Il est grand temps de rompre les liens avec Huawei

Par Brad Bird
19 février 2021
Mis à jour: 19 février 2021

La première réaction était la stupéfaction. On dirait une blague, n’est-ce pas ?

Non, ce n’est pas une farce. Le Globe and Mail a rapporté que le gouvernement fédéral canadien s’est associé à Huawei – oui, Huawei – pour « commanditer la recherche de pointe en génie informatique et électrique dans les universités canadiennes ».

Bien sûr, cela menace notre sécurité nationale et nos intérêts économiques, mais ce pipeline vers le régime tyrannique de la Chine – ou plutôt le « partenariat » – se poursuit de toute façon, du moins pour l’instant.

Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), un organisme fédéral, collabore avec la branche canadienne de Huawei Technologies Co. Ltd. à la hauteur de 4,8 millions de dollars, selon le Globe. Les meilleures universités des États-Unis et de Grande-Bretagne ont évité de recevoir d’autres fonds de recherche de Huawei pour des raisons de propriété intellectuelle et de sécurité nationale. Mais pas le Canada.

N’ont-elles pas reçu la note du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) selon laquelle la Chine communiste est une menace pour notre sécurité nationale ? Qu’elle travaille de multiples façons pour subvertir notre démocratie et canaliser la technologie vers ses autocrates ? Je l’ai moi-même compris, alors que je ne travaille pas au gouvernement !

Si vous êtes choqué (et agacé), vous êtes en bonne compagnie. Jim Balsillie, ancien co-directeur général de Research In Motion et fondateur du Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale, s’est dit étonné qu’Ottawa débloque des fonds pour aider Huawei à obtenir une technologie de pointe qui profitera à la Chine.

« Tous ces domaines de recherche sont destinés à l’infrastructure numérique stratégique qui sert de système nerveux à l’économie et la sécurité d’aujourd’hui », a déclaré M. Balsillie au Globe. « Il est stupéfiant qu’en 2021 nous continuions à utiliser l’argent des contribuables pour faire avancer les priorités de la Chine au détriment de notre économie, de notre sécurité et du partenariat avec le groupe des cinq[Five Eyes]. »

Le Five Eyes désigne l’alliance du renseignement secret entre le Canada, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Le Canada est le seul pays de l’alliance qui n’a pas interdit ou limité la participation de Huawei à ses réseaux mobiles 5G.

Une enquête du Globe il y a trois ans a révélé que Huawei avait établi un réseau de relations avec les principales universités du Canada afin de créer un pipeline régulier de propriété intellectuelle que la société utilise pour étayer sa position sur le marché de la technologie mobile.

Le financement du CRSNG, nous dit-on, est indépendant du gouvernement, qui ne peut pas intervenir. Le ministre de l’Innovation, de la Science et de l’Industrie, François-Philippe Champagne, a déclaré que les agences fédérales, bien qu’indépendantes, devraient être conscientes des préoccupations de sécurité nationale lorsqu’elles allouent des fonds.

Jim Hinton, un des principaux avocats canadiens spécialisé dans la propriété intellectuelle, a déclaré au Globe que « cela n’a aucun sens de soutenir le développement informatique d’une entreprise que nos alliés ne considèrent pas comme une entité sûre avec laquelle travailler ».

M. Hinton a déclaré que les projets de recherche font appel à la matière grise canadienne et permettent à la société mère de Huawei en Chine d’avoir accès aux technologies de prochaine génération qui serviront les intérêts nationaux de la Chine.

Ce n’est pas comme si tout cela était nouveau. Il n’y a tout simplement aucune excuse. Si nous étions en pleine guerre froide, avec l’Union soviétique interposée pour la Chine, l’inanité (la trahison ?) de ces absurdités serait évidente. Aujourd’hui encore, elle devrait l’être.

En 2010, le directeur du SCRS Richard Fadden a souligné qu’il y avait des ministres provinciaux et d’autres élus au Canada qui étaient tombés sous l’influence générale de Pékin. À l’époque, plusieurs députés libéraux et néo-démocrates ont exigé sa démission.

Il y a deux ans, le rapport annuel du Comité parlementaire de la sécurité nationale et du renseignement (NSICOP) n’a pas mâché ses mots, désignant la Chine parmi les menaces à la sécurité nationale du Canada.

La Russie est également une menace pour notre sécurité nationale, comme le sont d’autres gouvernements. Mais c’est la nouveauté que la Chine ait été pointée du doigt pour une fois dans un rapport de renseignement du gouvernement fédéral de haut niveau qui mérite d’être remarqué, a noté Terry Glavin dans un article du National Post. « Habituellement, Ottawa laisse la Chine s’en tirer à bon compte. »

« La Chine est connue dans le monde entier pour ses efforts visant à influencer les communautés chinoises et la politique des autres pays. Le gouvernement chinois a un certain nombre d’organisations officielles qui tentent d’influencer les communautés et les politiciens chinois pour qu’ils adoptent des positions prochinoises, notamment le Département du travail du Front uni », indique le rapport du NSICOP, qui fait directement référence à la dénonciation de M. Fadden en 2010.

Le rapport note également un avertissement de David Mulroney, ancien ambassadeur en Chine, concernant les efforts de trafic d’influence de Pékin au Canada. Pour obtenir ce qu’il veut, Pékin mobilise des groupes d’étudiants et des groupes de la diaspora pour faire avancer ses intérêts, dit-il.

Et n’oubliez pas les deux Michael emprisonnés sur de fausses accusations en Chine, d’accord ?

Alors, annulez le contrat avec Huawei et mettez-vous à jour.

Brad Bird est un journaliste et éditorialiste primé basé en Colombie-Britannique.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ