Ces commerçants qui contournent le confinement et ouvrent leurs magasins

Par Michal Bleibtreu Neeman
2 novembre 2020
Mis à jour: 2 novembre 2020

Alors que les grandes surfaces continuent à vendre les produits non alimentaires, considérés comme non essentiels, des commerçants contestent l’inégalité de la concurrence imposée par le gouvernement et décident d’ouvrir leur boutique.

Dans certaines régions, que ce soit dans l’ouest, dans le sud ou dans le nord du pays, les arrêtés municipaux se multiplient pour autoriser aux commerçants indépendants d’ouvrir leur magasins et ainsi rétablir une concurrence loyale entre les petits commerces de proximité et les hypermarchés. Dans d’autres régions, ce sont les commerçants eux-mêmes qui prennent cette décision.

La rebelle de Saint-Malo : « Il faut se révolter »

À Saint-Malo dans l’Ille-et-Vilaine, Sylvie Scotti a eu déjà l’honneur d’être surnommée la rebelle de Saint-Malo. Et pour cause : elle a décidé d’ouvrir son magasin d’ameublement et de décorations, ce vendredi, et vendre ses produits « non essentiels ». « L’idée que j’ai eue afin de pouvoir ouvrir, c’est d’offrir et non commercialiser des baguettes de pain qui sont des éléments de première nécessité », a-t-elle raconté sur CNews. « Les Darty sont ouverts, les Fnac, et pourquoi nous on ne pourra pas ouvrir. »

Avec 12 salariés et un stock contenant des milliers de produits d’une valeur de plusieurs centaines milliers d’euros, cette commerçante ne peut pas se permettre de fermer son magasin. « Il faut se révolter. Il faut en parler. Ce qui nous arrive, c’est une injustice, une concurrence déloyale. Je ne pense pas qu’à moi mais à tous les indépendants, tous les libraires, tous ceux à qui on interdit de travailler. Mais Amazon va cartonner », a-t-elle protesté sur 20 Minutes.

Les clients soutiennent sa démarche.

Pour rappel, ce jeudi, les commerçants indépendants ont manifesté dans le Tarn.

Les maires prennent des arrêtés

Dans d’autres régions, les commerçants ont ouvert grâce aux arrêtés pris par leurs maires.

Dans la Manche et la Vendée, Philippe Bas et Bruno Retailleau, sénateurs respectifs, ont fait voter ce vendredi 30 octobre, au Sénat, un amendement permettant aux préfets d’autoriser l’ouverture des commerces non alimentaires.

Dans le Nord Pas-de-Calais, les commerces ont ouvert. À Faches-Thumesnil, le maire a pris un arrêté, vendredi 30 octobre, permettant aux commerçants indépendants d’ouvrir leur magasin, affirmant qu’un « avantage est donné aux grands groupes qui sont souvent fiscalement et écologiquement critiquables alors que ce n’est pas le cas du commerce de proximité », selon France 3. Le maire d’Estaires a également pris un arrêté dans ce sens ce samedi 31 octobre.

Mais les préfets du Nord Pas-de-Calais rappellent les élus à l’ordre et promettent de sanctionner les commerçants.

FOCUS SUR LA CHINE – 80 % des Taïwanais prêts à se battre contre la Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ