soi-disant ‘subversion du pouvoir de l’État’, une ‘violation de la sécurité nationale' », a écrit M. Poon.

Le Global Times, un média d’État chinois belliciste, suggérait – dans un article du 21 juin, citant d’abord des observateurs non nommés et ensuite dans un autre article publié le lendemain, le seul représentant de Hong Kong au Comité permanent de l’APN, Tam Yiu-chung -, que la loi serait appelée officiellement à statuer d’ici le 1er juillet, après que le comité aura conclu une réunion de trois jours qui devait commencer le 28 juin.

Tam Yiu-chung a déclaré aux médias locaux i-Cable News le 22 juin que la loi prévoyait la possibilité d’extrader vers la Chine continentale les accusés des violations pour y être jugés par les tribunaux chinois grâce à des circonstances très particulières.

Au cours du week-end, le Comité permanent de l’APN a révélé plus de détails sur la loi, notamment qu’elle accorderait au plus haut fonctionnaire de Hong Kong le pouvoir de nommer des juges au sein du nouvel organe des affaires liées à la sécurité nationale de la Chine.

Le président du Barreau de Hong Kong, Philip Dykes, a fait part de ses préoccupations liées à cette disposition lors d’un entretien avec Reuters, en faisant remarquer que de tels pouvoirs portent atteinte à l’indépendance judiciaire de Hong Kong, qui est protégée par la mini-constitution de la ville, la Loi fondamentale.

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ