Hong Kong sombre dans le chaos après la dispersion des manifestations par la police à l’aide de gaz lacrymogène

Par Eva Fu
4 novembre 2019
Mis à jour: 20 novembre 2019

Le chaos a éclaté dans tout Hong Kong alors que la police a affronté les manifestants vêtus de noir, utilisant des gaz lacrymogènes, du gaz poivré et des canons à eau, au cours du 22e week-end consécutif d’intenses manifestations.

Après l’interdiction par la police de plusieurs projets de protestations, environ 130 candidats pro-démocratie aux prochaines élections des conseils de district ont organisé simultanément de petits rassemblements au parc Victoria, exigeant l’autonomie politique de la ville. Ces rassemblements ne nécessitaient pas l’autorisation de la police. En début d’après-midi, des milliers de manifestants ont envahi les rues environnantes.

Des manifestants pro-démocrates défilent dans une rue lors d’une manifestation dans le district de Causeway Bay à Hong Kong, le 2 novembre 2019. (Anthony Kwan / Getty Images)

De petits groupes de manifestants masqués se sont ensuite enfuis dans le quartier central des affaires, à travers les rues bordées de banques, de bijouteries et de magasins de mode haut de gamme, mettant le feu aux barricades des rues et lançant des bombes à essence alors que la police anti-émeute et les camions à eau s’y étaient rapprochés.

Depuis plus de cinq mois, les manifestants sont descendus dans la rue pour exprimer leur opposition à l’influence croissante de Pékin dans les affaires de la ville.

Des milliers de personnes ont également assisté à deux rassemblements distincts à Chater Garden, dans le quartier des affaires du centre-ville, et à Edinburgh Place, à proximité : ces rassemblements avaient tous deux été approuvés par la police. Des bombes à essence ont ensuite été lancées dans les rues à l’extérieur du jardin de Chater, ce qui a incité la police à lancer des gaz lacrymogènes.

Au moins 46 villes dans 17 pays du monde entier ont organisé des rassemblements le jour même pour soutenir Hong Kong.

Les manifestants ont ensuite mis le feu aux entrées des stations de métro – souvent visées par la fermeture des services pour empêcher les gens de se rassembler – et ont tiré deux cabines téléphoniques hors du sol pour ériger l’une des nombreuses barricades en flammes. Tout comme le jeu du chat et la souris, les affrontements se sont poursuivis dans la nuit alors que les manifestants se retiraient dans la région de Causeway Bay et de l’autre côté de l’eau vers le nord de Kowloon.

Dans la soirée, des manifestants ont fait irruption dans le bureau de l’agence de presse Xinhua, un média chinois appartenant à l’État, en brisant des vitres et la porte vitrée. Ils ont également allumé un petit feu dans le hall d’entrée et pulvérisé des graffitis : « Chassons les communistes chinois. »

Un membre de la police a tiré des gaz lacrymogènes sur des résidents et des manifestants dans la région de Causeway Bay à Hong Kong le 2 novembre 2019. (Anthony Wallace / AFP via Getty Images)

La réaction de la police

Lors du rassemblement du parc Victoria, la police a lancé du gaz poivré sur deux candidats politiques. Trois candidats ont été arrêtés lors des manifestations de samedi, a rapporté The Independent.

Vers le soir, à Time Square, un centre commercial de Causeway Bay, un secouriste a perdu connaissance après avoir été frappé dans le dos avec une cartouche de gaz lacrymogène.

Un pompier a été touché au dos par une cartouche de gaz lacrymogène à Causeway Bay, à Hong Kong, le 2 novembre 2019. (Wen Hanlin / The Epoch Times)

Les images diffusées en ligne montrent que la police a également pulvérisé du poivre de Cayenne sur un pompier de Central, après qu’il s’est plaint que la police s’immisçait dans leur travail. Le journaliste qui a filmé l’incident a également été aspergé de gaz poivré et accusé par la police d’être un « faux journaliste ».

Une autre vidéo tournée près du restaurant Kowloon, sur la route Hennessy de Causeway Bay, montre la police forçant trois journalistes à retirer leur masque à gaz après les avoir accusés de ne pas être de vrais journalistes.

La police arrêtant le candidat politique Richard Chan au Victoria Park de Hong Kong le 2 novembre 2019. (Sung Pi Lung / The Epoch Times)

Depuis juin, la police a arrêté environ 3 000 personnes et tiré plus de 6 000 cartouches de gaz lacrymogène, ainsi que 2 400 balles en caoutchouc.

Au moins deux personnes, une journaliste indonésienne et une femme médecin, ont subi des lésions oculaires après avoir été touchées par une balle de plomb.

La conférence de presse des citoyens, un groupe représentant les manifestants, a publié samedi une déclaration condamnant la police, déclarant qu’ils avaient « continué à s’abaisser dans leur chute en tant que paramilitaires préférés du PCC [Parti communiste chinois] ».

Le groupe a également critiqué la police pour avoir perturbé les assemblées pacifiques, attaqué des candidats aux élections et « violé les droits et libertés électoraux sous le regard du monde ».

Le soutien reçu de la communauté internationale

Certains Chinois du continent ont également assisté aux manifestations du samedi pour exprimer leur soutien aux Hongkongais.

Tenant un drapeau composé de places colorées en patchwork, Zoo, une touriste du continent, a déclaré qu’elle était venue spécialement pour soutenir la manifestation. Le drapeau, conçu par un artiste chinois dissident basé au Japon, est surnommé le « drapeau Lennon » en référence à l’affichage coloré de nombreux post-it avec des messages pour soutenir les manifestations qui ont eu lieu dans les rues de la ville depuis le début du mouvement.

Elle a déclaré au bureau d’Epoch Times à Hong-Kong que le port du drapeau de protestation lui avait permis de retrouver son identité et sa confiance, contrairement à ce qu’elle ressentait pour le drapeau national chinois.

« Le Parti communiste chinois a intentionnellement camouflé l’essence du Parti et celle du pays », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle espérait que plus de gens sur le continent feraient preuve de courage et se prononceraient pour la liberté.

Le bandeau qu’elle portait sur son front lisait : « Donnez-moi la liberté, ou donnez-moi la mort. »

Lors d’un rassemblement de l’après-midi à Tsim Sha Tsui, Stefano Lodolo, chanteur d’opéra italien qui a régulièrement assisté aux manifestations de Hong Kong, a interprété l’hymne de protestation Glory to Hong Kong. Le 31 octobre, il a déclaré à Epoch Times qu’il espérait qu’ « une personne de plus ferait la différence ».

« L’une des régions qui peut mener le changement en Chine est Hong Kong parce que vous avez encore un degré de liberté relativement élevé », a-t-il dit, ajoutant que la ville avait besoin du soutien de la communauté internationale.

« C’est Hong-Kong qui devrait changer la Chine, et non l’inverse », a précisé M. Lodolo.

Une dame nommée Marylin, qui a passé les trois dernières décennies à Hong Kong après avoir quitté la Malaisie, a critiqué la réaction brutale de la police au cours des cinq mois de manifestations.

« En tant que policier, vous êtes censé protéger votre peuple, et non lui faire du mal », a-t-elle déclaré à Epoch Times, au parc Victoria.

Le mannequin japonais Suzuko Hirano au rassemblement musical de Tsim Sha Tsui, à Hong Kong, le 2 novembre 2019. (Julia Ye / The Epoch Times)

Suziko Hirano, une actrice japonaise de 25 ans, a participé au rallye Tsim Sha Tsui en portant un kimono. Elle a expliqué qu’elle était venue à Hong Kong pour soutenir les manifestations et qu’elle les suivrait jusqu’au bout.

« Je pense que c’est la dernière chance », a-t-elle affirmé.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ