Il est fort possible que l’intégrité de centaines de scientifiques américains soit compromise par la Chine, selon les Instituts américains de la santé

Par Eva Fu
26 avril 2021
Mis à jour: 26 avril 2021

Plus de 500 scientifiques américains financés par le gouvernement fédéral ont été signalés en raison de liens financiers présumés avec la Chine et d’autres adversaires étrangers, selon les institutions gouvernementales des États-Unis qui s’occupent de la recherche médicale et biomédicale (NIH).

Depuis ce mois-ci, l’agence fédérale de la santé a contacté 90 institutions qui reçoivent des subventions gouvernementales, concernant 200 chercheurs. Elle en a également retiré 100 de « l’écosystème des NIH » par démission, licenciement, retraite anticipée ou radiation interne, selon Michael Lauer, directeur adjoint de la recherche extra-muros aux NIH.

Le plus grand défi est simplement « la charge de travail que représente le traitement d’un très grand nombre de cas », a-t-il ajouté.

« Chacun de ces cas exige une quantité de travail énorme pour déterminer ce qui s’est passé exactement et pour travailler soigneusement avec l’institution concernée afin de comprendre ce qui s’est passé », a déclaré M. Lauer lors d’une audience du 22 avril d’une commission sénatoriale qui s’est concentrée sur la lutte contre les efforts de la Chine pour exploiter les avancées de la recherche biomédicale américaine.

L’un des scénarios mis en évidence par M. Lauer est celui où des scientifiques installent un laboratoire en Chine pour faire le même travail pour le régime chinois que celui que les contribuables américains financent aux États-Unis.

Dans d’autres cas, les chercheurs peuvent avoir une entreprise en Chine qui exploite les résultats des recherches parrainées par les NIH, ce qui constitue « un conflit d’intérêts évident ». Un troisième cas, selon M. Lauer, est celui des scientifiques qui prétendent consacrer 100 % de leur temps aux États-Unis « alors qu’en fait, ils passent 50 à 60 % de leur temps en Chine ».

« Ils mentent donc sur la façon dont ils passent leur temps, et ce genre de mensonge flagrant affecte la crédibilité et l’intégrité de toute l’entreprise », a-t-il déclaré.

Le ministère de la Justice a ouvert des dizaines de dossiers contre des chercheurs afin de tenter de réduire l’afflux de vols de propriété intellectuelle américaine par des Chinois.

Le jour de l’audience, un professeur de mathématiques de la Southern Illinois University-Carbondale a été inculpé pour avoir dissimulé des aides du gouvernement chinois et travaillé pour une université d’État chinoise, tout en fraudant la Fondation nationale des sciences de 151 099 dollars de subventions.

Quelques jours plus tôt, un chercheur d’un hôpital pour enfants de l’Ohio a été condamné à 33 mois de prison pour avoir vendu des secrets commerciaux à la Chine. Zhou Yu a admis en décembre dernier avoir volé au moins cinq secrets commerciaux liés aux exosomes, des petits sacs de liquide provenant de cellules qui sont de plus en plus utilisés dans le traitement des médicaments et du cancer. Son co-conspirateur était sa femme, Chen Li, 48 ans, qui travaillait également comme chercheur dans un autre laboratoire de l’établissement.

Le couple a reçu des fonds des autorités chinoises et a créé une société en Chine pour vendre des « kits d’isolation » d’exosomes mis au point à partir des données de recherche qu’ils ont volées.

« Nos ennemis peuvent capitaliser sur les milliards de dollars que les contribuables américains investissent chaque année pour nous devancer sur la prochaine technologie qui changera la donne pour sauver des vies ou causer des dommages inimaginables. Parce qu’ils savent qu’il est plus facile d’arriver à la base quand vous trichez pour vous y rendre », a déclaré le sénateur Richard Burr (Parti républicain, Caroline du Sud) lors de l’audience du 22 avril.

Le sénateur Richard Burr (Parti républicain, Caroline du Nord) prend la parole lors d’une audition de la commission sénatoriale de la santé, de l’éducation, du travail et des pensions sur la réponse fédérale au coronavirus, à Washington, le 18 mars 2021. (Susan Walsh-Pool/Getty Images)

M. Burr s’est inquiété de l’absence d’une « entité unique » chargée d’identifier les contrevenants aux règles. Dans le cas du professeur de mathématiques de l’Illinois, le NIH n’a pas été informé de l’affiliation du chercheur avec la Chine, même s’il était salarié d’une université chinoise depuis 2018.

En réponse, M. Lauer a déclaré que les universités « sont au final responsables » en tant que bénéficiaires de la subvention. L’année dernière, l’Institut de recherche Van Andel, dans le Michigan, a conclu un accord de 5,5 millions de dollars avec les autorités fédérales, qui accusaient l’organisation de ne pas avoir divulgué correctement les subventions chinoises que deux de ses chercheurs avaient reçues.

Il a précisé que 10 % des cas sont portés à l’attention de l’agence en raison d’auto-dénonciations.

En 2019, le PDG et cinq autres cadres supérieurs du Moffitt Cancer Center en Floride ont démissionné après qu’un examen interne a mis au jour leur participation au programme « Mille Talents », un plan de recrutement chinois destiné à attirer les meilleurs scientifiques et ingénieurs pour travailler en Chine.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ