Les images du deuxième objet interstellaire montrent une comète à queue classique, pas comme «Oumuamua»

Par Anastasia Gubin - La Gran Epoca
25 octobre 2019 Mis à jour: 25 octobre 2019

Les astronomes qui étudient le deuxième objet interstellaire, découvert le 30 août par l’astronome amateur Gennady Borisov, confirment que contrairement au petit corps stellaire aux caractéristiques étranges nommé « Oumuamua », il s’agit d’une comète classique connue avec sa queue et tout le reste.

Ses propriétés « nous sont étonnamment familières jusqu’à présent », selon la nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Observatoire astronomique de l’université Jagellon de Cracovie, publiée le 15 octobre.

« Nous avons immédiatement remarqué le coma et la queue familiers qui n’ont pas été vus autour de ‘Oumuamua' », a déclaré Michał Drahus, l’un des auteurs.

Regardez la photo de la comète interstellaire de Borisov ici.

« Oumuamua », le premier objet interstellaire connu à ce jour, a surpris par sa rareté au point d’être considéré comme un objet étranger par certains, ce qui a suscité un grand débat.

À LIRE AUSSI :

« Astéroïde Oumuamua : l’hypothèse extraterrestre est relancée »

« C’est vraiment génial parce que cela signifie que notre nouveau visiteur est l’une de ces ‘véritables’ comètes interstellaires mythiques et jamais vues auparavant », s’est exclamé M. Drahus.

L’équipe de l’université Jagellon a souligné le fait que pendant des décennies, les astronomes ont spéculé sur le fait que l’espace entre les étoiles pouvait être peuplé de corps exosolaires ou interstellaires mineurs, tels que des comètes et des astéroïdes, qui à un moment donné, ont été éjectés de leur système planétaire local.

L’illustration de cet artiste montre Oumuamua se déplaçant vers la périphérie de notre système solaire. JPL NASA.

« Des études ont également suggéré que ces corps peuvent parfois traverser le système solaire et être identifiés par leurs orbites fortement ouvertes. La découverte d’Oumuamua il y a deux ans a apporté une confirmation très attendue, qui a suscité l’espoir de détections ultérieures », ont noté les auteurs.

L’alerte et les premières photos

Le 8 septembre 2019 à 4 h 15, temps universel, un programme créé sur un ordinateur par Piotr Guzik et Michał Drahus pour rechercher les visiteurs interstellaires en numérisant les données en ligne des comètes et astéroïdes nouvellement trouvés a émis une alerte rouge. Celle-ci a informé l’équipe d’un nouvel objet hyperbolique possible, c’est-à-dire avec une trajectoire très large venant de l’espace en dehors de nos systèmes solaire et planétaire.

La création du programme avait été motivée précisément par la visite de l’étrange Oumuamua.

L’alerte rouge était attendue, « nous ne savions tout simplement pas quand », a expliqué M. Guzik.

Une semaine plus tôt, l’astronome Gennady Borisov avait identifié le même objet, mais peu de données étaient disponibles.

« Une étude plus approfondie de l’orbite de l’objet a confirmé son origine exosolaire, ce qui en fait le deuxième intrus interstellaire connu », ont déclaré les astronomes.

Deux jours après avoir reçu l’alerte, l’équipe a analysé les premières images avec le télescope William Herschel à La Palma, en Espagne, puis a reçu d’autres données du télescope Gemini Nord, le plus grand sur Mauna Kea à Hawaii.

Observatoire Gemini (Wikimedia Commons)

Ce qui a finalement été découvert avec ces images, c’est que la comète Borisov a une morphologie dominée par la poussière, d’une teinte rougeâtre. Son noyau solide a par ailleurs un rayon d’environ un kilomètre.

« Faites ce que vous voulez de ces informations, mais d’après ces caractéristiques initiales, cet objet semble impossible à distinguer d’une des comètes natives du système solaire », a admis M. Guzik.

Bien sûr, ce n’est qu’un prologue à des recherches plus approfondies, ont-ils dit.

La comète devient de plus en plus brillante et « sera observable pendant plusieurs mois, ce qui nous fait croire que le meilleur est encore à venir », a déclaré Mme Wacław Waniak, l’une des co-auteurs de l’étude.

« Nous pouvons affirmer avec certitude que la recherche sur ce corps sera transformatrice pour l’astronomie planétaire et constituera un jalon important pour l’astronomie en général », a conclu M. Guzik.

Image d’archive de la comète Schwassmann-Wachmann, prise le 14 décembre 1995 à 00:13 UT par Tim Puckett da Villa Rica en Géorgie aux États-Unis (NASA)
RECOMMANDÉ