Hunter Biden allait être interrogé dans le cadre de l’enquête sur Burisma – déclarations de l’ancien procureur général ukrainien Viktor Shokin

Par Zachary Stieber
10 décembre 2019 Mis à jour: 12 décembre 2019

L’ancien procureur général ukrainien Viktor Shokin a déclaré que son bureau s’était préparé au cours de l’été 2016 à interviewer Hunter Biden, le fils de l’ancien vice-président Joe Biden, dans le cadre d’une enquête sur le blanchiment d’argent concernant l’employeur de Hunter Biden, la société énergétique Burisma.

C’est à ce moment-là que la pression pour cesser d’enquêter sur le rôle possible de Hunter Biden dans les crimes présumés a augmenté, a déclaré Viktor Shokin à la chaîne de télévision One America News.

M. Shokin a déclaré que le président ukrainien de l’époque, Petro Poroshenko, était venu lui dire que Joe Biden avait cité l’enquête sur Burisma comme la raison pour laquelle le gouvernement Obama ne voulait pas débloquer 1 milliard de dollars d’aide à l’Ukraine.

Il est venu me voir et m’a dit : « Vous êtes un patriote de l’Ukraine. Nous avons besoin de ce milliard de dollars. Nous sommes en guerre, et si vous êtes un patriote, vous devez clore cette affaire », a déclaré M. Shokin. L’appel téléphonique a été lancé après que les procureurs eurent saisi certains biens de Burisma dans le cadre de l’enquête.

« M. Porochenko m’a appelé et m’a dit : ‘Écoutez, tout cela doit déjà s’arrêter. Le tempérament de Joe Biden est débordant' », a déclaré M. Shokin. La saisie des biens a incité Petro Poroshenko à se rendre sur place et à demander à Viktor Shokin de démissionner.

M. Porochenko a déclaré que Joe Biden était « en colère parce que vous avez gelé des actifs de Burisma ».

« À cause de Joe Biden. Tout le monde savait ce qui se passait. M. Poroshenko m’a dit directement que je devais démissionner de mon poste de procureur général à cause de Joe Biden », a déclaré M. Shokin.

Le procureur général ukrainien Viktor Shokin tient une conférence de presse à Kiev le 2 novembre 2015. M. Shokin a déclaré avoir subi des pressions pour qu’une enquête ne soit pas menée sur Burisma, une entreprise ukrainienne qui employait le fils de Joe Biden, Hunter Biden. (Genya Savilov/AFP/Getty Images)

M. Shokin avait auparavant juré qu’il avait été expulsé de force parce qu’il refusait d’abandonner l’enquête sur Burisma. M. Poroshenko m’a « demandé de démissionner sous la pression de l’administration présidentielle américaine, en particulier de Joe Biden », a-t-il déclaré dans un affidavit.

« La vérité, c’est que j’ai été contraint de démissionner parce que je menais une vaste enquête de corruption sur Burisma Holdings, une société de gaz naturel active en Ukraine, au sein de laquelle le fils de Joe Biden, Hunter Biden, était membre du conseil d’administration », écrit M. Shokin.

En 2018, Joe Biden a raconté à un auditoire ce qui s’était passé en 2016 lors de la réunion du Conseil des relations extérieures.

« Ils [les dirigeants ukrainiens] ont dit qu’ils allaient à une conférence de presse. J’ai dit : ‘Non, moi je n’y vais pas – ou alors, nous n’allons pas vous donner le milliard de dollars.’ Ils ont dit : ‘Vous n’avez aucune autorité. Vous n’êtes pas le président.’ J’ai dit : ‘Appelez-le. Je vous le dis, vous n’aurez pas le milliard de dollars. Vous n’aurez pas le milliard.’ Je les ai regardés et j’ai dit : ‘Je pars dans six heures. Si le procureur n’est pas viré, vous n’aurez pas l’argent.’ Eh bien, ce fils de [juron], il s’est fait virer. Et ils ont mis à sa place quelqu’un de solide. »

Joe Biden a ensuite nié tout acte répréhensible dans cette affaire, affirmant que M. Shokin était corrompu.

« Vous savez qu’il n’y a pas un seul élément de preuve – pas même un tout petit peu – pour suggérer que quoi que ce soit a été mal fait », a déclaré Joe Biden dans une interview publiée dimanche.

Hunter Biden a démissionné de son poste au conseil d’administration de Burisma plus tôt cette année. Plusieurs comités sénatoriaux se penchent maintenant sur ce que les Biden ont fait au cours de leurs négociations avec l’Ukraine.

RECOMMANDÉ