Les humidificateurs peuvent jouer un rôle dans la prévention des Covid

Des chercheurs ont trouvé un lien étroit entre la survie du virus et l'humidité
Par Joseph Mercola
30 décembre 2020
Mis à jour: 30 décembre 2020

Contrôler le niveau d’humidité dans votre maison, ou même simplement dans votre chambre à coucher pendant votre sommeil, peut réduire votre risque de contracter des maladies infectieuses comme la grippe, le rhume, ou peut-être même le Covid-19 pendant les mois d’hiver.

L’humidité est un facteur souvent négligé dans la propagation des virus, qui deviennent plus transmissibles dans les climats froids et secs de l’hiver.

C’est pourquoi de nombreuses maladies virales sont de nature saisonnière, avec un pic pendant l’hiver plus froid et moins humide. Le Dr Stéphanie Taylor, diplômée de la Harvard Médical School et titulaire d’un master en architecture, croit tellement au rôle de l’humidité dans la lutte contre les infections qu’elle a demandé à l’Organisation mondiale de la santé d’inclure l’humidité relative dans les recommandations standard pour l’air intérieur, ainsi que d’autres mesures de qualité de l’air, comme la pollution et les moisissures.

Dr Taylor, en collaboration avec des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology, a recueilli des données dans 125 pays concernant les réponses aux pandémies, les cas de Covid-19 et les données environnementales, y compris des estimations de l’humidité relative intérieure.

Ils ont analysé les données sur une période de trois mois, révélant que l’humidité relative intérieure avait la corrélation la plus significative avec les nouveaux cas quotidiens de coronavirus et les décès quotidiens par Covid-19.

Dans l’hémisphère nord, alors que les niveaux d’humidité intérieure augmentaient en été, les décès par Covid-19 ont connu une forte baisse. De même, dans l’hémisphère sud, les décès par Covid-19 ont augmenté alors que les niveaux d’humidité diminuaient pendant les mois d’hiver.

« C’est tellement puissant, c’est fou », a déclaré Dr Taylor à Wired. Bien que ces recherches n’aient pas encore été publiées, des années de recherche confirment l’importance des niveaux d’humidité pour prévenir les maladies infectieuses.

L’air sec affecte les défenses des voies respiratoires

En 2011, les chercheurs ont découvert que le SRAS, un autre type de coronavirus, était plus stable dans les environnements à basse température et à faible humidité que dans ceux à température et humidité relative plus élevées. Des études sur la transmission animale ont également montré que lorsque l’humidité relative est maintenue dans la zone idéale de 40 à 60 %, les virus sont inactivés.

« On suppose que la température et l’humidité modulent la viabilité des virus en affectant les propriétés des protéines de surface virales et de la membrane lipidique », ont écrit les chercheurs dans la revue annuelle de virologie Annual Review of Virology. « L’humidité idéale pour prévenir la transmission des virus respiratoires par aérosol à température ambiante semble se situer entre 40 et 60 % d’humidité relative. »

La surface muqueuse des voies respiratoires est impliquée dans une partie du système de défense à plusieurs niveaux contre les pathogènes inhalés. Votre mucus peut attraper des bactéries et des virus, ce qui vous permet de les expulser par la toux ou de les avaler avant qu’ils ne puissent entrer dans vos cellules.

Cependant, une hydratation adéquate du mucus est nécessaire pour que ce système d’immunité fonctionne efficacement. Lorsque vous respirez de l’air sec qui ne contient pas suffisamment d’humidité, il assèche la couche de mucus et immobilise les cils, des structures ressemblant à des cheveux qui aident à faire sortir les agents pathogènes du corps grâce à leurs mouvements ondulatoires.

Les cellules épithéliales des voies respiratoires constituent la deuxième ligne de défense après la couche de mucus, agissant comme une barrière physique au sein de vos voies respiratoires. Des études animales ont montré que l’inhalation d’air sec entraînait « une perte de cils épithéliaux, un détachement des cellules épithéliales et une inflammation de la trachée », et qu’elle pouvait également entraver la réparation des cellules épithéliales dans les poumons après une infection par la grippe.

La clairance mucociliaire est un autre mécanisme de défense de vos poumons, qui aide à éliminer les agents pathogènes et les irritants inhalés de la surface épithéliale de vos voies respiratoires. L’inhalation d’air froid et sec altère également la clairance mucociliaire, ce qui entraîne une altération de la clairance virale après une infection par la grippe, par exemple. Comme indiqué dans le rapport annuel sur la virologie :

« Étant donné que la clairance mucociliaire dépend du maintien de doubles couches de mucus de deux viscosités différentes et d’un équilibre osmotique délicat, une hydratation adéquate du mucus est nécessaire pour un transport efficace du mucus. »

« Une étude sur la relation entre la température et l’humidité de l’air inhalé et les propriétés de la muqueuse des voies respiratoires a montré que l’humidité relative de 100 % à la température centrale est la condition optimale pour des fonctions muqueuses et une défense des voies respiratoires efficaces chez l’homme. La déshydratation des muqueuses causée par la respiration d’air à faible humidité entraîne une diminution de la clairance mucociliaire. »

L’exposition à une faible humidité peut même affecter votre immunité innée antivirale, y compris l’expression des gènes stimulés par l’interféron qui aident à induire un état antiviral.

Faible taux d’humidité dans les hôpitaux et les écoles

Compte tenu de la forte saisonnalité de la grippe et du fait que les épidémies de grippe ont été associées à des réductions de l’humidité absolue, les chercheurs ont décidé d’augmenter le taux d’humidité dans une école maternelle pour voir si cela pouvait avoir un effet sur les infections grippales. L’humidification des salles de classe de janvier à mars à environ 45 % d’humidité relative a entraîné une réduction significative du virus de la grippe A, tant dans l’air que sur les objets.

Les salles de contrôle, qui n’étaient pas humidifiées, ont enregistré 2,3 fois plus de cas de maladies de type grippal que les salles humidifiées. Dr Taylor, dans un entretien avec le rédacteur en chef de Engineered Systems, a également décrit les recherches montrant que la modification des niveaux d’humidité dans les chambres d’hôpital modifiait le taux d’infection :

« À partir de 2012-2013, j’ai participé à des recherches menées initialement dans des hôpitaux qui ont clairement mis en évidence la corrélation entre une faible humidité relative dans les chambres des patients et une augmentation des infections bactériennes et virales. »

« Cela m’a étonnée. Des études ultérieures menées dans des maisons de soins infirmiers, des écoles et des bureaux ont montré que les gens sont en bien meilleure santé, qu’ils contractent moins d’infections, qu’ils sont plus productifs et qu’ils dorment mieux la nuit dans cette plage d’humidité. »

« Donc, en faisant de plus en plus de recherches sur la relation entre le taux de 40 à 60 % d’humidité relative intérieure et la santé humaine et la diminution des infections, c’est absolument une stratégie rapide, holistique et efficace de contrôle des infections. »

« Et maintenant, nous faisons face au Covid-19, et il est plus important que jamais que nous réduisions la transmission des virus respiratoires. L’humidité relative dans cette plage est tellement efficace et, à mon avis, elle devrait être obligatoire. »

40 à 60 % d’humidité peut être idéal

De nombreuses études indiquent que des niveaux d’humidité entre 40 et 60 % sont essentiels pour réduire le risque d’infection. Dans une étude sur les souris, celles qui étaient logées dans un environnement peu humide étaient plus sensibles à la grippe et souffraient de maladies plus graves.

Les souris exposées à un virus de la grippe en aérosol et logées dans un environnement à 20 % d’humidité relative, par exemple, ont perdu du poids plus rapidement, leur température corporelle a baissé et leur survie a été plus courte que les souris logées dans un environnement à 50 % d’humidité relative.

L’air sec compromettait la résistance des souris à l’infection, et celles qui étaient logées à un taux d’humidité plus faible avaient une clairance mucociliaire, une défense antivirale innée et une fonction de réparation des tissus altérées, selon l’étude.

Les résultats d’une autre étude animale ont montré qu’en augmentant l’humidité relative à 50 %, on réduisait la mortalité due aux infections grippales, tandis qu’une autre étude a montré que le maintien d’une humidité relative intérieure supérieure à 40 % pouvait réduire de manière significative l’infectivité du virus de la grippe dans l’air.

Les études sur la survie du virus de la grippe montrent également un lien avec l’humidité, dont une suggère que le virus de la grippe a survécu le plus longtemps dans l’air lorsque l’humidité relative était inférieure à 36 %.

Dans un article d’opinion publié dans le Journal of Global Health, il est à nouveau souligné que l’humidité relative intérieure supérieure à 40 % réduira de manière significative la transmission aéroportée des particules de virus de la grippe. Malheureusement, l’humidité dans les espaces résidentiels et commerciaux aux États-Unis est souvent inférieure à 25 %, ce qui favorise la transmission du virus. Même en été, lorsque le taux d’humidité est naturellement plus élevé à l’extérieur, la climatisation limite l’humidité à l’intérieur.

L’article, qui a été rédigé par une collaboration de chercheurs croates, américains et allemands, suggère également que l’air humidifié pourrait être une solution pour protéger les patients des hôpitaux et lutter contre le Covid-19 :

« En plus d’être une protection contre l’infection initiale, une barrière muqueuse fonctionnelle est également importante pour supprimer la progression du virus chez les patients déjà infectés. Comme de nombreux hôpitaux ont un air très sec, il pourrait être bénéfique de fournir de l’air humidifié aux patients aux premiers stades de la maladie. »

« Compte tenu de l’effet néfaste évident de l’air sec sur notre barrière muqueuse et de son rôle de première ligne de défense contre l’infection, dans une situation de pandémie de Covid-19 à progression rapide, il serait essentiel de promouvoir activement la ré-humidification de l’air sec dans tous les espaces chauffés publics et privés. »

« En outre, dans la mesure du possible, les patients sous respirateur devraient être ventilés avec de l’air humidifié. »

Installez un humidificateur dans votre chambre à coucher

L’utilisation d’un humidificateur portable dans votre chambre à coucher pendant les mois d’hiver pourrait réduire la survie du virus de la grippe dans l’air, selon une étude publiée dans Environmental Health 19. Un modèle de résidence de deux étages a été utilisé dans deux conditions de ventilation : air chaud forcé et chauffage radiant.

Des humidificateurs portables ont été utilisés pour ajouter de l’humidité dans l’air, qui a été contrôlé pour l’humidité absolue et les concentrations de virus de la grippe. L’ajout d’un humidificateur portable avec un débit de 0,16 kilogramme d’eau par heure dans la chambre à coucher a permis d’augmenter l’humidité absolue de 11 % et l’humidité relative de l’air pendant les heures de sommeil par rapport à l’absence d’humidificateur.

L’augmentation de l’humidité s’est accompagnée d’une diminution de la survie du virus de la grippe, qui est passée de 17,5 à 31,6 %. La distribution de vapeur d’eau dans toute la maison a également été bénéfique, avec des augmentations de 3 à 12 % de l’humidité relative de l’air associées à des réductions de 7,8 à 13,9 % de la survie du virus de la grippe.

Les résultats suggèrent que non seulement l’ajout d’un humidificateur dans la chambre à coucher pourrait s’avérer être un moyen facile de se protéger contre la grippe et d’autres infections, mais que l’augmentation de l’humidification dans les lieux publics pourrait également être bénéfique pour la santé publique.

En fait, lorsque les chercheurs japonais ont utilisé le superordinateur Fugaku pour modéliser la transmission des particules virales dans les environnements intérieurs, ils ont constaté qu’une humidité de l’air inférieure à 30 % entraînait plus du double du nombre de particules transportées par aérosol que lorsque les niveaux d’humidité sont à 60 % ou plus.

Comment surveiller les niveaux d’humidité

Il convient de noter que plus c’est élevé, mieux c’est, dans le cas de l’humidité. Si l’humidité de votre maison est supérieure à 60 %, elle augmente le risque de moisissure et de développement de champignons. Il est donc préférable de maintenir le taux d’humidité entre 40 et 60 % pour des raisons de santé. La meilleure façon de tester les niveaux d’humidité dans votre maison est d’utiliser un hygromètre. Cet appareil ressemble à un thermomètre et mesure la quantité d’humidité dans l’air.

Certains humidificateurs sont équipés d’un hygromètre intégré, ou humidistat, pour aider l’humidificateur à maintenir l’humidité relative dans votre maison à un niveau sain. Sinon, vous pouvez acheter un hygromètre dans la plupart des quincailleries.

Dans une étude, l’ajout d’un humidificateur dans la chambre à coucher a parfois entraîné des niveaux d’humidité relative supérieurs à 60 %, en particulier lorsque la chaleur rayonnante était utilisée, de sorte que vous devrez peut-être l’ajuster en conséquence pour maintenir les niveaux dans la plage optimale. Un humidificateur sale peut également entraîner le développement de moisissures et de bactéries, il est donc important de le garder propre.

Une solution de peroxyde d’hydrogène et une brosse à poils doux peuvent être utilisées pour nettoyer votre humidificateur, ce qui devrait être fait tous les trois jours. Si votre humidificateur est équipé d’un filtre, veillez à le changer au moins aussi souvent que le recommande le fabricant, et plus souvent s’il est sale.

Le Dr Joseph Mercola est le fondateur de Mercola.com. Médecin ostéopathe, auteur de best-sellers et lauréat de plusieurs prix dans le domaine de la santé naturelle, sa vision première est de changer le paradigme moderne de la santé en fournissant aux gens une ressource précieuse pour les aider à prendre leur santé en main. Cet article a été publié à l’origine sur Mercola.com.

ÉLECTIONS AMÉRICAINES – Des pirates dans les systèmes de l’État de Washington

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ