Ils plantent 111 arbres pour chaque bébé fille née dans un village indien, et cela empêche la mort de nombreuses filles à cause de la dot

Par Celeste Armenta - La Gran Epoca
7 novembre 2019 Mis à jour: 9 novembre 2019

Un village indien est en train de changer le destin de nombreuses femmes tout en devenant un partenaire du reboisement, en plantant 111 arbres à chaque naissance d’une fille.

Une coutume problématique de l’Inde s’impose au moment de célébrer un mariage, lorsque la famille de la mariée offre un ensemble de biens pour créer la nouvelle famille, c’est-à-dire qu’une dot est donnée. Le problème survient lorsque la famille de la mariée n’a aucun moyen pour fournir les biens, qui peuvent aller de l’argent, aux biens matériels tels que des maisons ou des voitures, en fonction de la caste à laquelle elle appartient.

Et bien que la dot soit interdite en Inde depuis 1961, comme le rapporte El País, la coutume a été renforcée et est maintenant connue sous le nom de « système de cadeaux », mais elle reste un fardeau économique très lourd pour la famille de la mariée au moment de célébrer le mariage. De cette situation résulte que l’arrivée d’une jeune fille soit plus un motif de découragement que de célébration.

Shyam Sunder Paliwal était chef du village de Piplantri, situé au Rajastan, en Inde. Shyam a eu une idée pour résoudre cette situation : pour chaque naissance d’une fille, la famille s’engage à planter 111 arbres qui, le moment venu, deviendront l’héritage de la jeune femme le jour du mariage.

Illustration (rajeshkoiri007/Pixabay)

Tout a commencé lorsque la fille de Shyam, une fille de 16 ans appelée Kiram, est décédée en 2006. Pour s’en souvenir, le chef du village a planté un arbre floral qui symbolise l’amour sublime.

Mais tous les parents de Piplantri ne comprendraient pas le sentiment de perte de Shyam. Dans un entretien avec The Guardian, l’homme en deuil a déclaré qu’à la naissance d’une fille, « un membre de la famille lui enfonçait un grain dur et rugueux dans la bouche. En général, cela suffirait pour déclencher une infection pouvant entraîner la mort du bébé« .

Shyam n’arrivait pas à comprendre : « Comment les parents pourraient-ils tuer une fille dans son berceau ? » Donc après sa perte, il décida que dans son village il n’y aurait plus de « regrets quand une fille naîtra ».

Et comme dans beaucoup de villages traditionnels, la parole de Shyam avait du « poids », puisqu’il avait été choisi comme sarpanch, chef du peuple, de sorte que son idée était soutenue par le peuple.

Le moment des plantations vient lorsque soufflent les vents de l’océan Indien, la fameuse mousson, puis les mères emmènent leurs bébés dans un panier et se rendent à l’endroit où « les nouvelles pousses » seront plantées, indique Shyam dans le même entretien.

« Avec cela, je fais deux choses : montrer de la joie à l’arrivée d’une fille et honorer la terre où mes ancêtres ont vécu et sont morts. »

Cela fait 13 ans que le premier arbre a été planté à la mémoire de Kiram et dans le village de Piplantri, jadis aride et sans vie en raison de la proximité d’une zone d’extraction de marbre, maintenant la vie sauvage et la forêt refont surface. Jusqu’au milieu de 2018, 350 000 arbres ont été plantés dans le village, a rapporté The Guardian.

Afin de permettre la croissance des petits arbres, des tuyaux ont été installés pour acheminer l’eau vers « les rejetons », et un système de collecte des eaux de pluie était également disponible, supervisé par Shyam lui-même.

Illustration (kretktz /Pixabay)

Et pour réduire encore le stress lié à la dot, le village collecte en outre une somme d’argent pour chaque fille née et le réserve pour le moment opportun. « Cela donne à la famille une sécurité financière. En retour, ils s’engagent à prendre soin des arbres, à envoyer [leurs filles] à l’école et à ne pas les marier avant l’âge légal de 18 ans », a souligné Shyam.

En raison de l’impact généré par le projet social de reforestation à Piplantri, le village a aménagé un espace pour recevoir les personnes intéressées de savoir comment un petit village sans soutien gouvernemental a fait, selon les informations du même média.

Le créateur de ce projet innovant le résume poétiquement :

« Pour moi, tout est lié : la fille, la terre, l’eau, les animaux, les oiseaux, les arbres. Je cherche l’immortalité à travers ces arbres. »

RECOMMANDÉ