Hugues Aufray a fêté ses 90 ans: « Je commence une seconde vie et j’ai l’avenir devant moi »

Par Laurent Gey - Epoch Times
19 août 2019 Mis à jour: 19 août 2019

L’interprète de Santiano vient de passer ce weekend le cap des 90 ans. Dans une interview au Parisien, le chanteur et poète est revenu sur les secrets de sa longévité et sur sa vision simple de la vie.

Depuis plus de 30 ans, tous les enfants des écoles et des colonies de vacances ont chanté en coeur « Santiano », « Céline » ou « Le petit âne gris ». Leur interprète, Hugues Aufray a fêté hier ses 90 ans et garde sur la vie ce regard de l’enfance, curieux et plein d’entrain.

Ces 90 ans, l’artiste les voit comme le début d’une nouvelle vie. « Je suis même le plus heureux des hommes », dit-il au Parisien. « Je n’ai jamais été aussi heureux. J’ai deux filles, cinq petits-enfants, deux arrières petites-filles… Je vis depuis vingt ans avec Muriel, on ne se surexpose pas dans les médias mais on ne se cache pas non plus ».

Très en forme, le nonagénaire confie devoir sa longévité à deux choses, son héritage génétique: « Breton du côté de mon père, avec un cousin recordman du 800 mètre junior. Béarnais du côté de maman, Amyelle de Caubios d’Andiran », ainsi que son hygiène de vie: « Je fais attention à ma santé. Je n’ai pas fumé depuis le service militaire. Et l’alcool, j’ai vite vu que cela ne me convenait pas. Je bois un peu de vin, mais des Côtes-du-rhône légers ». Contrairement à ces amis rockeurs, l’artiste dit n’avoir pas non plus consommer « d’herbe, ni de cocaïne, encore moins d’héroïne. »

À 90 ans,  chanteur songe à l’avenir et il lui reste selon lui beaucoup de travail à faire.

Il chantera au côté de 125 choristes, le 7 septembre prochain, pour célébrer son anniversaire à Sorèze, dans le Tarn. Il fera également la dernière de son spectacle Visiteur d’un soir à la salle Pleyel, le 8 octobre prochain. Il partira ensuite sur une nouvelle aventure: « Ce sera le début d’une nouvelle période, assure-t-il. Avec un disque et une nouvelle tournée en 2020. »

« Je commence une seconde vie et j’ai l’avenir devant moi, la musique, les bouquins, la sculpture, la peinture…« . Tiens bon la vague et tiens bon le vent, peut-on lui souhaiter, et « si Dieu veut, toujours droit devant »…

RECOMMANDÉ