Hunter Biden : l’ordinateur portable contenant ses courriels avec l’Ukraine « pourrait » être le sien, mais il dit qu’il a probablement été piraté par les Russes

Par Zachary Stieber
3 avril 2021
Mis à jour: 5 avril 2021

Hunter, le fils du président américain Joe Biden, a reconnu qu’un ordinateur portable contenant une série de messages auparavant secrets pourrait être le sien, mais a également suggéré qu’il avait été piraté par les Russes.

« Il pourrait y avoir un ordinateur portable qui m’a été volé. Il se peut que j’aie été piraté. Il se pourrait que ce soit le… que ce soit les services de renseignement russes », a déclaré Hunter Biden à CBS dans un extrait d’interview publié vendredi.

L’ordinateur portable a été déposé en 2019 dans un magasin d’informatique du Delaware appartenant à John Paul Mac Isaac, qui affirme que Hunter Biden lui a demandé de récupérer le contenu de la machine endommagée. Une autorisation présumément signée par le jeune Biden a été présentée dans un récent procès intenté par M. Mac Isaac contre Twitter.

L’ordinateur contenait des messages explosifs et des courriels reçus et envoyés par Hunter Biden concernant ses diverses transactions commerciales, qui ont eu lieu dans des pays comme l’Ukraine et la Chine. Un expert en cybersécurité a authentifié un courriel indiquant que Vadym Pozharskyi, un haut dirigeant de la société gazière ukrainienne Burisma, a rencontré Joe Biden alors qu’il se trouvait à Washington en 2015. Joe Biden était vice-président à l’époque, et Hunter Biden siégeait au conseil d’administration de Burisma.

Les transactions de Hunter Biden font l’objet d’une enquête de la part des législateurs du Congrès, et ses déclarations fiscales sont examinées par le bureau du procureur des États-Unis dans le Delaware.

Le président Biden a qualifié la publication d’informations au sujet de l’ordinateur portable qui appartiendrait à son fils de « campagne de diffamation« . Le contenu a été publié pour la première fois en octobre dernier, alors que Biden se mesurait aux élections contre le président de l’époque, Donald Trump.

Hunter Biden regarde le sénateur Joe Biden (Parti démocrate, Delaware), alors candidat démocrate à la vice-présidence, répondre à des questions à Dubuque, Iowa, le 9 décembre 2007. (Scott Olson/Getty Images)

Dans cette nouvelle interview, Hunter Biden, qui fait la promotion de son nouveau livre, a également parlé d’un moment de la campagne 2020 qui, selon lui, l’a sauvé de la drogue. Le jeune Biden a longtemps lutté contre la dépendance.

Hunter Biden a déclaré que son père l’avait poursuivi dans l’allée de la maison de son père à Wilmington, dans le Delaware. Il raconte que ses filles ont bloqué la porte de sa voiture et que son père l’a « attrapé, [l’a] serré dans ses bras, et [lui] a dit, en pleurant, qu’il ne savait pas quoi faire. ‘Je ne sais pas quoi faire. S’il te plaît' ».

« J’ai pensé : ‘Je dois trouver un moyen de lui dire que j’ai quelque chose d’autre à faire, pour que je puisse aller prendre un autre coup.’ C’est la seule chose à laquelle j’ai pu penser. Littéralement », a ajouté Hunter Biden. « Voilà à quel point c’est puissant. Je ne connais pas de force plus puissante que l’amour de ma famille. Sauf la dépendance. »

L’interview a eu lieu après que la National Public Radio (NPR) a publié une correction à une critique du livre de Hunter Biden qui affirmait que l’idée que l’ordinateur portable lui appartenait était « discréditée par les services de renseignement américains et les enquêtes indépendantes des organisations de presse ».

Ils affirment maintenant : « De nombreuses organisations de presse ont mis en doute la crédibilité de l’histoire de l’ordinateur portable. »

La correction indique : « Une version précédente de cette histoire indiquait que les services de renseignement américains avaient discrédité l’histoire de l’ordinateur portable. Les responsables du renseignement américain n’ont pas fait de déclaration dans ce sens. »

L’auteur de l’article n’a pas répondu à une demande de commentaires.

Le rédacteur en chef de NPR a déclaré l’année dernière que le média ne couvrait pas l’affaire de l’ordinateur portable parce que « nous ne voulons pas perdre notre temps sur des histoires qui n’en sont pas vraiment ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ