Hunter Biden sous le coup d’une enquête sur les transactions commerciales avec des dirigeants chinois ayant des liens avec l’armée

Par Frank Fang et Cathy He
17 octobre 2020
Mis à jour: 18 octobre 2020

Hunter Biden aurait cherché à empocher des millions de dollars grâce à des accords impliquant un géant chinois de l’énergie ayant des liens avec l’armée chinoise, selon des emails obtenus par le New York Post.

Un prétendu email de James Gilliar de la société de conseil internationale J2cR, envoyé à Biden le 13 mai 2017, détaille les « conditions de rémunération » de six personnes dans le cadre d’un accord non spécifié impliquant apparemment le géant pétrolier chinois CEFC China Energy, aujourd’hui en faillite. Hunter Biden, qui est le deuxième fils de l’ancien vice-président et actuel candidat à la présidence Joe Biden, a été identifié comme « président / vice-président » d’une nouvelle société, « selon l’accord avec la CEFC ». Son salaire serait de « 850 ».

J. Gilliar n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires concernant son implication.

L’email mentionne également un « accord provisoire » en vertu duquel une personne identifiée comme « H », une référence apparente à Hunter Biden, détiendrait 20 % « d’actions » dans la nouvelle société, ainsi que 10 % « détenus […] pour le grand patron ». L’email n’identifie pas qui est le « grand patron ».

J. Gilliar a également déclaré qu’il serait « heureux d’aborder tous les détails avec Zang s’il y a [sic] des lacunes ? » en faisant apparemment référence à Zang Jianjun, ancien directeur exécutif de CEFC.

Le conglomérat CEFC China Energy, basé à Shanghai, était la plus grande compagnie pétrolière privée de Chine avant d’être pris dans le collimateur de Pékin en 2018. Le conglomérat pétrolier gagnait des milliards de dollars en Russie, en Europe de l’Est et dans certaines régions d’Afrique, tandis que son fondateur et président, Ye Jianming, aujourd’hui disgracié, entretenait des liens étroits avec de hauts responsables du Parti communiste chinois (PCC).

Ye Jianming est porté disparu depuis début 2018 après avoir été mis en examen par le régime chinois pour « crimes économiques présumés » et détenu. Une entreprise d’État a pris le contrôle du CEFC en mars 2019, et l’entreprise a déclaré faillite au début de cette année, selon le média chinois Caixin.

Dans un autre email que H. Biden a envoyé au financier de Hong Kong, Dong Gongwen le 2 août 2017, M. Biden révèle qu’il avait auparavant un accord de trois ans avec le CEFC, qui lui aurait versé 10 millions de dollars par an « pour les seules introductions ».

Selon un récent rapport du Sénat, Dong Gongwen était l’associé de Ye Jianming et exécutait des transactions pour les sociétés de Ye Jianming.

Mais Ye Jianming a ensuite assoupli l’accord, en donnant à H. Biden 50 % des parts d’une holding nommée « Hudson West », avec Ye Jianming possédant l’autre moitié, selon l’email.

« Les honoraires de consultation sont une partie de nos revenus, mais la raison pour laquelle cette proposition du président était beaucoup plus intéressante pour moi et ma famille est que nous serions également partenaires dans [sic] les capitaux propres et les bénéfices des investissements de l’entreprise en joint-venture », a écrit H. Biden.

Une photo du 1er août 2017, obtenue par le New York Post, d’un organigramme dessiné à la main, décrit les droits de propriété de Hudson West. Elle montrait que la société était contrôlée à 50/50 par deux entités qui étaient en fin de compte contrôlées respectivement par H. Biden et une personne identifiée comme le « président ».

Le rapport du Sénat a également montré que le cabinet d’avocats de Hunter Biden, Owasco PC, était l’un des deux propriétaires d’une société appelée Hudson West III, qui a été dissoute depuis.

En septembre 2017, Hunter Biden et Dong Gongwen ont ouvert une ligne de crédit dans une banque sous le nom de Hudson West III, selon le rapport. Les cartes de crédit émises sur ce compte ont été mises à la disposition de H. Biden, de son oncle James Biden et de la femme de James, Sara Biden. Ils ont acheté pour plus de 100 000 dollars d’« effets extravagants, y compris des billets d’avion et de nombreux articles chez Apple Inc., dans des magasins, des pharmacies, des hôtels et des restaurants », peut-on lire dans le rapport.

Les emails obtenus par le Post proviendraient supposément du disque dur d’un ordinateur portable laissé dans un atelier de réparation de Mac à Wilmington, dans l’État du Delaware, en avril 2019, qui n’a jamais été retrouvé. Il semblerait que le FBI aurait ensuite saisi l’ordinateur portable, et le propriétaire de l’atelier de réparation aurait ensuite donné une copie du disque dur à l’ancien maire de New York, Rudy Guiliani, l’avocat personnel du président Donald Trump. M. Guiliani a ensuite remis le contenu du disque dur au Post. Rudy Guiliani a déclaré qu’il avait passé trois semaines à authentifier les éléments du disque dur. Epoch Times n’a pas vu la copie des fichiers et n’a pas pu vérifier cette information de manière indépendante.

La campagne de Joe Biden n’a pas retourné de demande de commentaires.

Un magnat du pétrole déchu

Ye Jianming avait de nombreux liens avec l’armée chinoise.

Selon le rapport du Sénat, Ye Jianming a été secrétaire général adjoint de la China Association for International Friendly Contacts (CAIFC) de 2003 à 2005.

L’Association est une façade de l’ancien département de politique générale de l’armée chinoise, un organe politique au sein de la Commission militaire centrale, l’agence du PCC qui contrôle les forces armées, selon un rapport publié en 2018 par la Commission d’examen de l’économie et de la sécurité (USCC) nommée par le Congrès. Ce département a été remplacé par une nouvelle agence appelée le département du travail politique en 2016.

« La CAIFC a des liens supplémentaires avec les ministères de la Sécurité d’État, des Affaires civiles et des Affaires étrangères, et c’est une plate-forme pour le déploiement de personnes chargées de la collecte de renseignements sous couverture », indique le rapport.

L’USCC a ajouté : « En plus d’envoyer des collecteurs de renseignements à l’étranger, la CAIFC parraine des voyages en Chine de groupes militaires et d’anciens combattants étrangers, d’hommes d’affaires et d’anciens politiciens qui ont généralement des contacts avec des membres de l’APL soigneusement sélectionnés », en référence à l’Armée populaire de libération, le nom officiel des militaires du régime chinois.

Le média chinois Caixin a publié un rapport détaillé sur le CEFC en mars 2018. Il a déclaré que le secrétaire du Parti du CEFC, Jiang Chunyu, était un officier de police armé chinois à la retraite. Toutes les grandes entreprises chinoises sont tenues de mettre en place des unités du Parti dans leurs bureaux.

Jiang Chunyu a également été directeur d’une école de police militaire située à Shanghai. Selon le portail d’information chinois Sina, l’école a été combinée avec d’autres instituts pour former le Collège politique de l’APL de Nankin en août 2017.

Selon Caixin, Ye Jianming a également été président du conseil d’administration d’une société appelée Shanghai Zhenrong Energy Corporation de 2007 à 2008. Shanghai Zhenrong a été créée conjointement par trois sociétés, dont deux étaient le CEFC et la Zhuhai Zhenrong Corporation.

La société Zhuhai Zhenrong a été sanctionnée par le gouvernement américain en juillet 2019 pour s’être engagée dans des transactions pétrolières avec l’Iran, en violation des sanctions américaines contre le régime iranien.

Selon Caixin, le CEFC a créé le Fonds caritatif de Shanghai en 2011, en engageant Li Guangjin, un agent politique retraité de la garnison de l’APL de Shanghai, comme président du fonds. De plus, Wang Hongyuan, un ancien chef de service du Bureau général de la Commission militaire centrale, est devenu le directeur permanent du Fonds.

Le bureau d’enquête du ministère de la Justice de Taïwan a révélé que plusieurs cadres de la CEFC avaient des liens avec l’armée et le régime chinois, dans son magazine mensuel Prospect & Exploration publié en juillet 2018.

Par exemple, le magazine soulignait que Xiong Fengsheng, directeur du CEFC et secrétaire du Parti de la commission de discipline de la société à l’époque, était autrefois à la tête de l’hôpital 461 de l’armée de l’air de l’APL, situé dans la ville de Jilin, dans le nord-est du pays.

Certains cadres du CEFC ont travaillé auparavant au sein du gouvernement chinois ou dans des entreprises publiques.

L’un des vice-présidents du CEFC, Jiang Mingsheng, a travaillé à la banque centrale chinoise, la Banque populaire de Chine. Selon le magazine, il a également été secrétaire du Parti à une époque où il travaillait à la succursale de Shanghai de la Banque des commerçants de Chine.

Pan Zhigang, économiste au CEFC, a été directeur de bureau au Centre de coopération internationale de la Commission nationale chinoise de développement et de réforme, une agence de planification de l’État.

Hunter Biden avait précédemment déclaré au New Yorker, dans un article de juillet 2019, qu’il ne considérait pas du tout que Ye Jianming était un « personnage louche », et avait qualifié son enquête et sa détention de « malchance ».

Ye Jianming a également créé une organisation à but non lucratif basée à Hong Kong et à Arlington, en Virginie, appelée China Energy Fund Committee, qui bénéficie d’un « statut consultatif spécial » auprès des Nations unies.

Le secrétaire général de l’organisation était l’homme d’affaires de Hong Kong Patrick Ho. Patrick Ho était également le client de Hunter Biden à Owasco, selon le rapport du Sénat.

En mars 2019, Patrick Ho a été reconnu coupable et condamné à trois ans de prison pour avoir versé des millions de dollars en pots-de-vin aux présidents du Tchad et de l’Ouganda afin d’obtenir des droits pétroliers pour le CEFC.

Le 22 mars 2018, quelques mois avant le procès de Patrick Ho, un paiement d’un million de dollars a été envoyé par Hudson West III à Owasco pour la représentation légale de P. Ho, selon le rapport du Sénat.

Le Post a obtenu une « lettre de mission d’avocat » exécutée en septembre 2017, dans laquelle Patrick Ho acceptait de payer un million de dollars à Joe Biden en tant qu’acompte pour des services juridiques. H. Biden a déclaré au New Yorker en 2019 qu’il avait accepté de représenter P. Ho après que Ye Jianming lui a dit qu’il était préoccupé par le fait que « les forces de l’ordre américaines enquêtaient » sur P. Ho.

Patrick Ho a été condamné pour blanchiment d’argent, violation de la loi sur les pratiques de corruption à l’étranger, et pour d’autres accusations. Il a été libéré en juin de cette année, le juge ayant raccourci son incarcération après qu’il a fait preuve de bonne conduite.

FOCUS SUR LA CHINE – Président Xi Jinping : toux à répétition pendant un discours

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ